Mulhouse : une journée de prévention et de sensibilisation au diabète

Une jeune femme fait un test qui permet de contrôler sa glycémie / © Marc Ollivier/MaxPPP
Une jeune femme fait un test qui permet de contrôler sa glycémie / © Marc Ollivier/MaxPPP

La première édition de la journée nationale du diabète, une maladie qui touche en France plus de 4,5 millions de personnes, est organisée ce lundi au Kinepolis de Mulhouse. Le Grand Est est la région à la plus forte mortalité liée au diabète.

Par M.C.

La journée nationale du diabète a lieu ce lundi 12 novembre au Kinepolis de Mulhouse. Cette manifestation, organisée par Alliance du Coeur et Alsace Cardio, propose une table ronde et des conférences avec des spécialistes, professionnels de santé et des patients. Des ateliers, des stands d’informations sur la maladie et un parcours de test cardio-vasculaire global seront proposés au public. En Alsace,  97 532 personnes ont été identifiées par les données de l'Assurance Maladie, comme diabétiques (chiffres de 2013).
 

© Centre européen d'étude du Diabète
© Centre européen d'étude du Diabète


 

Le diabète, c'est quoi ?

Le diabète est un trouble de l’assimilation, de l’utilisation et du stockage des sucres apportés par l’alimentation. Cela se traduit par une glycémie élevée (taux de sucre dans le sang) : on parle d’hyperglycémie. Les aliments sont composés de lipides (graisses), protéines (protéines animales ou végétales) et glucides (sucres, féculents). Ce sont eux qui fournissent l’essentiel de l’énergie dont a besoin le corps pour fonctionner. Quand on mange, le taux de sucre dans le sang augmente.

Le pancréas détecte l’augmentation de la glycémie et sécrète de l’insuline. Celle-ci fonctionne comme une clé, elle permet au glucose de pénétrer dans les cellules de l’organisme. Le glucose diminue alors dans le sang. Une autre hormone, le glucagon*, permet de libérer le glucose stocké dans le foie, en dehors des repas, lors d’une baisse énergétique ou d’une baisse de glycémie. C’est l’équilibre de ces hormones qui permet de maintenir la glycémie stable dans le corps. En cas de diabète, ce système de régulation ne fonctionne pas.

 

La pandémie se poursuit

"En 2014, le diabète affectait 422 millions de personnes au niveau mondial (dont près de 5 millions en France), alors qu’il ne concernait que 108 millions de patients dans le monde (800 000 en France) en 1980 et que les premières prévisions de l’Organisation Mondiale de la Santé (OMS) et de l’International Diabetes Federation (IDF) s’inquiétaient en 1990 du risque de voir le diabète affecter 240 millions de personnes en 2025… Les prévisions actuelles de ces deux organismes annoncent 550 millions de patients diabétiques pour 2025 et 642 pour 2040 : 1 adulte sur 10 sera concerné par le diabète dans un avenir très proche, sans compter que près de 50 % des diabétiques ne sont pas diagnostiqués au niveau mondial (40 % au niveau européen)", rappelle le Centre européen d’étude du Diabète (CEED). 
 


Le Grand Est, région à la plus forte mortalité liée au diabète

Le Grand Est est la région de France qui connaît la plus forte mortalité liée au diabète, indique le Centre européen d’étude du Diabète (CEED). "Chaque année, dans la région, entre 2011 et 2013, plus de 4 000 décès sont liés à cette pathologie chronique (diabète en cause principale de décès, cause associée et comorbidité) pour laquelle 263 615 personnes sont inscrites en affections longue durée (ALD) fin 2014". 

Carte de la prévalence standardisée du diabète traité pharmacologiquement, par région en 2013 / © Centre européen d’étude du Diabète
Carte de la prévalence standardisée du diabète traité pharmacologiquement, par région en 2013 / © Centre européen d’étude du Diabète


"L’insuffisance rénale peut être une conséquence du diabète", note le CEED qui précise qu'à la fin 2014, "le taux standardisé de prévalence de l’insuffisance rénale chronique terminale traitée par dialyse ou greffe est, dans le Bas-Rhin et la Meurthe-et-Moselle, significativement supérieur au taux pour la France métropolitaine".
 

Les affections de longue durée pour les grandes pathologies dans le Grand Est / © Centre Européen d'Etude du Diabète
Les affections de longue durée pour les grandes pathologies dans le Grand Est / © Centre Européen d'Etude du Diabète


Quels sont les différents types de diabète ?

Les malades cardiovasculaires sont concernés par les trois types différents de diabète :

Le diabète de type 1 (diabète maigre) d’origine génétique. Il apparaît dans l’enfance, l’adolescence ou avant l’âge de 30 ans (non obèse). Pour ces malades, les cellules spécialisées du pancréas sont détruites par le système immunitaire et cessent de produire de l’insuline. Les personnes atteintes de ce diabète sont dites « Insulino-dépendantes ».

Le diabète de type 2 (diabète gras ou de la maturité est donc une maladie métabolique caractérisée par un excès chronique de sucre dans le sang (hyperglycémie). C’est le plus fréquents des diabètes de type 2 qui nécessite un suivi régulier et un traitement adapté pour éviter les complications.

Le diabète de grossesse qui est la principale complication de pour les femmes diabétiques enceintes mais qui est tout à fait gérable grâce à un suivi adéquat.
 

Programme de la journée à Mulhouse

  • 9h00 – Café d’accueil 9h30
  • 10h : Lancement de la « Journée Nationale du Diabète »
  • 10H00 – 11H00 – « Table Ronde » sur le thème du « Parcours de soins pour un diabétique » les intervenants seront : Michel PINGET (diabétologue) / Un représentant politique / un représentant d’organisme payeur / un patient Monsieur Pierre VIRTEL / Un pharmacien (Félicia FERRERA – URPS PACA)
  • 11H10 – 12H10 – Atelier culinaire spécial « Diabète »
  • 12H15 – Accueil sur les stands et ateliers (Gestes qui sauvent + Culinaires…)
  • 14H15 – 15H00 – Conférence sur le DIABETE par le professeur Michel PINGET
  • 15H10 – Rencontres avec les associations présentes et invitation à participer aux ateliers
  • 16H00 – Conférence sur l’ACTIVITE PHYSIQUE
  • 17H00 – Clôture de la « Journée Nationale du DIABETE » par Daniel EMMEDOERFFER président d’Alsace Cardio et Philippe THEBAULT Président d’Alliance du Coeur.

Sur le même sujet

Le dépannage de la voiture de gendarmerie

Les + Lus