• MÉTÉO
  • SOCIÉTÉ
  • ECONOMIE
  • POLITIQUE
  • DÉCOUVERTE
  • FAITS DIVERS

VIDEO - Mulhouse: les malades d'Alzeihmer ont le droit de manger avec les mains, une petite révolution qui fait du bien

Au pôle gériatrie de l'hôpital Emile Muller de Mulhouse, des plats "manger-main" sont proposés aux patients atteints de la maladie d'Alzheimer. / © Eric Kleinhoffer, France 3 Alsace
Au pôle gériatrie de l'hôpital Emile Muller de Mulhouse, des plats "manger-main" sont proposés aux patients atteints de la maladie d'Alzheimer. / © Eric Kleinhoffer, France 3 Alsace

A l’hôpital Emile Muller de Mulhouse (Haut-Rhin), les patients atteints de la maladie d’Alzheimer, qui ont oublié l’usage des couverts, peuvent manger avec les mains des plats spécialement conçus pour eux. Ils retrouvent ainsi une certaine autonomie et le plaisir de manger sans être assistés.
 

Par vincent.lemiesle

"Mange pas avec tes mains", dit-on aux enfants pour leur apprendre à se servir d'une cuillère, d'une fourchette et plus tard d'un couteau. Et c'en est alors fini du plaisir sensuel du toucher associé au goût de ce que l'on mange. Bien des années plus tard, c'est le cheminement inverse qui peut s'opérer.

La maladie d'Azheimer, caractérisée par la dégénerescence des facultés intellectuelles et motrices, fait perdre à ceux qui en sont atteints la faculté, durement acquise, de se servir d'une fourchette pour manger. A un certain stade de la maladie, le patient ne sait plus ce qu'est un couvert, ni comment on l'utilise alors qu'il porte spontanément la main à son assiette. D'où l'idée de préparer des repas spéciaux pour l'aider à retrouver le plaisir de manger et l'aider à conserver son autonomie le plus longtemps possible.
 

Car devoir dépendre de quelqu'un pour manger - même quand c'est une main serviable qui vous met la cuillère dans la bouche - est rarement bien vécue. Les malades d'Alzeihmer, tout comme ceux touchés par Parkinson, une arthrose sévère ou la cécité souffrent souvent de dénutrition. S'engage alors un cycle infernal - perte d'autonomie, perte du plaisir, perte de poids - qui se traduit par une dégradation générale de leur état de santé. Depuis quelques années, le manger-mains, expression qui vient de l'anglais "finger-food", s'est donc imposé dans les hôpitaux et les maisons de retraite comme une solution permettant de reconquérir son autonomie et le plaisir de manger.

On peut tout faire avec le manger-main: une bolognaise en cube, une blanquette en cube.
Francis Jaegler, responsable du secteur culinaire de l'hôpital


Le pôle gériatrie de l'hôpital de Mulhouse qui s'inscrit dans ce processus, a souhaité développé le  manger-mains. Une pratique qui consiste à manger avec les doigts... mais pas n'importe comment. "Le manger-mains est un régime alimentaire spécialement conçu pour les personnes qui ont des troubles cognitifs ou des troubles du comportement, comme c'est le cas pour les malades d’Alzheimer. On constate le plaisir de manger par soi-même sans être assisté chez ces personnes qui ne savent plus quelle est l’utilité d’une cuillère", explique Cynthia Briche, cadre de santé de l’EHPAD du Hasenrain. 
 
Avec la technique du manger-mains, les cuisiniers peuvent décliner tout le menu de la semaine sous forme de cube / © Eric Kleinhoffer, France 3 Alsace
Avec la technique du manger-mains, les cuisiniers peuvent décliner tout le menu de la semaine sous forme de cube / © Eric Kleinhoffer, France 3 Alsace

Le principe est de modifier la présentation des repas et de proposer une nourriture en cubes, facile à prendre avec les mains. Et tout s'y prête. Depuis le 10 avril 2019, une quarantaine de patients de gériatrie peuvent profiter du manger-mains. Tous les jours, les cuisiniers de l'hôpital leur concoctent toutes sortes de plats. "On peut tout faire avec le manger-main: une bolognaise en cube, une blanquette en cube, de la bouchée à la reine, de la sauce carbonara, c’est tout le menu de la semaine qu’on a essayé d’adapter en manger-main. Les légumes aussi peuvent se mettre en cubes: les épinards, pommes de terre, carottes et même le riz", explique Francis Jaegler, le responsable du secteur culinaire de l'hôpital.

Depuis l’adoption du manger-mains, les professionnels de santé constatent une stabilisation voire un prise de poids chez les patients qui prennent le temps de s’asseoir à table pour manger.

Sur le même sujet

Concours d'éloquence 4ème

Les + Lus