Déconfinement : A Dingsheim, dans le Bas-Rhin, onze élèves pour une rentrée à l'école en douceur

A Dingsheim, le déconfinement a commencé. Cette semaine, les CM2 ont été les premiers à reprendre le chemin de l’école, qui compte habituellement 117 élèves. Parents, enfants, enseignants, anciens de l’école… Voilà comment a été vécue cette réouverture inédite.
 

Masque pour la maîtresse et distance entre les élèves, voici à quoi ressemble l'école d'après
Masque pour la maîtresse et distance entre les élèves, voici à quoi ressemble l'école d'après © K. Gélébart
Nous sommes de retour à Dingsheim (pas sur-Souffel). 1.300 habitants, une école, un esprit de solidarité, toujours pas de resto… Ce jeudi 14 mai, le thermomètre affiche 6 degrés et le ciel toutes les nuances de gris. Il n’est pas encore 8 heures, et on se dit que c’est un vrai temps de rentrée pour la réouverture de l’école.
 
Les élèves arrivent au compte-goutte, emmitouflés dans leurs vestes, leurs cartables sur le dos. Le directeur est au portail. Philippe Wersinger est arrivé bien en avance pour les accueillir. Il n’est ni détendu ni reposé. Depuis une semaine, il a travaillé d’arrache-pied pour préparer tout l’établissement au retour des enfants. « Depuis que vous êtes venues la semaine dernière, c’est la folie ! », nous lâche-t-il. L’Education nationale impose un cahier des charges strict pour garantir la sécurité sanitaire de tous dans le contexte de coronavirus.
 

Protocole sanitaire relatif à la réouverture des écoles


Timéo est emmené en voiture par ses parents. « Je suis content de retourner à l’école pour voir mes copains », dit-il timidement. Puis c’est au tour de Gabriel. « Le petit déj’ à 7 heures, ça faisait longtemps ! », rit sa maman en saluant de loin.  Tout le monde a l’habitude de garder ses distances maintenant. Minh Nan arrive sans ses parents, comme un grand, à vélo. Alors qu’il boucle son cadenas, il nous confie : « C’est le grand jour, je suis content de retrouver mes copains ! ». Après des semaines de préparation, le directeur a hâte de passer – avec succès - cette épreuve de rentrée sanitaire en pleine année scolaire. « Allez on y va ! », lance-t-il aux enfants. Ceux-ci s’avancent en respectant l’écart matérialisé au sol par des bandes plastifiées rouges.

Des parents confiants

Une dernière retardataire, le portail se referme, et une looongue file de 11 élèves s’étire sur au moins 12 mètres. Les parents ne déguerpissent pas à toute vitesse comme d’habitude. Ils s’attardent pour discuter derrière les haies, qui se sont bien étoffées pendant le confinement. « Moi, je suis confiante, je n’étais absolument pas anxieuse parce qu’il y a beaucoup de mesures qui ont été prises », explique Hélène Gerault, la maman de Gabriel. « Et puis oui, il y a une maladie, il y a un risque, mais ce n’est pas en restant à la maison qu’on va apprendre à vivre avec », ajoute-t-elle. « Moi, je n’ai pas hésité », enchaîne Anne Winter, la maman de Timeo. « Je suis contente qu’il y aille pour apprendre, revoir ses copains. Et puis il faut terminer ce qu’on a commencé ».
A effectifs complets (26 élèves en CM2), sachant que chaque élève serait séparé d'un mètre de ses camarades, et en comptant la maîtresse, la rangée atteindrait-elle Griesheim (sur-Souffel) ?
A effectifs complets (26 élèves en CM2), sachant que chaque élève serait séparé d'un mètre de ses camarades, et en comptant la maîtresse, la rangée atteindrait-elle Griesheim (sur-Souffel) ? © France Télévisions

Pas la même maîtresse

En classe, il y a beaucoup de changements. Au sol, des flèches donnent le sens de circulation, pour éviter de se croiser. Les bureaux ont été beaucoup espacés. Ca va être dur de zieuter sur la feuille de son voisin en cas d’interro. Mais pour la première question de la maîtresse, il n’y a pas de mauvaise réponse : « Qu’avez-vous fait pendant le confinement ? », questionne Madame Leguay. Les CM2, elle trouve qu’ils ont bien grandi, Madame Leguay. Et elle est contente de les retrouver. Pas parce qu’il s’est écoulé huit semaines de confinement, mais parce qu’elle les a eus l’année dernière. En vrai, Madame Leguay est maîtresse de CM1. Ce n’est donc pas leur enseignante habituelle. Elle a pris le relais dans cette classe pour suppléer le maître, Monsieur Wersinger, déjà bien pris par ses fonctions de directeur. « Mes CM1, j’ai du mal à me dire que je ne les reverrai peut-être pas cette année. Ca c’est dur, j’ai du mal », confie l’enseignante. C’est ça aussi le retour à l’école post confinement.
Céline Leguey se sent soulagée après cette rentrée qui s'est "très bien passée". Même s'il n'y avait que des CM2, les plus grands.
Céline Leguey se sent soulagée après cette rentrée qui s'est "très bien passée". Même s'il n'y avait que des CM2, les plus grands. © K. Gélébart

Ca fait bizarre !

