L'imprimerie du journal l'Alsace menacée de fermeture : 70 emplois en jeu à Mulhouse

L'Alsace et les DNA, bientôt imprimés sur un seul site, à Strasbourg ? / © Vadam/MaxPPP
L'Alsace et les DNA, bientôt imprimés sur un seul site, à Strasbourg ? / © Vadam/MaxPPP

Selon nos informations, le Crédit mutuel, propriétaire des deux quotidiens alsaciens, a l'intention de fermer le centre d'impression du journal l'Alsace à Mulhouse. Les deux titres seraient imprimés sur les rotatives des DNA, à Strasbourg. 

Par Renaud Hartzer

La rumeur courait depuis des mois, mais elle est devenue réalité cette semaine. Philippe Carli, le futur responsable du pôle presse du Crédit Mutuel, a dévoilé ses intentions à plusieurs représentants du personnel FILPAC-CGT de l'Alsace et des Dernières nouvelles d'Alsace.

La banque mutualiste, propriétaire des deux quotidiens, souhaite regrouper l'impression des deux titres à Strasbourg, sur le site des DNA, avant la fin du premier semestre 2018. C'est ce qu'indiquent, dans un tract paru jeudi,  l'ensemble des syndicats des DNA, trois de ces syndicats n'ayant pour l'instant pas été conviés aux discussions avec la Direction.

Ce regroupement devrait générer 6 millions d'euros d'économie par an, l'objectif du Crédit Mutuel étant de ramener en 2020 le déficit de son groupe presse de 55 millions d'euros à zéro. Les économies de structure sont d'ailleurs déjà en cours dans d'autres titres du groupe : le Républicain lorrain, imprimé au siège de Woippy, à côté de Metz, sortira bientôt sur les rotatives de l'Est républicain, à Houdemont, près de Nancy. De même que le Bien public (Dijon), déjà tiré à l'imprimerie du Progrès, à Chassieu (Rhône).

"Cette décision va dans cette logique" soupire, sous couvert d'anonymat, un journaliste de l'Alsace, qui, à défaut d'autres élements plus précis sur le projet de la Direction, s'interroge déjà sur les conséquences éditoriales de l'impression de l'Alsace à Strasbourg, avec des délais de bouclage avancés et une livraison du journal potentiellement retardée.

220 000 exemplaires imprimés à Strasbourg

Au contraire, selon le Crédit mutuel, cité par les syndicats, les rotatives des DNA peuvent sans difficultés assurer l'impression des deux titres, soit 220 000 exemplaires quotidiens, dont 70 000 exemplaires de l'Alsace. Cette capacité d'impression aurait déjà été atteinte dans les années 1990 pour les seules DNA.

70 emplois pourraient être supprimés à Mulhouse. Un plan de sauvegarde de l'emploi serait mis en place à l'Alsace, et un plan de départs volontaires aux DNA.

Une uniformisation des contenus


Dans un communiqué commun l'Alsace-DNA publié vendredi, la FILPAC-CGT appelle à l'unité les autres syndicats pour "contraindre le Crédit Mutuel à renoncer à son funeste projet de fermeture d'une imprimerie, première étape d'une restructuration qui conduira à liquider le pluralisme de la presse dans notre région".

Le syndicat pointe d'ailleurs l'uniformisation des contenus entre l'Alsace et les DNA, qui depuis plusieurs mois, publient, pour partie,  les mêmes articles, ce qui aurait, selon la CGT, "des impact négatifs sur la diffusion".

Pour l'heure, la CGT, syndicat majoritaire parmi les personnels techniques des deux quotidiens, appelle les salariés à se mobiliser le 12 septembre à l'occasion des manifestations contre les ordonnances sur la loi Travail.






Sur le même sujet

Les + Lus