Le mystère Banksy en une centaine d'oeuvres, dans une exposition à Bâle

Le célèbre artiste Banksy fait l'objet d'une exposition du 1er mars au 30 mai à Bâle. Cent oeuvres provenant de collections privées ont été sélectionnées, couvrant une période de production artistique d'une vingtaine d'années. L'occasion est rare de voir des oeuvres habituellement dispersées.

Le lanceur de Fleurs, oeuvre emblématique de Banksy, tiré de la fresque "Love is in the Air", réalisée en 2003 dans les rues de Jérusalem.
Le lanceur de Fleurs, oeuvre emblématique de Banksy, tiré de la fresque "Love is in the Air", réalisée en 2003 dans les rues de Jérusalem. © GC Events

Qui n'a pas vu La petite fille au ballon ou Le lanceur de fleurs ? deux œuvres emblématiques de Banksy, ce street artiste de renommée mondiale, dont le pseudo est aussi connu que son identité est secrète. Toujours prompt à pourfendre l’ordre établi, et en particulier celui du marché de l'art, l'artiste britannique sait cultiver cette aura mystérieuse qui l'entoure.

La petite fille au ballon (Girl with balloon 2004-2005)
La petite fille au ballon (Girl with balloon 2004-2005) © GC Events

 

Opposé à toute forme de consécration artistique, Banksy ne cautionne aucune exposition consacrée à sa production. Le retrouver exposé entre quatre murs ne peut se faire que contre sa volonté. Il n'est pourtant pas rare que ce soit le cas, que ce soit à Paris et Palerme hier ou Bâle aujourd'hui. Pour le public, c'est une occasion unique de cheminer entre des œuvres habituellement disséminées à travers le monde. Et de percer, peut-être, un peu le mystère Banksy. 

Une centaine d'oeuvres de l'artiste sont ainsi réunies depuis le 1er mars au Messe de Bâle, dans une exposition intitulée "Building castles in the sky". Un titre évocateur, inspiré d'une oeuvre réalisée en 2011 sur le mur d'un parking du centre-ville de Bristol, la ville natale de Banksy. L'exposition, organisée conjointement par le groupe événementiel suisse GC Events et l'association italienne Metamorfosi, propose au public une sélection d'oeuvres provenant de collections privées. Elle couvre quasiment vingt années de production artistique. 

 

Pour s'y retrouver, dans le parcours de l'exposition autant que dans celui de Banksy, Pietro Folena, le président de l'association Metamorfosi et co-organisateur de l'exposition, nous donne quelques clés.

Sur les oeuvres exposées

Il faut savoir que Banksy n’a pas fait que du street art. Cette discipline artistique n’est qu’un des langages utilisés par l’artiste. L’exposition montre une sélection d’œuvres que Banksy a produites pour le marché. Parmi celles-ci, des sérigraphies vendues dans sa boutique "Pictures on wall" à Londres au début des années 2000. A l'époque, son objectif était de diffuser son travail et de produire de l’art à faible coût pour un public aussi large que possible.

 

Virgin Mary 2003
Virgin Mary 2003 © GC Events

Dans les années qui suivent, avec la montée en puissance d'internet, Banksy n’avait plus besoin de sérigraphies pour faire connaitre son travail.  Des stars du cinéma ou du sport s'intéressent à ses oeuvres, ce qui a fait monter considérablement la cote de popularité de l’artiste.  L'exposition montre aussi des peintures sur toile, des sculptures, des affiches, des objets provenant de son atelier, des livres et toute une collection de disques dont Banksy a conçu les couvertures.

Sur l'objectif de cet exposition  

 

L'objectif de cette exposition est d'étudier et de traiter Banksy comme on traite les grands artistes de la Renaissance ou de l’impressionnisme. Pour la première fois, Banksy est considéré comme un grand artiste classique. Malgré lui, il a été porté dans les musées, lui qui a produit son art dans les rues...

Nola 2008
Nola 2008 © GC Events

Sur le message porté par les oeuvres

C’est un artiste politique, dans le sens où l’art délivre, avec Banksy, un message politique. Il récupère tous les signes de la communication, de la publicité, de la bande dessinée et les transforme en un message facile à comprendre mais toujours à double sens. Ses oeuvres donnent à réfléchir. Dans une exposition comme celle-ci on sort avec plus de questions que de réponses. L'artiste se saisit d'éléments de langages universels, comme Mickey qui est compris par tout le monde. Il les porte dans une nouvelle réalité avec un détournement et un dédoublement de leur sens. Ici, dans l'oeuvre exposée à Bâle, c’est le serpent qui a englouti Mickey.

 

Sculpture, Mickey snake, 2015
Sculpture, Mickey snake, 2015 © GC Events

Il utilise les publicités des grandes marques et renverse cette communication pour la transformer en une contestation. Il propose, à partir cela, une réflexion sur comment repenser la vie et la société. 

Se rendre à l'exposition

Jusqu'au 30 mai 2021 au centre des congrès et d’exposition de la ville de Bâle. Du lundi au vendredi de 10 h à 18 h, week-ends et jours fériés de 10 h à 19 h. Achat préalable conseillé des billets sur www.banksybasel.com.Attention : en raison des contraintes sanitaires, le passage de la frontière se fait sous certaines conditions. POur le retour en France, un test PCR est exigé sauf ceux qui résident dans un rayon de trente kilomètres et qui restent moins de 24 heures.

Poursuivre votre lecture sur ces sujets
suisse international art culture expositions événements sorties et loisirs