Covid-19 : situation "très préoccupante dans une dizaine de départements", Metz confinée après Nice et Dunkerque ?

A l'issue du conseil des ministres, le porte-parole du gouvernement, Gabriel Attal a déclaré que la situation dans la lutte contre le Covid-19 "est très préoccupante dans une dizaine de départements". La Moselle figure sans surprise dans cette liste où un confinement pourrait être mis en place.

Olivier Veran: "Dès lors que les cas positifs sont tracés, nous tenons le bon bout" (Metz, 12 février 2021)
Olivier Veran: "Dès lors que les cas positifs sont tracés, nous tenons le bon bout" (Metz, 12 février 2021) © Emmanuel André/Francetv

La situation dans la lutte contre le Covid-19 "se dégrade" et "est très préoccupante dans une dizaine de départements", a déclaré mercredi 24 février 2021 le porte-parole du gouvernement, Gabriel Attal, à l'issue du conseil des ministres.

Cette dégradation "impose des mesures rapides et fortes", a précisé le porte-parole. Il a également indiqué que le Premier ministre Jean Castex tiendrait une conférence de presse jeudi.

Certains territoires imposent même des décisions, des mesures rapides et fortes face aux risques imminents devant nous

Gabriel Attal, porte-parole du gouvernement

"Certains territoires imposent même des décisions, des mesures rapides et fortes face aux risques imminents devant nous", a insisté Gabriel Attal, "nous l'avions montré la semaine dernière en Moselle, nous l'avons montré ce week-end dans les Alpes-Maritimes : dès que la situation l'impose, nous n'hésitons pas à prendre des mesures et des décisions rapides et fortes, mais pour des décisions efficaces".

A la suite de la flambée du nombre de cas de variants dans le département de la Moselle, le ministre de la Santé, Olivier Véran, s'était déplacé à Metz vendredi 12 février. Après une concertation avec les élus locaux, aucune mesure coercitive n'avait été prise.

En déplacement à Dunkerque ce mercredi, le ministre de la Santé Olivier Véran a annoncé que l'agglomération sera soumise dès cette fin de semaine à un confinement local pendant les week-ends, du vendredi soir au lundi matin, pour contrer une incidence "alarmante" de l'épidémie de Covid-19. Dans cette agglomération de 250.000 habitants dont "un sur cent tombe malade chaque semaine", les déplacements le week-end ne seront possibles que pour certains motifs, et les dix plus grands centres commerciaux ne fonctionneront plus qu'en "cliquez-emportez", a précisé le ministre.

Après Nice et Dunkerque, au tour de Metz ? "Nous pourrons le faire dans d'autres territoires si cela s'avérait nécessaire", a indiqué M. Attal. "Notre ligne de conduite n'a pas changé : d'abord des ripostes ciblées, des mesures de freinage précises et les étendre si cela est nécessaire", a-t-il ajouté.

Selon certaines sources, un confinement le week-end comme à Nice et Dunkerque mais surtout, une possible fermeture des frontières allemandes et luxembourgeoise est actuellement étudié pour la Moselle. La décision pourrait être annoncée lors de la conférence de presse de Jean Castex. Ce matin, le Secrétaire d’Etat chargé des affaires européennes, Clément Beaune insistait sur les discussions entre l'Allemagne et la France concernant la Moselle : "nous travaillons ensemble au renforcement des mesures sanitaires, pour permettre aux travailleurs frontaliers de continuer à travailler.

Interrogé ce soir chez nos confrères de BFMTV, Gabriel Giacometti, directeur de l'Hôpital-Clinique Claude Bernard à Metz, a indiqué que "la question du confinement peut se poser sachant qu'on est sur une zone frontalière. C'est donc difficile d'empêcher les travailleurs frontaliers de passer d'un côté à l'autre de la frontière." en Moselle. Le territoire affiche un taux d'incidence de 311 cas pour 100.000 habitants. (Avec AFP)

 

Poursuivre votre lecture sur ces sujets
covid-19 santé société