Football : la fin du rêve américain pour l'ESTAC ?

En juin, le rachat du club de football troyen par un investisseur américain semblait acté. Depuis, l'ESTAC attend toujours les 3 millions d'euros annoncés par Gary Allen. La date butoir est fixée au 30 septembre et sauf coup de théâtre, l'aventure américaine n'aura pas de suite. 

L'Américain Gary Allen (à gauche) voulait confier à Eric Descombes (à droite) la gestion au quotidien de l'ESTAC.
L'Américain Gary Allen (à gauche) voulait confier à Eric Descombes (à droite) la gestion au quotidien de l'ESTAC. © MaxPPP
Du rêve américain au mirage : alors que la date butoir pour trouver les fonds nécessaires au rachat de Troyes (L2) est fixée à ce vendredi 30 septembre, l'Américain Gary Allen ne semble plus en mesure de prendre le contrôle du club aubois. 

Moins de quatre mois après l'annonce de la vente de l'Estac, le président troyen Daniel Masoni et Gérard Menuel, adjoint au maire de la ville, ont perdu le grand sourire qu'ils affichaient le 6 juin au moment d'annoncer qu'un protocole d'accord avait été signé.

 

Un projet qui restait flou

Le porteur du projet, Gary Allen, débarqué tout droit de Portland (Oregon) et propriétaire d'un club amateur de quatrième division, était pourtant enthousiaste. Sur son CV, figurait une entreprise de décoration d'intérieur tenue par sa femme, et le frère de l'ancien grand champion de triathlon Mark Allen était accompagné d'Eric Descombes, ancien joueur franco-mauritanien qui devait être chargé de gérer le club au quotidien.

Le projet, présenté comme ayant "des investisseurs derrière", restait flou mais compte tenu de la période difficile traversée par le club, chacun voulait y croire. Éreinté par une saison en Ligue 1 catastrophique (dernier avec 18 points et seulement trois victoires), Masoni semblait soulagé de passer la main.

La ville de Troyes voyait elle d'un bon oeil l'arrivée d'une nouvelle dynamique et était prête à dérouler le tapis rouge, notamment pour des projets immobiliers dont on perçoit aujourd'hui surtout le vide.

Car près de quatre mois plus tard, la vente n'est toujours pas effective et ne le sera sans doute jamais. Le délai imparti (15 septembre) a même été repoussé jusqu'au 30 septembre à la demande de Gary Allen. Mais cela n'a rien changé au problème : les investisseurs américains n'ont pas l'argent nécessaire pour racheter le club, environ 3 millions d'euros.

durée de la vidéo: 01 min 43
Direct - ESTAC (JT 12/13 30/09/16) ©France 3 Champagne-Ardenne

Des tensions avec les repreneurs

Pourtant, les promesses avaient fleuri sitôt le protocole signé. Fin juin, Eric Descombes annonçait vouloir "aller vite" et finaliser la reprise dès la mi-juillet pour pouvoir investir dès l'été et influer sur la composition de l'effectif.

Mais le rêve américain s'arrête là. Les semaines défilent sans que rien ne se passe, laissant apparaître les premières crispations. La tension s'installe entre le président sur le départ et les repreneurs qui veulent poser leur empreinte sur le club sans en être encore officiellement propriétaires.

Accusé d'être un frein à la vente, Daniel Masoni ne dévie pas de sa ligne de conduite : "si demain j'ai l'argent, je m'en vais." Aux "délais administratifs" invoqués pour réaliser le transfert de fonds, succèdent les premiers doutes. Depuis début août, les repreneurs n'ont plus jamais voulu communiquer. Leur principal soutien financier américain se serait retiré du projet.

Soutenu par la municipalité, le duo Allen-Descombes passe des semaines en France, étudie toutes les possibilités et cherche des montages financiers pour aller au bout. Poussé vers la sortie par la Ville, Daniel Masoni attend les garanties bancaires sur un paiement échelonné. En vain. La surface financière de Gary Allen semble inexistante, ce qui finit par lasser et susciter de nombreuses questions.

Aujourd'hui, Troyes, neuvième de Ligue 2, se reconstruit sportivement sous la houlette de Jean-Louis Garcia. Sauf improbable retournement de situation, l'aventure américaine n'aura pas de suite. L'Estac est toujours à vendre et va reprendre sa routine, en attendant le prochain repreneur...


L'Espérance sportive Troyes Aube Champagne sera sur le terrain d'Amiens pour la 10e journée de Ligue 2 de football ce vendredi soir à 20 heures au stade de la Licorne.
Poursuivre votre lecture sur ces sujets
estac football sport
l’actualité de votre région, dans votre boîte mail
Recevez tous les jours les principales informations de votre région, en vous inscrivant à notre newsletter