• MÉTÉO
  • SOCIÉTÉ
  • ECONOMIE
  • POLITIQUE
  • DÉCOUVERTE
  • FAITS DIVERS

Dienville : après le redressement judiciaire, quel avenir pour la SCIAE ?

Seuls 61 des 129 emplois ont pu être sauvés / © Olivier Mayer / France 3 Champagne-Ardenne
Seuls 61 des 129 emplois ont pu être sauvés / © Olivier Mayer / France 3 Champagne-Ardenne

Le 8 mars, l'entreprise de meubles en kit, en redressement judiciaire depuis décembre 2017, a été reprise par son ancien propriétaire, Denis Lavandier. Nous l'avons rencontré ce matin pour échanger sur l'avenir de l'activité. 68 postes sur 129 vont être supprimés.

Par J.J.A.

Le rachat a été officialisé jeudi dernier. Le 8 mars, Denis Lavandier a sauvé la SCIAE. Propriétaire jusqu'en 2010 de l'entreprise de meubles en kit, il était le seul à avoir maintenu son offre de reprise. Placée en redressement judiciaire en décembre 2017, après de longs mois de difficultés financières, la SCIAE peut de nouveau se tourner vers l'avenir. Ou presque. Car il faut désormais mettre en place un plan de sauvegarde de l’emploi, qui doit licencier 68 des 129 postes de l'entreprise. Mais il l'assure, Denis Lavandier n'a qu'une idée en tête : pouvoir reprendre au plus vite ces salariés. Il se dit prêt à reconquérir la clientèle et développer le chiffre d'affaire de l'entreprise.
 
A ses côtés, sa fille s'apprête à gérer l'entreprise. Sophie Lavandier, autrefois à la direction de l'export à la SCIAE, souhaite reconquérir les marchés étrangers. L'entreprise travaille avec des clients de la grande distribution comme Conforama, But ou encore Alinéa. D'ici un an, elle souhaite redresser son chiffre d'affaire à 20 millions d'euros : deux fois moins qu'en 2010, lors de la vente de l'entreprise par Denis Lavandier.

Voir notre reportage

 

A lire aussi

Sur le même sujet

La sortie du Fioul en question

Les + Lus