VIDÉO. Ce passionné d'aquariophilie a recueilli un millier de poissons de toutes sortes en trois ans

Nathan Rencker, passionné d'aquariophilie, propose un refuge aux poissons d'agréments dont les propriétaires veulent se séparer. En trois ans, le jeune homme a installé sept bacs et recueilli un millier de poissons dans la maison de ses parents à Logelbach (Haut-Rhin).

Nathan Rencker est tombé dedans quand il était petit. Son premier aquarium, un bac de 20 litres, et son lot de poissons de fête foraine, trouvent très vite refuge dans sa chambre, "un peu comme tout le monde". Puis suivent les bacs de 54 et 100 litres.

À l’étroit dans sa petite chambre, lors du premier confinement, comme il a le temps, Nathan creuse lui-même un premier bassin dans le jardin familial, à Logelbach (Haut-Rhin). "Pour le remplir, je suis passé par les annonces du Boncoin, ça a pris de l’ampleur rapidement". Puis il en creuse un second avec toujours l’idée de récupérer des poissons rouges. Histoire de les sortir de leurs aquariums et leur offrir un peu d’espace vital.

Nathan, pris au jeu, se sent investi d’une mission de sauvetage des poissons d’agrément. Les aquariums, qui envahissent la chambre du jeune homme, finissent par migrer, pour plus de sureté, vers la cave. Question de place et de poids. Le plancher n’y résisterait sans doute pas.

À la recherche d'un équilibre

Pour faire cohabiter les différentes espèces de poissons, Nathan se renseigne et finit par trouver un bon équilibre.

"Dans la cave, j'ai un bac avec une bonne colonie de petits guppys", montre avec fierté Nathan à l'équipe de France 3 Alsace. "Un autre avec des cichlidés des grands lacs africains, ici un plus grand avec un mixte de toutes sortes d’espèces qui viennent des quatre coins du monde qui cohabitent plutôt bien".

Des aquariums de toutes tailles occupent la cave de la maison des parents. Au total, il y en a pour près de 5.000 litres et un bon millier de poissons. Des poissons confiés par des personnes qui souhaitaient s’en séparer.

"Des gens mal conseillés dans les animaleries, des personnes âgées qui ne peuvent plus s’en occuper, des gens qui doivent déménager, qui veulent changer de population de poissons ou pour qui cela représente trop d’entretien et veulent s’en débarrasser".

Avec les poissons apportés par les propriétaires, Nathan gagne souvent un aquarium, une pompe, des filtres ou des décors. Sur le forum des petites annonces, il récupère aussi du matériel d’occasion à bon prix. "Je n’aurais pas pu assumer autrement. Avec la nourriture, l’eau, l’électricité, ça reste un sacré budget. En neuf, ça n’aurait pas été possible de créer un tel projet".

Au service de la cause animale

Le jeune homme doit pas mal bricoler, mais au final le refuge ne cesse de s’agrandir. Du poisson rouge des débuts, jusqu’aux grands cichlidés africains, en passant par le pangasius, le refuge de Nathan lui a aussi permis de découvrir en quelques années plus de poissons que la plupart des aquariophiles en toute une vie.

"Cela m’a permis de développer ma passion à un niveau au-dessus et d'aboutir à un projet concret au service de la cause animale". En trois ans, Nathan, a développé une véritable expertise dans le domaine. Il espère désormais mener des études qui lui permettront de travailler dans le bien-être animal.