A Gertwiller, le spécialiste du pain d'épices Fortwenger a moins d'un mois pour rattraper l'année

Fortwenger fabrique du pain d'épices à Gertwiller depuis 1768. Son activité est mise en péril par la crise et le nouveau confinement. Pour faire face, toute la production est réorganisée car toute la vente est concentrée sur la fin de l'année.
Dans les boutiques de l'entreprise, faute de touristes, il y a très peu de clients cette année
Dans les boutiques de l'entreprise, faute de touristes, il y a très peu de clients cette année © D. Marcelin - France Télévisions
Tout va se jouer sur ce mois de décembre. A Gertwiller (Bas-Rhin), Fortwenger fabrique et vend du pain d'épices depuis 1768. 85 salariés, six à huit tonnes de pains d'épices produits chaque jour, huit boutiques, autant dire que sa réputation n'est plus à faire sur son secteur d'activité. Mais 2020 est passée par là et la crise sanitaire et économique a contraint l'entreprise à une restructuration complète.

Des boutiques vides

Mannele, bredele, stollen... D'ordinaire, 70% de la production est écoulée entre les mois d'octobre et de décembre. Trois mois cruciaux pour la vie de l'entreprise mais qui ont été bouleversés par le nouveau reconfinement du mois de novembre. Si les boutiques étaient autorisées à rouvrir pendant cette période, l'absence de touristes les a contraints à fermer (sauf celle de Gertwiller). Et les stocks se sont accumulés. 
 
La fidélité des Alsaciens permet de vendre une partie de la production
La fidélité des Alsaciens permet de vendre une partie de la production © D. Marcelin - France Télévisions

Du coup, il a fallu tout réorganiser. L'entreprise concentre à présent tous ses efforts sur la vente en ligne. Celle-ci a été multipliée par 10. "On est passé de 300 à 3.000 colis expédiés chaque jour à travers la France, et même au-delà", explique Steve Risch, le PDG de l'entreprise. Pour ce faire, 40% des collaborateurs ont dû changer de métier. Les responsables de magasin, le personnel administratif, même les chauffeurs livreurs sont venus renforcer les équipes dédiées à l'expédition.
© D. Marcelin - France Télévisions

Les équipes de production (à l'arrêt pendant le nouveau confinement) ont mis les bouchées doubles. Elles travaillent désormais 24 heures sur 24 et sont organisées en "3/8".
Plus d'un salarié sur 3 a dû changer ses habitudes de travail pour traverser la période
Plus d'un salarié sur 3 a dû changer ses habitudes de travail pour traverser la période © D. Marcelin - France Télévisions

Face à cette situation exceptionnelle, les responsables misent à présent sur la solidarité alsacienne. Celle des autres entreprises, et celles des consommateurs. 

Appel à la solidarité

Pour continuer à vendre les produits Fortwenger, de nombreux supermarchés ont étendu la surface consacrée à la vente des pains d'épices dans leurs magasins. Steve Risch espère aussi que les consommateurs alsaciens feront un effort car l'avenir de l'entreprise se joue chaque jour. "Impossible de se projeter dans l'avenir dans ce contexte" nous dit-il. Mais le PDG veut rester postif : "Je crois en la bonne étoile de Fortwenger" conclut l'entrepreneur. 
 
Poursuivre votre lecture sur ces sujets
crise économique économie cuisine culture gastronomie entreprises