Pas la même maîtresse, pas la classe au complet non plus : onze élèves sont présents sur les 26 quand l’effectif est au complet. « Ca fait bizarre parce que je n’ai pas tous mes amis » explique Lena. « Je suis content parce qu’à la maison, je commençais à m’ennuyer. Je ne voyais que mes parents », rapporte Gylles (avec un "y", c'est plus original!). Allez, on passe au complément du nom. Gylles enchaîne : « Le complément du nom ne s’accorde ni en genre ni en nombre avec le nom qu’il accompagne. Exemple : une tenue de randonneur, des tenues de randonneur ».
 
Le complément du nom. Ex : l'école d'hier, l'école d'aujourd'hui
Le complément du nom. Ex : l'école d'hier, l'école d'aujourd'hui © K. Gélébart
 

Drôle d’ambiance à la récré

Arrive l’heure de la récré ! La sonnerie retentit. (Un peu à notre demande, il faut bien le dire, ça nous manquait un peu). Et là aussi tout est différent. Timéo, Minh Nan et Gylles se positionnent chacun sur une des marques au sol qu’a installées le directeur. Les filles se sont assises (à bonne distance) pour dessiner et lire.
 
La récré bien séparés
La récré bien séparés © K. Gélébart
Ecrire ou lire, il faut choisir
Ecrire ou lire, il faut choisir © K. Gélébart

Le directeur improvise une petite course chronométrée : « Il faut qu’ils se défoulent un peu ! ». Il s’est détendu, le directeur. Il voit que tout se passe bien. Que les enfants respectent les consignes. Qu’ils restent éloignés les uns des autres. Alors il respire un peu mieux. A deux ans de la retraite, il se serait bien passé de cette épreuve. L’air de rien, c’est un jour historique pour l’école de Dingsheim. Et tout le monde a assuré. Alors, nous proposons une photo pour immortaliser le moment.
 
Voilà à quoi ressembleront les photos de classe du futur
Voilà à quoi ressembleront les photos de classe du futur © K. Gélébart
Celle qui a immortalisé de nombreux moments dans l’école, c’est Françoise Tardivaud. « Il n’y a pas eu de photo de classe les deux premières années, en 1969-1970 et 1970-1971 ». L’enseignante a travaillé 26 années dans l’école de Dingsheim. Elle étale les clichés sur la table de son jardin. « La table n’est pas assez grande, c’est là qu’on se voit vieillir », sourit l’institutrice. « La dernière année, en 1995, j’ai eu trois enfants de mes anciens élèves. Là, je me suis dit : il est temps que j’arrête ». 

« On a connu les heures heureuses de Dingsheim »

Françoise Tardivaud, ancienne institutrice du CP

Cette maîtresse de CP, rigoureuse mais au regard malicieux, tous les élèves de Dingsheim s’en souviennent. Et c’est réciproque. « Là, c’est Gaston Burger, le maire » nous montre l’institutrice. « Il est là... avec des cheveux ! » Ses yeux pétillent à l’évocation de ses souvenirs. « En 1968, le lotissement Le Corbusier s’est créé et il y a eu un flot d’enfants, des enfants de la ville, il a fallu créer une école. La population a triplé, passant de 400 personnes à 1.200 habitants ! C’était un véritable déferlement d’enfants. On s’est retrouvé dans ce qu’on appelait des baraques, des Algeco. Il y avait deux classes la première année, deux de plus la seconde, et ensuite, on a construit l’école de Dingsheim, où on a accueilli les enfants de Griesheim (sur-Souffel) aussi. On n’a pas vécu ce que vivent les enfants et les enseignants en ce moment. C’était l’inverse, on avait des classes à double niveau, avec 36 enfants par classe. C’était dingue ! On a connu les heures heureuses de Dingsheim. »
 
Françoise Tardivaud, 26 rentrées à l'école de Dingsheim. 30 élèves environ à chaque rentrée. Total ?
Françoise Tardivaud, 26 rentrées à l'école de Dingsheim. 30 élèves environ à chaque rentrée. Total ? © K. Gélébart

Françoise est à la retraite depuis 1995, mais elle a gardé ses habitudes d’enseignante. Pour le premier reportage, elle nous a envoyé un gentil mot, « Excellent travail ! », qu’on a pu montrer fièrement à nos parents. Sur les photos, chaque visage rappelle un souvenir à Françoise. « Tiens, là, c’est le petit Martin ».

Le petit Martin, c’est le père de famille que nous avons rencontré la semaine dernière. Sur la table à manger toujours transformée en meuble à tout faire de la maison, ce commercial frontalier a échangé sa place de télétravail avec Laurence son épouse : « Elle est frileuse, elle m’a fait échanger pour être plus près du poêle que j’ai dû rallumer ».

