• MÉTÉO
  • SOCIÉTÉ
  • ECONOMIE
  • POLITIQUE
  • DÉCOUVERTE
  • FAITS DIVERS

Auchan : fermeture de 21 sites dont un à Mulhouse

21 sites seront mis en vente par le groupe Auchan / © Jean Francois FREY / Maxppp
21 sites seront mis en vente par le groupe Auchan / © Jean Francois FREY / Maxppp

Auchan France, engagé dans un plan de réformes destiné à réduire ses pertes financières, a annoncé la mise en vente de 21 sites qu'il ne juge pas assez rentables. A Mulhouse, le supermarché Auchan Ile-Napoléon a déjà fermé depuis un mois. 40 salariés sont actuellement en "absence autorisée".
 

Par A.B.

L'annonce a été faite aux partenaires sociaux réunis en comité central d'entreprise (CCE) à Marcq-en-Baroeul (Nord). Dans un communiqué, le groupe nordiste de distribution précise que si ces sites (supermarché, hypermarché, entrepôt et drive) ne trouvaient pas preneur, "un plan de sauvegarde de l'emploi (PSE) sera donc ouvert".
    
Selon la CFDT, qui dénonce un "PSE qui intervient après des années d'errances stratégiques", 723 salariés seraient concernés par cette cession. Début mars, la maison mère du groupe français, Auchan Holding, avait annoncé avoir perdu 1,145 milliard d'euros en 2018. Rien qu'en France, le distributeur a accusé des revenus en baisse de 1,3% et un excédent brut d'exploitation (Ebitda) en chute de 44,1%.

    
Dans la foulée, le nouveau président du directoire de la société, Edgard Bonte, avait lancé un plan de "redressement" de son pôle distribution, engagé en France "dans une priorisation de ses investissements et une analyse des foyers de pertes". Dans son communiqué ce mardi 30 avril, Auchan Retail France explique que 21 "sites sans perspective réaliste de retour à la rentabilité et ce malgré
les investissements réalisés"
ont été identifiés.


Et Mulhouse ?

Parmi ces magasins, figure celui de Mulhouse Ile-Napoléon. Un supermarché Auchan qui employait une quarantaine de salariés et qui a fermé en mars dernier déjà. Actuellement, les 40 salariés du site sont en "absence autorisée" en attendant une reprise de l'enseigne. Ils sont payés jusqu'à fin juin. S'il n'y a pas de repreneur, ils pourraient être reclassés du côté de Ferrette, Saint-Amarin, Belfort. Ou bien être licenciés pour raisons économique. Une incertitude qui pèse forcément. Le délégué syndical central national CFDT Auchan Retail, Serge Garin a prévu de rencontrer ces salariés la semaine prochaine "pour prendre la température, c'est une situation qui crée beaucoup d'angoisses".

Sur le même sujet

Elevage visons de Spincourt -Meuse

Les + Lus