Alsace : Dégustation de la première bière produite sur place à l’Ecomusée

Depuis quelques mois, une microbrasserie artisanale s’est installée à l’Ecomusée d’Alsace. Et le temps est venu pour la mise en bouteille, et la dégustation en comité restreint, en attendant la réouverture de l'Ecomusée le 23 juin.

La nouvelle bière devant la cascade de l'Ecomusée
La nouvelle bière devant la cascade de l'Ecomusée © Ecomusée

Depuis quelques semaines, des effluves inattendus parfument la grande place de l’Eden, au cœur de l’Ecomusée d'Alsace. Des arômes de malt torréfié, de levures et de fermentation s’échappent de la salle nouvellement créée à l’emplacement d’un ancien préau. Car une microbrasserie artisanale y a pris ses quartiers. Le temps est venu pour la mise en bouteilles et la première dégustation, ce vendredi 11 juin en fin d’après-midi. En tout petite comité, car l’Ecomusée n’ouvre que dans une petite quinzaine.

"Je me sens super bien, je suis vraiment heureux de faire partie de cette aventure." Au milieu de ses cuves de cuivre rutilantes, Jean-Charles Decarpentrie, le brasseur, ne cache pas sa joie. Pour lui, l’Ecomusée et son environnement sont "une belle découverte". En quelques mois, il a eu le temps de prendre ses marques et de s'approprier son nouveau cadre de travail, encadré d’immenses baies vitrées. Il apprécie particulièrement "la vue imprenable, face à la cascade." Car de l’eau vive, pour un brasseur, quoi de plus beau ?

La microbrasserie, dans la salle nouvellement aménagée (à gauche, derrière les vitres)
La microbrasserie, dans la salle nouvellement aménagée (à gauche, derrière les vitres) © Emmanuelle Gambette / France télévisions

Je suis vraiment heureux de faire partie de cette aventure.

Jean-Charles Decarpentrie, brasseur

Jean-Charles Decarpentrie a réalisé son premier brassage le 6 mai dernier. Ensuite "tout s’est très bien passé, la fermentation, la mise en garde, les tests, c’est nickel." Ce 11 juin, il embouteille sa "bière sombre". Pour les autres, une blonde, une blanche et une IPA (India Pale Ale), les petites bouteilles de 33cl sont déjà prêtes. Et d'ici quelques jours, ce sera au tour de celles de 75cl.

A l'origine, une belle histoire

L’installation de cette microbrasserie à l’Ecomusée d’Alsace est due à une belle rencontre. Celle entre Nicolas Gross, le gérant des Brasseries de l’Ill, et Michel Barowsky, le directeur technique de l’Ecomusée. Les Brasseries de l’Ill ont ouvert à Ensisheim en 2013, puis déménagé dans le village d’Ungersheim. Dès 2018, Nicolas Gross intégrait du houblon puis du potiron cultivés à l’Ecomusée dans ses recettes. Et rapidement, l’envie a émergé d’aller plus loin, et de déplacer ses cuves sur place.

Le brasseur en train de nettoyer une cuve
Le brasseur en train de nettoyer une cuve © Emmanuelle Gambette / France télévisions

"Originaire de Mulhouse, j’ai un lien fort avec l’Ecomusée depuis trente ans" raconte Nicolas Gross. "J’y venais régulièrement avec mes parents, ils avaient un abonnement à l’année. Et puis, ici, l’équipe est vraiment chouette et l’emplacement est superbe. On s'est dit qu'on pourrait faire quelque chose de beau ensemble, dans ce nouveau lieu."

La microbrasserie fonctionnera en continu, indépendamment des périodes d’ouverture de l’Ecomusée. D’autres recettes verront certainement le jour, comme une bière aux châtaignes, et l’incontournable bière de Noël. Les Brasseries de l’Ill écouleront leur production - de 400 à 500 hectolitres par an - auprès de professionnels, dans le lieu de vente habituel (la cave du Trèfle à Ungerheim) ainsi que, bientôt, dans la boutique de l’Ecomusée. Mais elle sera présentée avec de nouvelles étiquettes, et sous un nouveau nom : "Bière de l’Ecomusée d’Alsace". 

Présentation des quatre bières, vendredi 11 juin
Présentation des quatre bières, vendredi 11 juin © Déborah Schmitt

Un nouvel aspect du patrimoine à présenter au public

Pour l’Ecomusée aussi, c’est évidemment une opération gagnant-gagnant. Car jusqu’à présent, la bière et la tradition brassicole, pourtant partie intégrante du patrimoine alsacien, n’y étaient pas représentées. "Enfin on a une brasserie à l’Ecomusée, ça fait chaud au cœur" s’exclame Michel Barowsky. "Et l’occasion s’est présentée, simplement en parlant aux bonnes personnes." Derrière ses grandes vitres, le travail du brasseur se fera sous le regard des visiteurs, et offrira donc une animation de plus. "C’est une vraie fierté pour nous de faire connaître au public ce savoir-faire ancestral" ajoute le directeur technique.

Enfin on a une brasserie à l'Ecomusée, ça fait chaud au coeur."

Michel Barowsky, directeur technique de l'Ecomusée d'Alsace

De son côté, Jean-Charles Decarpentrie se dit "très impatient que l’Ecomusée ouvre" le 23 juin, et que "les touristes puissent venir goûter" sa production. Du mardi au samedi, en fin de journée, il se rendra disponible pour répondre aux questions des visiteurs, et leur offrir une petite dégustation. Par ailleurs, des bénévoles de l’Ecomusée sont déjà sur les rangs pour venir lui prêter main forte.

Poursuivre votre lecture sur ces sujets
bière culture gastronomie patrimoine