Mulhouse : la Ville dénonce l'organisation d'un salon du chiot

Publié le Mis à jour le
Écrit par Sylvie Malal .

La Ville de Mulhouse voit d'un très mauvais œil l'organisation d'un salon du chiot, les 24 et 25 septembre, et elle le fait savoir. Ce genre d'évènement contribue selon elle à provoquer des achats impulsifs, qui se soldent souvent par par des abandons

La ville de Mulhouse s'est fendue d'un communiqué de presse afin de marquer publiquement sa désapprobation, à propos d'un salon du chiot qui se tiendra les 24 et 25 septembre au Parc des expositions.

« Un chiot n’est pas une marchandise à acheter mais un animal à adopter ! » rappelle la maire Michèle Lutz, dans ce communiqué. 

Catherine Rapp, Adjointe au Maire déléguée à l’Environnement, à la Nature en ville et au Respect de la condition animale renchérit : « Dans ce genre de rendez-vous, tout est fait pour susciter l’achat d’opportunité. Les familles succombent à l’effet "trop mignon" et oublient souvent qu’elles s’engagent pour des années et qu’il faudra du temps et de l’investissement pour s’occuper de l’animal…" 

Ce n'est pas la première fois que des élus s'insurgent contre ces salons. A Colmar, l'an dernier, le maire avait également fait connaître sa totale désapprobation.

A Mulhouse, cette prise de position sans équivoque n'ira toutefois pas plus loin, car la Ville n'a pas la possibilité de faire annuler ce genre d'évènement, totalement privé. 

Exemplarité?

L'organisateur du Salon du chiot qui se tiendra à Mulhouse s'affiche comme étant spécialisé de ce genre d'évènement, dans toute la France.

Nous n'avons pas réussi à le joindre par téléphone ce mardi 20 septembre. Sur sa page internet, il affirme travailler avec des éleveurs qui n'ont jamais été condamnés pour maltraitance animale, il s'engage à proposer des animaux en bonne santé et affirme s'impliquer afin de sensibiliser le public à l'importance d'un acte d'adoption. 

Des déclarations pas très convaincantes pour Claude Ritter, vice-président de la Canine 68  : " je gère régulièrement les conséquences de ces achats, dit-il. Les gens vont acquérir un chien sur un coup de tête et ils ne se rendent pas compte que le petit chiot va grandir. Il y a aussi des animaux qui ont des problèmes de comportement etc..." 

Les salons pas concernés par la loi sur la maltraitance animale

La loi sur la maltraitance animale, votée en novembre 2021, a été conçue pour lutter contre les achats d'impulsion. Cette loi interdit la vente de chiens et de chats en animalerie à partir du 1er janvier 2024. En revanche, la vente d'animaux dans des foires et salons n'est pas citée, angle mort de ce texte.

Tous les jours, recevez l’actualité de votre région par newsletter.
France Télévisions utilise votre adresse e-mail pour vous envoyer des newsletters. Vous pouvez vous désabonner à tout moment via le lien en bas des e-mails. Notre politique de confidentialité