Déconfinement-vélo : beaucoup de demandes de réparations et le “coup de pouce vélo” du gouvernement à la traîne

Pendant le confinement l'atelier d'entretien a permis de maintenir une activité / © Henri Decker
Pendant le confinement l'atelier d'entretien a permis de maintenir une activité / © Henri Decker

L’Etat offre 50 euros pour faire réparer son vélo. L’annonce d'Elisabeth Borne, Ministre de la Transition écologique, date du 29 avril. Du coup, les demandes de réparation affluent auprès des professionnels. Mais les agréments officiels et la plateforme "coup de pouce" peinent à démarrer.

Par Laurence Duvoid

L’Etat a mis la charrue avant les bœufs
- Henri Decker, réparateur agréé Yodabikes Metz

"Rien n’est mis en place ! On vient seulement de recevoir ce matin l’accord pour être réparateur agrée mais les gens ne peuvent pas s’inscrire sur la plateforme coup de pouce vélo avant lundi. Alors qu’on a eu beaucoup d’appels durant toute la semaine pour des demandes de réparation !" précise Henri Decker.

Retard à l’allumage

La mise en place de la plateforme gouvernementale est beaucoup trop lente selon les réparateurs. 

Il aurait fallu que cette plateforme soit opérationnelle beaucoup plus tôt pour permettre aux gens de pouvoir faire réparer leur vélo pour le 11 mai !
- Henri Decker

"Là, ils ne pourront s’inscrire que le 11, quel intérêt ? Certains n’auront pas d’autres choix que de prendre leur voiture ou les transports en commun !" s'agace ce réparateur nancéien souhaitant garder l’anonymat.

Une demande énorme

Pour autant, pas de quoi dissuader les accros de la petite reine qui ont préféré faire réparer leur vélo à leur frais dans ce magasin de l’agglomération nancéienne.  

On répare 90 vélos par semaine depuis la réouverture des ateliers il y a 3 semaines
- Laura Morque, Propriétaire gérante de Culture Vélo Nancy

"Sans le coup de pouce du gouvernement, il y avait de toute façon, une demande réelle. Avec l’aide de l’Etat, cela représente pour l’instant, une hausse de 30 % des réparations.  Il y a une demande énorme. Il y a l’aspect loisir et travail avec le déconfinement. C’est sûr et certain qu’avec le virus, les gens vont se mettre au vélo en déplacement urbain" ajoute Laura Morque. 

Réponse lundi

Reste à savoir si les cyclistes seront réellement en selle le jour du déconfinement. Certaines villes comme Metz favorisent l’utilisation du vélo avec la mise en place de pistes cyclables provisoires.

On verra s’il y a beaucoup de cyclistes le jour du déconfinement dans les grandes villes !
- Nicolas Creusot, Co-créateur de l’Atelier du Vélo à Malzéville (Meurthe-et-Moselle)

"Vous savez, beaucoup de gens sont plein de bonnes intentions pour refaire du vélo, mais dès qu’ils se retrouvent sous la pluie, pas équipés, arrivant trempés sur leur lieu de travail : ça change la donne !" sourit le bénévole de cette association malzévilloise.
 

A lire aussi

Sur le même sujet

Les + Lus