Les enseignants de l'Université de Lorraine en grève obtiennent un retrait progressif des vigiles

© Patrick Germain. France 3 Lorraine
© Patrick Germain. France 3 Lorraine

Ce mercredi 16 mai, le collectif des personnels de l'Université de Lorraine appelait à la grève sur les campus du CLSH de Nancy, et le campus du Saulcy à Metz. Le mouvement professoral milite pour que les poursuites judiciaires envers six étudiants arrêtés jeudi 3 mai dernier soient abandonnées.  

Par Brice Recotillon

Le collectif des personnels dont l'appel à la grève a mobilisé six syndicats a décidé de faire entendre sa voix ce mercredi 16 mai 2018.

Il s'oppose à la loi ORE imposant une sélection à l'entrée en faculté, ainsi qu'à la possibilité de voir les six étudiants arrêtés jeudi 3 mai (durant le déblocage de la faculté de Nancy) être poursuivis par la justice pour injures.

Une journée de manifestation forte en revendications, où d'une part était dénoncées les violences policières dénoncées par certains étudiants au moment du déblocage de la faculté, et le filtrage des étudiants à l'entrée de l'université.

Les causes de cette grève expliqué par Nicolas Grégory

Deux assemblées générales ont eu lieu

A 12 heures se tenaient deux assemblées générales simultanées à Nancy et à Metz, pour décider du maintien de cette grève avant les manifestations prévues à 14 heures. 
http://

La journée s'est soldée par une petite victoire des manifestants qui ont obtenu du président de l'université "un retrait progressif des vigiles en fonction du bon déroulement des examens".

 

Sur le même sujet

Extrait "Paroles de flic, un passé stupéfiant" - Le prix de l'héroïne

Les + Lus