Cyanobactéries : interdiction de consommer les poissons d'une partie du lac du Der

Par arrêté municipal prenant effet le lundi 28 septembre, les communes de Giffaumont (Marne) et Éclaron (Haute-Marne) interdisent la consommation des poissons pêchés dans le bassin sud du lac de Der. Des cyanobactéries présentes dans l'eau peuvent attaquer le foie et le système nerveux.

Parmi les espèces qu'on peut pêcher au lac du Der, de belles carpes miroir.
Parmi les espèces qu'on peut pêcher au lac du Der, de belles carpes miroir. © Christian Vatier, MaxPPP
Manger le poisson qu'on vient de pêcher au lac du Der, ce ne sera bientôt plus possible. À compter du lundi 28 septembre 2020, il sera interdit de consommer ceux attrapés dans le bassin sud du célèbre lac artificiel, ainsi que sa source.

Les maries de Giffaumont (Marne) et Éclaron (Haute-Marne; visibles sur la carte ci-dessous) ont pris un arrêté municipal à l'origine de cette interdiction. "C'est un principe de précaution", explique Jean-Pierre Calabrese, l'édile de Giffaumont qu'a joint France 3 Champagne-Ardenne. 
 
"Avec mon collègue d'Éclaron, on a interdit la consommation jusqu'à nouvel ordre pour le bassin sud du lac du Der. C'est à cause du phosphore qui vient de l'agriculture, de l'épuration, et des lessives. Avec les fortes températures récentes, elles ont permis aux cyanobactéries de se multiplier. Ces toxines sont absorbées par les poissons, eux-mêmes mangés par des poissons prédateurs, et la chaîne alimentaire remonte à l'Homme. Elles sont hépatoxiques et neurotoxines pour lui ainsi que les mammifères. Plus le mammifère est petit, ou plus les doses sont fortes, et plus c'est dangereux. Apparemment, cela ne touche pas les batraciens ou les oiseaux du lac..."

La situation risque de devenir récurente, selon le maire qui met en cause le réchauffement climatique. Le président de l'Union des fédérations de pêche du lac du Der, Éric Delforge, est tout de même rassurant. "Ces cyanobactéries vont vite disparaître, vu le mauvais temps qu'on a. Et les pêcheurs ont toujours le droit de pêcher, ils ne mangent pas forcément leurs prises. En plus, ce n'est qu'une partie du lac, qui en est séparée par des digues." On ne lui a rapporté aucun cas de contamination chez l'être humain, et il exclut tout impact économique : les poissons du lac du Der n'ont pas vocation à être vendus.
 
Poursuivre votre lecture sur ces sujets
pêche santé société réchauffement climatique environnement