Suisse : forte recrudescence du coronavirus, le masque devient obligatoire dans les transports publics

Depuis mi-juin, les infections au coronavirus covid 19 repartent à la hausse en Suisse. Son conseil scientifique tire la sonnette d’alarme. Le gouvernement fédéral réagit en imposant le port du masque dans les transports publics. Une mesure qui prend effet le lundi 6 juillet.

Le tram 3 à Saint-Louis direction Bâle, conducteur et passagers portent le masque.
Le tram 3 à Saint-Louis direction Bâle, conducteur et passagers portent le masque. © Vincent Lesmiesle. France Télévisions
Un taux de reproduction du covid 19 de 2,26. Voilà la dernière estimation officielle du 20 juin pour la Suisse. Cela signifie que 100 personnes infectées en contaminent 226 autres. Ici, la deuxième vague commence à faire les gros titres des médias. Pour contrer cette inquiétante recrudescence du virus, le Conseil fédéral choisit de suivre les recommandations de ses scientifiques. A partir du lundi 6 juillet, le masque sera obligatoire dans tous les transports publics du pays à partir de 12 ans.

Suivant les chiffres de la Basler Zeitung, la Suisse a enregistré 553 nouvelles infections en 7 jours du 6 juin au 2 juillet. Cela peut paraître peu. C’est pourtant un bond de +133% par rapport aux sept jours précédents. Depuis le 1er juin, le nombre de nouveaux cas double en moyenne chaque semaine.

Il aurait même fallu généraliser le port du masque dès fin avril-début mai. 

Heiner Bucher - Directeur de l'institut d'épidémiologie de Bâle

Pour l’instant, Bâle est encore épargnée. Les deux cantons bâlois n’enregistrent pas de forte hausse des cas de covid 19. Mais pour Heiner Bucher, joint au téléphone par France 3, la situation est préoccupante. Le directeur de l’Institut d’épidémiologie clinique et de bio statistique de l’Université de Bâle dit qu’il faut surtout réagir rapidement : "Les cas actuels ont été contractés il y a deux ou trois semaines. Les contaminations sont redevenues exponentielles. Il faut être très prudent. Dépister, tracer et isoler le plus vite possible. Peu importe le nombre de cas, je suis convaincu de la nécessité de porter le masque dans les transports publics. C’est indispensable pour avoir une chance de maîtriser l’épidémie. Il aurait même fallu généraliser le port du masque dès fin avril-début mai. Dès les premiers assouplissements de nos mesures pour limiter la propagation du virus."
Peu de passagers portent un masque, pourtant vivement conseillé, dans les transports en commun à Bâle.
Peu de passagers portent un masque, pourtant vivement conseillé, dans les transports en commun à Bâle. © France Télévisions / Vincent Lemiesle
Le port obligatoire du masque en Suisse va permettre d’homogénéiser les mesures sanitaires dans le transport de la région des trois frontières. Bâle partage 2 lignes de tramway avec ses voisins. La ligne 8 avec l’Allemagne et la ligne 3 avec la France. Sur le tronçon allemand, le masque est obligatoire depuis le 27 avril. Côté français, l’obligation court depuis le déconfinement du 11 mai. En Suisse, le port du masque n’est que "vivement recommandé". D’après les responsables du réseau de tram bâlois, seule une minorité de voyageurs se plient à cette prescription.Pendant des semaines, un Français qui se rendait à Bâle au départ de la gare de Saint-Louis (Haut-Rhin) devait porter son masque au risque de payer 135 euros d’amende. Mais pendant trois arrêts seulement, jusqu'à la frontière suisse. Fin de cette situation ubuesque dès le lundi 6 juillet.
Poursuivre votre lecture sur ces sujets
suisse transports en commun société coronavirus santé
l’actualité de votre région, dans votre boîte mail
Recevez tous les jours les principales informations de votre région, en vous inscrivant à notre newsletter