Fameck : des coups de feu échangés à la sortie de l’école

Publié le Mis à jour le
Écrit par Laurence Duvoid
350 élèves poussent chaque jour les portes de l'école Jacques Prévert de Fameck (Moselle)
350 élèves poussent chaque jour les portes de l'école Jacques Prévert de Fameck (Moselle) © A. renard, France Télévisions

Plusieurs coups de feu ont été échangés lundi 3 janvier 2021 en fin d’après-midi sur un parking de Fameck (Moselle), situé à 150 mètres de l’école Prévert. Aucun blessé mais une balle s’est perdue dans le double vitrage de l’école. La ville est aujourd’hui sous le choc.

Il était un peu plus de 16h30 ce lundi 3 janvier 2021. Les 350 enfants de l’école maternelle et primaire Jacques Prévert de Fameck viennent tout juste de sortir de classe, lorsque plusieurs coups de feu sont tirés sur un parking situé à 150 mètres de l’établissement scolaire, classé en zone d’éducation prioritaire. Des douilles sont retrouvées sur le parking.

Une balle est allée se loger dans le double vitrage de cette école dont les classes étaient fort heureusement désertes. Quelques enseignants encore présents dans les locaux à cette heure de la journée, se trouvaient alors à un étage inférieur. Lorsqu’ils ont entendu l’impact du tir, ils ont immédiatement donné l’alerte à la brigade de gendarmerie de Thionville, qui est en charge de cette affaire.

Les douilles retrouvées au sol ont été prelevées par les équipes scientifiques dépechées sur place, tout comme les images des caméras de vidéosurveillance qui devraient permettre aux enquêteurs de reconstituer le déroulé de cette fin d’après-midi qui a pris des allures de western dans la cité mosellane.

S’agit-il d’un règlement de compte ? 

Beaucoup de questions se posent au lendemain de ce fait divers. S’agissait-il d’un règlement de comptes ? Pourquoi sur ce parking à proximité de cette école ? Pourquoi une balle a-t-elle été tirée sur l’école en question ? Autant de questions qui interpellent les habitants de ce quartier très fréquenté.

Contacté, le directeur de l’école Prévert, Sylvain Wolf, déclare à notre équipe sur place, avoir reçu des consignes pour ne pas s’exprimer. Il ose toutefois déplorer l’insécurité qui règne dans ce quartier.

Les gendarmes mobiles appelés en renfort

Le maire de Fameck, Michel Liebgott, s’est immédiatement rendu sur les lieux hier. Sous le choc, tout comme la population, l’élu a pris des mesures de protection supplémentaires pour rassurer les habitants.

Il faut être lucide, c’est une situation qui n’est pas normale, qui est inquiétante et il faut trouver les auteurs de cet acte

Michel Liebgott, maire de Fameck

"On a cette chance d’être classé en zone de sécurité prioritaire, donc les gendarmes mobiles ont été appelés en renfort pour plusieurs jours, pour faire à la fois, de la prévention, pour aider également à la résolution des faits, mais également pour rassurer la population. Il faut être lucide, c’est une situation qui n’est pas normale, qui est inquiétante et il faut trouver les auteurs de cet acte. C’est très grave, je comprends qu’il y ait de l’inquiétude. Moi-même, j’ai une petite fille, on ne peut que gamberger et s’inquiéter évidemment pour les gens qui mettent leur enfant à l’école" témoigne l’élu. "On n’a pas le moindre plaisir à imaginer que des gens se tirent dessus dans une ville, notamment dans un quartier plutôt fréquenté à cette heure là. Il y a de la révolte à se dire que maintenant, quand on a des comptes à régler, on les règle avec des armes à feu, c’est un peu nouveau !" conclut Michel Liebgott.

Un avis évidemment partagés par de nombreux parents venus chercher leur enfant à la sortie de l’école ce mardi midi comme cette jeune maman arrivée il y a tout juste 7 ans à Fameck.

C'était beaucoup plus calme avant

Une maman venue chercher sa petite fille en CP à l'école Prévert

"Ca donne juste envie de partir! J'ai pas envie que ma fille se mange une balle perdue ou que moi, je m'en prenne une aussi sachant qu'on vient juste emmener ou rechercher nos enfants à l'école" confie cette maman, d'une petite fille scolarisée en classe de CP à l'école Jacques Prévert. "J'aimerais juste qu'au lieu de s'occuper du port du masque ou du pass sanitaire, on s'occupe de la violence qui peut y avoir ici.. parce que nous, on ne se sent plus en sécurité! Et d'ajouter : "Moi je suis arrivée il y a 7 ans ici, c'était beaucoup plus calme" avant" 

En partenariat avec France 3 France Bleu et Make.org

Participez à la consultation citoyenne sur la présidentielle 2022

Faites-vous entendre ! France 3 Régions s'associe à la consultation Ma France 2022, initiée par France Bleu sur la plateforme Make.org. Le but ? Vous permettre de peser dans le débat démocratique en mettant vos idées les plus plébiscitées au centre de la campagne présidentielle.