Grève illimitée et reconductible à l'imprimerie du journal “L'Alsace” à Mulhouse

A Mulhouse, les employés de l'imprimerie de L'Alsace ont voté la grève illimitée et reconductible. / © Eric Kleinhoffer / F3 Alsace
A Mulhouse, les employés de l'imprimerie de L'Alsace ont voté la grève illimitée et reconductible. / © Eric Kleinhoffer / F3 Alsace

Le sort de l'imprimerie du journal L'Alsace à Mulhouse est acté : la direction vient de confirmer sa fermeture en 2018. Une décision qui ne passe pas auprès des employés. Ils viennent d'entamer une grève illimitée et reconductible, le mercredi 6 décembre. 

Par LC

A Mulhouse, la grève des employés de l'imprimerie du journal L'Alsace a débuté ce mercredi 6 décembre dans l'après-midi. Mais pour combien de temps ? "Tout dépendra des différentes équipes [du matin, de l'après-midi et de nuit, ndlr] qui décideront, au fur et à mesure des roulements, si elles poursuivent -ou pas- la grève." 

Quant à la parution du quotidien demain, jeudi 7 décembre, "une assemblée générale décidera dans la soirée du 6 décembre si le journal sera imprimé."

Fermeture de l'imprimerie en 2018


Ce même jour, direction et représentants syndicaux s'étaient réunis pour discuter de l'avenir de l'imprimerie, et notamment du contre-projet présenté par les salariés, experts et comptables du site mulhousien. Une proposition entendue par la direction, mais qui confirme -quand même- la fermeture de l'imprimerie durant le premier semestre 2018.


Une fermeture qui permettra un regroupement avec le centre d'impression des DNA à Strasbourg et devrait générer 6 millions d'euros d'économie par an. L'objectif du Crédit Mutuel (propriétaire de L'Alsace et des DNA) étant d'enrayer, d'ici 2020, une partie de son déficit estimé à 55 millions d'euros par an.


Mulhouse et le Grand-Est en soutien


Dans leur combat, les employés des rotatives peuvent compter sur le soutien du Grand-Est, de la ville de Mulhouse ainsi que de Mulhouse Alsace Agglomération qui ont écrit une lettre commune aux dirigeants de L'Alsace. Ils évoquent leur préoccupation "face à la perte de 70 emplois pour notre territoire" et demeurent en attente "du contenu du plan social qui permette une issue à chaque salarié". 

Les politiques alsaciens mentionnent une possible création "d'un Institut de recherche et développement autour de la presse numérique, de sa composante jeunesse mais aussi de l'Intelligence Artificielle". Un souhait, partagé par les patrons de L'Alsace, qui voudrait faire de Mulhouse " l'épicentre du virage du groupe vers une transformation numérique". 



A lire aussi

Sur le même sujet

Histoires 14-18 : Marcel Santi, dessinateur pour mémoire

Près de chez vous

Les + Lus