Déconfinement : réouverture des parcs de loisirs en Alsace à partir du 13 juin

Le Premier ministre l'a annoncé: les parcs de loisirs vont pouvoir rouvrir à partir du 2 juin. En Alsace, il faudra cependant que les visiteurs patientent encore un peu, quelques jours ou semaines supplémentaires, le temps pour les parcs de se préparer après trois mois de fermeture.

Manège au Parc du Petit Prince, Ungersheim
Manège au Parc du Petit Prince, Ungersheim © Vincent Voegtlin, Maxppp
L'autorisation de réouverture des parcs de loisirs, annoncée le jeudi 28 mai par le Premier ministre, est accueillie avec soulagement dans le milieu des parcs de loisirs. Une aide de 17 millions d’euros promis par l'Etat devrait pouvoir aider les parcs privés à passer le cap de l’été. Pour les directeurs et les équipes des parcs il faut maintenant faire au plus vite pour pouvoir être prêts dans les meilleurs délais. Un objectif pas toujours facile à tenir en raison de la mise en oeuvre d'un protocole sanitaire strict: le public doit pouvoir être accueilli dans des conditions optimales.  Les ouvertures des parcs animaliers et de loisirs vont ainsi s'échelonner de la mi-juin à début juillet. Tour d'horizon du nord au sud de l'Alsace. 
 


Didiland, Morsbronn-les-Bains, Bas-Rhin

Philippe Wernert, le directeur du parc d'attractions Didiland, espère pouvoir ouvrir le weekend du 4-5 juillet, pas avant : "On ne peut pas ouvrir plus vite, l'annonce a été très rapide, nous ne sommes pas prêts. On va faire comme on peut." Comme on peut, c’est à dire en tenant compte, avant toute chose, de la date du contrôle technique des manèges qui ne pourra pas se faire avant le 15 juin. "Ensuite, il faut faire revenir l’équipe permanente en chômage partiel, 8 personnes, puis progressivement les 80 saisonniers pour préparer le terrain" explique le directeur.
Le protocole sanitaire propre aux parcs de loisirs tient en une cinquantaine de pages: distance d’un mètre aux files d’attente, entrées et sorties différentes sur les manèges, marquages au sol, distributeurs de gel hydroalcoolique, etc.  Un dispositif assez lourd et contraignant mais qu'il va falloir respecter car l’enjeu est important: il s’agit de sauver la saison estivale après un printemps sacrifié, saison estivale qui concentre la plus grosse part du chiffre d’affaire annuel. En 2019 le parc avait accueilli 120.000 visiteurs dont 30% d’Allemands. Cet objectif ne pourra pas être atteint cette année: « On ne sait pas comment les clients vont revenir ni dans quel état d’esprit », s’interroge Philippe Wernert.
 

La Montagne des singes, Kintzheim, Bas-Rhin

La réouverture du parc animalier de la Montagne des Singes est prévue pour le samedi 13 juin, sept jours sur sept. Dans ces 24 hectares de forêt où vivent en liberté plus de 200 macaques de Barbarie, il ne sera pas trop difficile de faire respecter les distances entre les visiteurs. Une billetterie en ligne devrait permettre par ailleurs d’alléger la file d’attente aux caisses. Le port du masque sera obligatoire et du gel hydroalcoolique sera mis à disposition du public. Cette année il n’y aura pas de distribution de pop-corn aux visiteurs, lesquels pouvaient ensuite les offrir, en guise de friandises, aux singes.
 
« On ne s’attend pas à voir beaucoup de monde. Il n’y aura ni étrangers ni scolaires », explique le directeur du parc, Guillaume de Turckheim. 330.000 visiteurs étaient venus en 2019, dont un tiers d’étrangers (Allemands, Suisses et Belges surtout) et un bon quart d’Alsaciens, le reste venant des autres régions de France. En 2020 la recette annuelle sera amputée d’un bon tiers à cause des trois mois de fermeture due au confinement. Les dix permanents que comptent l’effectif du parc s’occupent pour moitié de l’entretien des espaces, l'autre moitié est en télétravail. Le confinement a été l’occasion de semer, planter et remettre le parc en état. La cinquantaine de saisonniers habituelle arrivera quelques jours avant l’ouverture du parc pour répondre aux questions du public tout le long du parcours. 

