Municipales - coronavirus à Colmar : comment la faible participation peut changer l'élection

Le passage en stade 3 de la pandémie au coronavirus pèse sur ces élections. A Colmar, troisième ville d'Alsace et seconde du Haut-Rhin avec près de 70.000 habitants, sept candidats s'affrontent ce dimanche 15 mars. Une bataille que le politologue Richard Kleinschmager prévoit "sévère". 
Dans les rues du centre ville de Colmar
Dans les rues du centre ville de Colmar © Vincent Lemiesle. FranceTélévisions.

A 17h, la participation dans le Haut-Rhin est fortement en baisse : 32,15 %, soit 20% d'écart avec le taux à la même heure aux municipales de 2014 (52,63 %).

À midi, la participation de 16,9% dans le Haut-Rhin est largement à la baisse - 5,3 points par rapport aux dernières municipales en 2014 à la même heure. Un sondage Odoxa-Dentsu consulting pour France Info et le Figaro publié jeudi estime que 22% des sondés pourraient ne pas aller voter pour cause de pandémie au coronavirus.

Un maire sortant, Gilbert Meyer (LR) qui brigue un cinquième mandat, un opposant dans le même camp (le député LR Eric Straumann), sept listes au total... Dans la cité de Bartholdi, selon le politologue Richard Kleinschmager, "on a toutes les chances d'avoir, sinon un bouleversement, du moins une bataille très sévère."

Richard Kleinschmager est politologue, géographe, professeur émérite de l'Université Louis Pasteur de Strasbourg.


Mais en pleine crise de coronavirus, il est "difficile de prévoir ce qui va vraiment mobiliser l'électorat", sachant qu'aux dernières élections municipales, moins de 55% des électeurs inscrits s'étaient rendus aux urnes. Sur les 42.604 personnes inscrites sur les listes électorales cette année, combien seront-elles à se rendre dans l'isoloir ? 

Selon un récent sondage IFOP, 16% des français envisageraient de ne pas voter pour les municipales de 2020 à cause du virus. Une situation inédite qui pourrait, logiquement, profiter aux conservateurs et aux partis extrêmes.
 

Les résultats du 1er tour en 2014

Lors des précédentes élections municipales, le maire sortant Gilbert Meyer (UMP) avait été réélu dès le premier tour avec 51,32% des voix, devançant largement son principal rival Bertrand Burger (MoDem), 28,18%. Les trois autres candidats étaient tous restés sous la barre des 10%: Frédéric Hilbert (EELV) 9,34%, Victorine Valentin (PS), 8,67% et Gilles Schaffar (LO) avec 2,50% des voix. 
 

Les listes en présence au 1er tour

Le point de vue du politologue Richard Kleinschmager

En 2014, Gilbert Meyer (LR) avait été réélu dès le premier tour pour un quatrième mandat, avec un score confortable : 51,32% des voix. Mais ce dimanche 15 mars 2020, après un quart de siècle à la tête de Colmar, l'issue du scrutin semble beaucoup plus incertaine. La promesse du maire sortant de ne plus se présenter puis de se présenter néanmoins "a pesé lourd dans la campagne." Durant des années, "Gilbert Meyer a joué sur du velours, mais là on sent qu'il y a des grains de sable sous ses pieds" estime le politologue, qui rappelle que "la vie politique à Colmar n'est pas toujours toute simple", et qu'avant-guerre, Colmar a même eu un maire socialiste. 

Ainsi, même si "l'abstentionnisme favorise souvent le maire sortant", cette situation de 2020, en pleine crise de coronavirus, laisse la porte ouverte à toutes les suppositions. Le nombre de votants "mesurera le niveau de sociabilité politique" des Colmariens. Mais impossible de prédire quel candidat les motivera réellement à se rendre dans l'isoloir - ou non. 

Carte d'identité

nombre d'habitants : 70.000
densité : 1050 hab. / km2
taux de pauvreté : 20% (14,5% dans le Haut-Rhin)

Vue de la mairie de Colmar, l'objet de toutes les attentions en ce dimanche d'élections, en vue 360°.
 

 
Poursuivre votre lecture sur ces sujets
élections municipales 2020 politique élections