Déconfinement: dans les Vosges, les gendarmes de montagne appellent "à la prudence pour éviter les accidents"

Les beaux jours, les ponts du mois de mai et l’effet déconfinement attirent sur les crêtes vosgiennes des promeneurs plus nombreux qu’à l’accoutumée en cette période. Le peloton de gendarmerie de montagne de Munster, intervenu quatre fois depuis ce lundi 18 mai, invite à la prudence.
L'hélicoptère de la sécurité civile et le peloton de la gendarmerie de montagne sont intervenus quatre fois pour porter secours depuis ce lundi 18 mai.
L'hélicoptère de la sécurité civile et le peloton de la gendarmerie de montagne sont intervenus quatre fois pour porter secours depuis ce lundi 18 mai. © Hervé Kielwasser/ Maxppp.
Que la montagne est belle… Jean Ferrat le chantait déjà en 1965 et ses paroles n’ont pas pris une ride depuis. Dans les Vosges, en particulier sur les crêtes, il semblerait même que l’effet du déconfinement, couplé à une météo radieuse, ait créé des vocations et des envies d’escapade par centaines.

Plus de monde qu'en temps normal à cette période
Joseph Peter, Club vosgien

"Je marche très régulièrement et j’ai croisé cette semaine des promeneurs, surtout des familles, qu’on n’a pas l’habitude de voir", constate Joseph Peter, président du Club vosgien dans le secteur de Saint-Amarin dans la vallée de Thann.

Les jours fériés du mois du mai aidant, les sentiers sont pris d’assaut par ces néo-randonneurs, en particulier depuis cette semaine. "Il y a clairement plus de monde qu’en temps normal à cette période, ajoute encore Joseph Peter, lui-même de sortie ce jeudi 21 mai du côté du sommet du Drumont. Les gens étaient en manque de nature et cela se remarque."

Chute mortelle d'une centaine de mètres

Des panoramas magnifiques, un grand bol d’air après des semaines cloîtré chez soi, pourtant la montagne n’est pas sans risques, loin s’en faut. Depuis ce lundi 18 mai, le peloton de gendarmerie de montagne de Hohrod (PGM), près de Munster dans le Haut-Rhin, est intervenu quatre fois pour porter secours, dont deux fois en ce jeudi de l’Ascension, avec l’appui d’un Dragon, hélicoptère de la sécurité civile.
 
Le sentier des Roches, accessible depuis le col de la Schlucht, est un endroit très prisé des randonneurs mais aussi très dangereux.
Le sentier des Roches, accessible depuis le col de la Schlucht, est un endroit très prisé des randonneurs mais aussi très dangereux. © Vanessa Meyer/ Maxppp

Une intervention par jour depuis ce lundi, c’est plus qu’en temps normal pour une unité qui dénombre en moyenne 200 par an. Samedi 16 mai, pour le premier week-end du déconfinement, une femme de 52 ans s'était déjà cassée l'épaule après être tombée de plus de 20 mètres depuis le sentier des Roches, l'un des itinéraires les plus prisés et périlleux des Vosges.

Ce mercredi 17 mai, un homme de 76 ans a fait une chute mortelle d’une centaine de mètres sur le GR5, entre (pour les connaisseurs) la Martinswand et le col du Falimont, près du Hohneck. Une enquête est en cours mais l'accident qui a conduit au décès serait lié à une inattention. "C’est un sentier qui n’est pas difficile en soi et très emprunté par les randonneurs, indique l’adjudant-chef Ramelet. C’est la preuve qu’il faut absolument rester prudent."
 
Outre l’équipement, qui passe avant tout par de bonnes chaussures, les gendarmes rappellent également que la reprise des activités en montagne doit se faire de manière "progressive". 

Réadapter les corps à l'effort pour éviter les accidents
Adjudant-Chef Ramelet, Peloton de gendarmerie de montagne

"Les gens ont été privés de randonnée pendant deux mois, ils doivent reprendre leurs marques et réadapter leurs corps à l’effort pour éviter les accidents. Ce qu’on préconise par exemple, c’est de calculer son itinéraire à l’avance pour savoir où on va et faire cela en fonction des capacités de chacun", détaille le sous-officier.

Attroupements interdits et pique-nique encadrés

Des préconisations auxquelles viennent s’ajouter d’autres recommandations liées au contexte sanitaire, comme le fait d’éviter les "attroupements" et de "pique-niquer dans les secteurs de grand passage". 

Le PGM 68 communique régulièrement sur sa page Facebook des conseils pratiques. Ce petit guide ci-dessous spécifie par exemple les mesures qui encadrent les activités de randonnée, d'escalade, d'alpinisme ou de parapente.
 
"Prudence" à tous les étages donc, et surtout sur les sommets où les points de vues "carte postale" peuvent faire oublier que la montagne est belle mais peut vite devenir dangereuse.
Poursuivre votre lecture sur ces sujets
montagne nature randonnée loisirs sorties et loisirs