La Volerie des Aigles, Kintzheim, Bas-Rhin

La réouverture de la Volerie des Aigles, parc animalier installé dans les ruines du château de Kintzheim, est prévue pour le 13 juin. Une réouverture liée à la décision du maire de la commune, mais Eric Renaud, le directeur du parc, se dit confiant. Dans un premier temps la volerie n’ouvrira ses portes que partiellement dans la semaine, les mercredis samedi et dimanche puis tous les jours à partir de juillet. Les visiteurs devront porter un masque, respecter les distances physiques minimales et sans doute patienter à l’entrée en fonction de l’affluence et de la jauge qui reste à définir.
Des solutions sont à l’étude pour permettre de maintenir les spectacles, spécificité du parc. Le public ne pourra cependant pas approcher ou toucher les oiseaux comme il pouvait le faire avant le confinement. L’équipe de 10 permanents, au chômage partiel, va réintégrer la volerie à partir de la semaine prochaine pour préparer la rentrée. 150.000 visiteurs étaient venus en 2019 dont 60% en juillet/août. Eric Renaud estime le nombre de visiteurs perdus à 25% à cause du confinement. La saison estivale, cruciale, ne pourra pas combler ce manque à gagner.

Le parc du Petit Prince, Ungersheim, Haut-Rhin

Le Parc du Petit Prince, parc à thèmes inspiré de l’oeuvre d'Antoine de Saint-Exupéry, rouvre ses portes le 4 juillet, tous les jours de 10 à 18h. La jauge sera limitée à 2.700 personnes pour pouvoir maintenir assez de distance entre les personnes dans les 24 hectares que comptent le parc. Il sera demandé aux visiteurs de porter le masque sur les manèges, dans les attractions et les files d’attente.
 
Quelles que soient les conditions de réouverture le directeur, Jérôme Giacomoni se dit confiant et très content : « Je suis soulagé et très heureux de voir l’Alsace repartir en vert. On va tout faire pour ouvrir dans les meilleures conditions et dans la plus grande sécurité et donc, on a décidé de rouvrir le  premier jour des vacances scolaires. » Une décision censée faire revenir les visiteurs habituels, en majorité alsaciens, sur lesquels compte le directeur pour faire repartir la saison estivale. 24 permanents s’activent d’ores et déjà à la remise en état des manèges et à l’entretien du parc, effectif qui sera renforcé par 175 saisonniers en juillet/août. Même si l’année 2020 est amputée d’un tiers des recettes à cause du confinement, Jérôme Giacomoni se veut optimiste: «  On a bénéficié du prêt garanti par l’Etat, ce qui nous va nous permettre de passer l’été. Mais ce qui est important, c’est de voir à long terme, on travaille sur un nouveau plan sur les 3 ou 5 ans à venir. » 

Le zoo de Mulhouse, Haut-Rhin

Le Parc zoologique et botanique de Mulhouse est prêt pour le 2 juin. C’est du moins ce qu’assure son directeur, Brice Lefaux. Il reste maintenant à attendre l’autorisation préfectorale de réouverture, l’état d’urgence sanitaire s’étendant jusqu’au 10 juillet.
Le protocole sanitaire se joue ici essentiellement dans les points « chauds »: l’entrée, côté boutique et les toilettes. Pour éviter des files d’attente trop longues aux caisses, le parc zoologique préconise l’achat des billets en ligne.
Pour respecter les distances physiques entre les visiteurs la jauge est limitée à 150 personnes par heure. Objectif qui sera facile à maintenir vu la surface du parc, plus de 25 hectares. Pour éviter les regroupements, les animations sont supprimées, à la place un système de maraude permettra aux animateurs d’aller à la rencontre des familles.
« On a perdu en recette 400.000 euros et 70.000 visiteurs à cause du confinement. On ne pourra pas rattraper l’impact », explique Brice Lefaux. En revanche, cela n’aura pas d’effet sur le maintien de l’activité ou sur les effectifs (65 collaborateurs), le budget du parc zoologique étant inclus dans celui de la M2A (Mulhouse Alsace Agglomération).  
Ce qui est certain, assure Brice Lefaux, c'est qu'on ne visitera plus les parcs comme avant. Il y aura moins d'affluence, cette année et l'année prochaine.





 
Poursuivre votre lecture sur ces sujets
sorties et loisirs économie déconfinement société
l’actualité de votre région, dans votre boîte mail
Recevez tous les jours les principales informations de votre région, en vous inscrivant à notre newsletter