Mulhouse : défaite interdite ce samedi pour les volleyeuses de l’ASPTT en quart de finale retour des play-offs

Sèchement battues par Marcq-en-Baroeul (3-0) ce mercredi en quart de finale aller des play-offs, les Mulhousiennes de l’ASPTT sont dos au mur. Pour rester en vie, elles devront s'imposer dès ce samedi, au Palais des sports, avant un éventuel match d'appui ce dimanche, toujours à domicile.
Magali Magail (à gauche) et ses joueuses n'ont plus le droit à l'erreur: elles doivent s'imposer deux fois chez elles, ce week-end, pour rallier les demi-finales.
Magali Magail (à gauche) et ses joueuses n'ont plus le droit à l'erreur: elles doivent s'imposer deux fois chez elles, ce week-end, pour rallier les demi-finales. © Vincent Voegtlin. Maxppp
Même dans ses pires cauchemars, l’ASPTT Mulhouse n’aurait pas sans doute imaginé une telle entame de phase finale. Les volleyeuses, qui ont terminé la saison régulière à la première place, ont mordu la poussière dans le Nord, ce mercredi 24 avril, à Marcq-en-Baroeul, en perdant en trois sets secs (25-17, 25-20, 25-23) en quart de finale aller des play-offs de Ligue A. Pas une seule fois au cours de cet exercice 2018/2019, elles n’ont encaissé une telle défaite en championnat.

Elles étaient sur un nuage

- Magali Magail, entraîneuse -

"Notre adversaire s’est qualifié en play-offs sur le dernier match de la saison. Les filles étaient sur un nuage et, contre nous, elles ont encore joué à 150% de leur niveau", analyse Magali Magail, l’entraîneuse mulhousienne. 

Une nouvelle défaite et c'est l'élimination

A l’inverse, la technicienne alsacienne regrettait les manques de ses joueuses, coupables de "s’être trop précipitées sur de nombreuses actions" et "de ne pas avoir su maintenir une bonne qualité de service".

"On a laissé Marcq-en-Baroeul évoluer dans sa zone de confort, même si elles ont très bien défendu", ajoute-t-elle encore, parfaitement consciente que cet échec pourrait avoir de fâcheuses conséquences.

Car, menées une victoire à rien, les Mulhousiennes sont déjà au bord de l’élimination. Un nouveau revers ce samedi, au palais des sports, expédierait le club en vacances, alors même que l’ASPTT réalise jusque-là l’un des championnats les plus aboutis de son histoire. Premières à l’issue de la saison régulière, les filles de Magali Magail n’ont lâché, au cours de cette phase, que deux petites rencontres sur 26 disputées. Sauf que…

"Les play-offs, cela n’a rien à voir avec le championnat. La vérité n’est pas la même, et tout le monde repart de zéro. Ce n’est pas une histoire de pression si on a perdu. C’est juste une autre compétition qui commence."

"Ce n'est la première fois qu'on est dos au mur"

Il n’empêche qu’une élimination prématurée en quart de finale, contre le huitième du classement, ferait franchement tache. L’expérimentée coach haut-rhinoise préfère cependant voir le verre à moitié plein. "En quatorze ans à  la tête de cette équipe, j’ai connu d’autres moments où le club s’est retrouvé dos au mur. Mais souvent, nous avons su nous relever, et je pense qu’en élevant notre niveau de jeu, on va le faire encore."
 
Il n’est de toute manière plus l’heure de tergiverser: les Mulhousiennes doivent s’imposer deux fois ce week-end. Ce samedi 27 avril, d’abord, pour revenir à la hauteur des Nordistes de Marcq-en-Baroeul, puis dimanche, lors d’une éventuelle belle. Deux matches à la vie, à la mort, que Magali Magail et sa bande, qui disposent de l’avantage du terrain, disputeront à domicile.

Le public mulhousien est évidemment invité à peser sur les débats en encourageant au maximum ses joueuses. C’est ce qu’espèrent les Alsaciennes, sans doute piquées au vif, et qui rêvent toujours d’un deuxième titre de champion de France après 2017.
 
Les play-offs, comment ça marche?
Les play-offs sont une compétition éliminatoire qui se déroulent après la saison régulière. En Ligue A féminine, les huit meilleures équipes du championnat s'affrontent pour le titre de champion de France.

En quart de finale, le premier affronte le huitième, le deuxième rencontre le septième, le troisième joue contre le sixième, et le quatrième défie le cinquième.

Dans chaque série, la première équipe qui remporte deux rencontres se qualifie pour le tour suivant. La finale se dispute également au meilleur des trois matches.

La formation la mieux classée reçoit systématiquement en cas de match décisif. Les Mulhousiennes, premières à l'issue de la saison, bénéficieront donc de l'avantage du terrain jusqu'au terme de la compétition... tant qu'elles resteront en lice.

 
Poursuivre votre lecture sur ces sujets
sport volley-ball loisirs