Grand débat national : les 7 principales propositions citoyennes du Grand Est

Parmi les propositions, celle-ci a été très applaudie : "50% des députés de l’Assemblée Nationale devraient être tirés au sort comme nous l’avons été pour cette conférence citoyenne". / © Marc Ollivier, MaxPPP
Parmi les propositions, celle-ci a été très applaudie : "50% des députés de l’Assemblée Nationale devraient être tirés au sort comme nous l’avons été pour cette conférence citoyenne". / © Marc Ollivier, MaxPPP

Après un jour et demi de travail autour des quatre thèmes du grand débat national, des propositions ont émergé lors de la "conférence citoyenne" du Grand Est à Strasbourg ce samedi 23 mars. En voici sept principales restituées ce samedi par les porte-paroles de chaque groupe.
 

Par MM et AB

Deux mois de débats dans les salles des fêtes et les mairies, rassemblés par un travail en groupe, avec des habitants tirés au sort venus de toute la région Grand Est. Les citoyens ont donc parlé. Ils ont livré une synthèse des propositions ce samedi 23 mars lors de la conférence citoyenne régionale à Strasbourg. Nous avons choisi de vous en livrer sept principales. Sur les différentes thématiques abordées. 

La démocratie et la citoyenneté

Frank le porte-parole de la table 12, « nous devons miser sur la jeunesse. Les jeunes seront les futurs citoyens, les futurs votants. Nous souhaiterions la création d’une formation à la citoyenneté. Elle concernerait tous les élèves dès la maternelle. Chaque enfant scolarisé serait ainsi formé aux questions de la démocratie. Il faut que la citoyenneté soit ainsi inscrite dans leur ADN ». 

A la table 14, les six citoyens qui ont travaillé sur la question de la démocratie ont proposé l’ouverture au droit de vote des étrangers : « Il n’est pas normal que des personnes qui vivent en France, payent leurs impôts en France ne puissent pas s’exprimer par la voix du vote. Il faudrait que le droit de vote soit ouvert à tous, pour tous les citoyens qui ont résidé au moins 5 ans en France. »
 
S'écouter, c'est déjà bien. Parole citoyenne.
 

La fiscalité

Pour Nathalie, il faut que les citoyens retrouvent confiance en leurs institutions et cela passe par une loi qui supprimerait l’optimisation fiscale. « Renforcer la lutte contre l’évasion fiscale. Punir plus sévèrement ceux qui fraudent et donner davantage de moyens au gendarme de la fiscalité, le pôle financier. En revanche, pas de solution mais un souhait, la fin des copinages entre hommes d’affaires et hommes politiques. »

Haussayn et ses confrères ont tenté de trouver une solution pour améliorer l’équité fiscale. Pour sa table « cela passe par une forme de pédagogie. Les institutions doivent expliquer aux citoyens à quoi servent leurs impôts. »
 
 

La transition écologique

Table numéro 12, Claudine et ses concitoyens se sont penchés sur la question de la chaine agroalimentaire qui est actuellement, selon eux, coûteuse, nuisible pour la santé et l’environnement. « Il faut donc promouvoir les systèmes coopératifs locaux, plus sains, plus propres. Il faut que tous les citoyens aient accès à ce genre de systèmes. »

La table 11 représentée par Pierre-Yves propose une sorte d’indicateur qui s’appellerait « Ecoscore » sur les produits alimentaires ou produits manufacturés. « Cet indicateur permettrait de sensibiliser les consommateurs et les industriels sur l’impact de différents produits sur l’environnement. Chaque consommateur serait ainsi averti. A lui ensuite de faire son choix en toute connaissance de cause. Il faudrait aussi que les produits les plus sains et propres puissent être moins chers, en baissant la TVA pour ces derniers
 
Parole de participants : Jean-marie, sceptique au départ.
 

L’organisation de l’Etat

C’est une proposition qui a suscité un tonnerre d’applaudissement. Pour Antoine et ses 5 confrères, il fallait trouver une solution à la question « Comment replacer les citoyens au cœurs de l’organisation de l’Etat ? ». Après réflexion, la table 3 a opté pour une représentation permanente de citoyens dans les institutions.

50% des députés de l’Assemblée Nationale devraient être tirés au sort comme nous l’avons été pour cette conférence citoyenne. 25% dans les conseils municipaux. Des présences qui dureront 1 an maximum et rémunérées.
- Antoine, participant à la conférence citoyenne à Strasbourg -

Pour la table 4, il faut davantage de services publics de proximité. « Notre solution c’est la création de centres pluri-professionnels qui regrouperaient médecins, infirmiers, spécialistes pour lutter contre les déserts médicaux. Il faut donner des moyens à ce genre d’initiative cela va de la survie de nos campagnes. »

Professeur à Science Po Paris et "garant" du grand débat, Pascal Perrineau résume ces deux journées de tavail : " Nous sommes dans une phase nouvelle du grand débat. Depuis le début de l’année, les citoyens français ont pu s’exprimer sur les attentes, les envies, ce qui allait, ce qui n’allait pas lors des différents débats organisés dans toute la France".

Aujourd’hui, c’est un autre exercice, les 88 habitants du Grand Est qui ont accepté de participer à cette conférence citoyenne ont pu faire des propositions. On est rentré dans un processus inédit de co-construction de solutions et ce qui est frappant c’est que nombre de ces participants font des propositions extrêmement charpentées.

Il n’y a pas des « faut qu’on », « y qu’à ». Quand on écoute les propositions sur la démocratie et la citoyenneté ou encore sur la transition écologique, on se rend compte que les gens rentrent dans le débat avec une grande imagination citoyenne.
- Pascal Perrineau, Professeur à Science Po Paris et "garant" du grand débat- 


"Ils ont mis la barre très haut. Cela ne va pas être une tâche facile pour le gouvernement, les envies, les attentes de solutions sur les terrains de l’économie, de la justice fiscale ou encore de l’écologie se sont réveillées. Elles sont immenses et il va falloir y répondre. Bien sûr certaines questions sont plus ou moins urgentes mais les Français maintenant qu’ils ont été consultés attendent des réponses et des mesures concrètes. »
 
Pascal Perrineau politologue et garant du grand débat : les citoyens ont placé la barre haute.



 

Sur le même sujet

Le dépannage de la voiture de gendarmerie

Les + Lus