EuroAirport : dépistage obligatoire du coronavirus pour les passagers en provenance de trois pays classés rouge

Depuis le 1er août 2020, les tests de dépistage du coronavirus sont obligatoires à l’EuroAirport de Bâle-Mulhouse-Fribourg pour tous les passagers en provenance de trois pays : Israël, Serbie et Turquie. Ces pays sont classés à risque élevé d'infection.

Comme à l'aéroport de Roissy-Charles de Gaulle, l'EuroAirport met en place des tests de dépistage obligatoires depuis le 1er août 2020.
Comme à l'aéroport de Roissy-Charles de Gaulle, l'EuroAirport met en place des tests de dépistage obligatoires depuis le 1er août 2020. © Alexis Sciard / Maxppp
Alors qu'ils étaient facultatifs dans les aéroports français, les tests de dépistage sont obligatoires depuis le 1er août 2020 pour certains passagers arrivant à l'EuroAirport de Bâle-Mulhouse-Fribourg (Haut-Rhin). Les voyageurs de onze ans ou plus en provenance d'Israël, de Serbie et de Turquie, trois pays où le virus circule activement, doivent se soumettre à ce test pour pouvoir entrer sur le territoire français et suisse. 

Les tests se déroulent au sein de l'aéroport, avant les contrôles de passeport, et sont menés par l'Agence régionale de santé (ARS) du Grand Est, "les délais d'attente seront en conséquence prolongés", précise l'EuroAirport. Au total, 44 vols en provenance de la Turquie et 9 en provenance de la Serbie sont prévus par semaine au mois d'août. "La moyenne est de 188 sièges par vols dans les deux cas. Pour l'instant, aucun vol pour l'Israël n'est prévu", précise le service de communication de l'aéroport.
 
En France, une personne testée négative peut se rendre sur le territoire sans se soumettre à la quarantaine, ce qui n’est pas le cas en Suisse, où une quarantaine de dix jours est imposée. En cas de résultat positif, le passager infecté est renvoyé vers l'ARS pour établir la liste des cas contacts avant d'être placé en quatorzaine. En tout, 16 pays à risque élevé d'infection font partie de la liste "rouge" établie par l'Etat français.


 
Poursuivre votre lecture sur ces sujets
transports aériens économie transports coronavirus/covid-19 santé société