Deux tiers des enfants en moins

Laurence est toujours chargée des relations publiques pour les institutions européennes, et ce jour-là, son casque sur la tête, elle est en pleine visioconférence avec ses collègues via son ordinateur portable : « You tell me « : Can you put the questions on the accepting Sanofi proposals and then I put it on ».
 
Laurence, Martin et Clément, toujours au "bureau" familial
Laurence, Martin et Clément, toujours au "bureau" familial © K. Gélébart

Du coup, son mari a (de nouveau) la parole pour nous détailler les évolutions familiales permises par le déconfinement. C’est toujours l’incertitude pour les dates de retour au travail pour Laurence et Martin, mais ils ont pu faire garder deux de leurs trois enfants (l’école n’a repris pour aucun d’entre eux). Alors ils peuvent télétravailler plus sereinement, sans être interrompus à tout bout de champ. « On a organisé quelque chose d’hybride, on va alterner entre les nounous, les grands-parents et le dépannage avec les amis proches. On fait un peu au jour le jour parce que c’est difficile de planifier à long terme. En tout cas, c’est positif pour nous. On est moins stressés, c’est moins usant nerveusement ». Et ils redécouvrent également leurs enfants individuellement.

Clément, roi en son royaume

Ce jour-là, Clément. A 8 ans, il continue d’étudier à la maison, car l’école n’a pas repris pour les CE1. Surtout, en l’absence de son grand frère Jules et sa petite sœur Charlotte, il est roi en son royaume.
 
Clé(ma)ment
Clé(ma)ment © France Télévisions

Personne pour l’interrompre ou lui voler la vedette, alors, il nous emmène dans la salle de jeux pour nous montrer Boom Trix, un jeu de son frère. « Au moins ce qui est bien, c’est que je peux faire ce que je veux. Jules, il ne peut pas me dire : on fait ça ou on fait ça ».
Jules doit revenir vendredi soir. Nous aussi nous reviendrons la semaine prochaine. Depuis le 17 mars, les habitants de Dingsheim ont changé leur manière de faire leurs courses, leur façon de consommer. Nous irons à la rencontre de certains commerçants et producteurs de Dingsheim et de sa si proche voisine Griesheim (sur-Souffel) pour voir si ces nouveaux usages sont en passe de devenir des habitudes. Ou si la vie d’avant se réinstalle.

Le deuxième épisode du feuilleton à Dingsheim

Pour monter nos reportages « télé », on est toujours limité dans leur durée (sinon le journal durerait des heures). Et parfois nos chefs nous demandent de raccourcir un peu. C’est frustrant pour nous et pour les personnes qui ont participé au reportage. Voici la version non raccourcie du reportage monté par Karine et Lionel.

Déconfinement à Dingsheim, le making-off du deuxième épisode en diaporama

Tournage, interviews, montage. Pour ce feuilleton au rythme du déconfinement avec les habitants de Dingsheim, nous partageons avec vous quelques images de notre travail. A faire défiler !
Pour les prochaines photos de classe, mieux vaut prévoir un appareil "grand angle"
Pour les prochaines photos de classe, mieux vaut prévoir un appareil "grand angle" © K. Gélébart - France Télévisions
Pour sa première année en Alsace, Françoise était en poste à Thann, la commune où Karine était au lycée. Le monde est petit !
Pour sa première année en Alsace, Françoise était en poste à Thann, la commune où Karine était au lycée. Le monde est petit ! © C. Peyrot - France Télévisions
1972, OK ! 1973, OK ! 1974, OK...
1972, OK ! 1973, OK ! 1974, OK... © K. Gélébart - France Télévisions
Picnic à Dingsheim, où il n'y a toujours pas de resto
Picnic à Dingsheim, où il n'y a toujours pas de resto © K. Gélébart - France Télévisions
Montage du reportage avec Lionel Grandadam. Pas un chat à Dingsheim pour le tournage de l'épisode 2 ?
Montage du reportage avec Lionel Grandadam. Pas un chat à Dingsheim pour le tournage de l'épisode 2 ? © K. Gélébart - France Télévisions
Les chats de Lionel se passionnent pour le montage du reportage (Insta : Oneschoco)
Les chats de Lionel se passionnent pour le montage du reportage (Insta : Oneschoco) © L. Grandadam - France Télévisions
Pourtant, ce n'était pas marqué "sur-Souffel" la semaine dernière (on s'en veut, on s'en veut !)
Pourtant, ce n'était pas marqué "sur-Souffel" la semaine dernière (on s'en veut, on s'en veut !) © K. Gélébart - France Télévisions

 
Poursuivre votre lecture sur ces sujets
déconfinement région grand est politique fusion des régions réforme territoriale coronavirus/covid-19 santé société coronavirus - confinement : école à la maison éducation