Municipales : dans une tribune de 36 élus, la maire de Mulhouse, Michèle Lutz, appelle à un second tour en juin

Trente-six élus locaux et maires de France dont Michèle Lutz, maire de Mulhouse, signent une tribune dans le Journal du dimanche. Ils demandent l'organisation du second tour des élections municipales dès le mois de juin, reporté pour cause de confinement.

Michèle Lutz, maire de Mulhouse, lors du vote du premier tour des élections municipales, le 15 mars 2020
Michèle Lutz, maire de Mulhouse, lors du vote du premier tour des élections municipales, le 15 mars 2020 © Darek Szuster, Maxppp
Aux côtés de Christian Estrosi, maire de Nice, d’Anne Hidalgo, maire de Paris ou encore de François Rebsamen, maire de Dijon, la maire de Mulhouse, Michèle Lutz, plaide dans une tribune du JDD pour un second tour des élections municipales avant l’été. Une tribune qui veut peser dans la décision du gouvernement, lequel devrait trancher dans le courant de la semaine, sur la base d'un rapport du conseil scientifique et d'un vote au parlement. 
 
Si ce deuxième tour ne pouvait être organisé les 21 ou 28 juin, cela impliquerait de refaire l’intégralité du scrutin à l’automne, voire en mars 2021, pour les communes n'ayant pas élu d'équipes municipales dès le premier tour. En Alsace, 74 communes sont concernées, dont Mulhouse où Michèle Lutz est arrivée en tête le soir du premier tour, sans obtenir de majorité.
 
Michèle Lutz a bien voulu répondre à nos questions.
 

Comment envisager un second tour en toute sécurité sanitaire à Mulhouse, ville durement touchée par l'épidémie ?

"Concernant l'organisation de ce second tour, ni les municipalités ni l'Etat ne veulent prendre de décisions qui mettraient en péril la santé des Français. Nous ne prendrons aucun risque, surtout à Mulhouse puisque nous sommes l'une des villes qui a payé le plus lourd tribut au covid19. Si nous avons l'assurance que ce second tour peut se passer dans les meilleures conditions sanitaires possibles, je suis favorable à ce qu'il soit organisé fin juin ou début juillet, en tout cas avant l'été. Le conseil scientifique doit se réunir autour du Président de la République le 23 mai, nous verrons à ce moment-là, quelle est la décision de l'Etat pour l'organisation du second tour. Je suis favorable à ce que le second tour se passe le plus rapidement possible dès que les conditions sanitaires seront réunies."
 

Comment faire campagne dans cette ambiance où on ne peut pas approcher les gens ni faire de meetings ?

"Pendant ce confinement, nous avons tous appris à fonctionner différemment, à distance, en visio, en Facebook Live. Nous avons appris à entrer en contact avec les citoyens de manière différente. Je pense qu'il faut réinventer une nouvelle façon de faire campagne. Ce qui est important, c'est que cette démocratie puisse à nouveau revivre parce que pour l'instant elle est confinée aussi. Pour un maire, il est très difficile de gérer une ville dans cette période d'entre-deux, faute d'avoir les coudées franches. Chaque fois que nous faisons une action les opposants sont là pour nous rappeler que nous sommes en campagne."
 

Les électeurs seront-ils au rendez-vous pour voter, certains élus pensent qu'ils ont d'autres préoccupations ?


"Les citoyens que je rencontre n'ont pas envie de s'être déplacés au premier tour pour rien. Si nous n'arrivions pas à faire valider la date du second tour avant l'été, cela voudrait dire que le vote des électeurs qui sont allés voter le 15 mars ne serait pas retenus. En cas de report à l'automne il y aurait en effet annulation du premier tour."
Poursuivre votre lecture sur ces sujets
élections municipales 2020 politique élections déconfinement société