Haute-Marne : une photographe sacrée meilleure portraitiste de France

Début octobre 2021, Charlène Pernet remettait son titre en jeu. Elle l’avait obtenu pour la première fois en 2017. La photographe de Haute-Marne a remporté le titre de meilleur portraitiste de France.

Pour Charlène Pernet, la photographie a toujours été une évidence : "Je fais partie de ces rares personnes qui savaient ce qu’elles voulaient faire à l’âge de 15 ans. J’ai eu la chance d’être soutenue par mes parents et bien conseillée par ma professeur de français, et ma CPE de l’époque."

Aujourd’hui, âgé de 40 ans, la haut-marnaise vit depuis dix ans de sa passion : "je n’ai pas le sentiment de travailler. Je suis entourée de personnes qui attendent toujours avec impatience les vacances, j’ai la chance d’avoir l’impression d’être en vacances tous les jours. Mais c’est aussi un risque celui de se reposer sur ses lauriers."

View this post on Instagram

Une publication partagée par Charlène Pernet Cha Clik Photo (@cha_clik_photo)

Raison pour laquelle la photographe s’est inscrite au concours de portraitiste qui se tenait au congrès National de la Fédération Française de la photographie, à Grenoble, les 2 et 3 octobre 2021.

"Nous devions présenter douze clichés : plusieurs photos de mariage, un bébé, une femme enceinte, un groupe, un portrait corporate. Le tout issu de notre production quotidienne. Les photos étaient ensuite analysées par plusieurs meilleurs ouvriers de France", explique Charlène Pernet.

Le jury analysait l’impact visuel, la gestion de la lumière, gestuelle, la composition, le cadrage et la qualité du tirage. Remis en jeu tous les quatre ans, ce titre de meilleur portraitiste revient pour la deuxième fois consécutive à Charlène Pernet.

"C’est un immense honneur et une immense joie. Je n’aurais jamais imaginé le remporter une nouvelle fois. J’ai participé pour me remettre en question et parce que j’adore apprendre. La partie du concours que je préfère est celle où le jury critique nos clichés avec nous. C’est le meilleur moyen de progresser que d’avoir ce type de retours", confit la photographe.

Avant de rajouter : "Je sais que mes clients sont contents, j’ai une base fixe depuis dix ans et le bouche à oreille fait son effet, c’est pour ça que j’ai besoin de challenge en plus du retour de ma clientèle. Bien qu’il soit lui aussi extrêmement important."

Plus jeune, Charlène Pernet rêvait de devenir meilleur ouvrier de France dans la photographie. Aujourd’hui, ce rêve prend moins de place dans les projets de l’artiste haut-marnaise, mais elle ne l’oublie pas pour autant. Amatrice de challenge, il se pourrait qu’un jour, elle fasse cette fois-ci partie du jury du congrès National de la Fédération Française de photographie.

Ce qui est sûr, c’est qu’en attendant, la haut-marnaise cherche à s’améliorer en permanence : "Cela passe aussi par l’observation. Ce type de concours est essentiel pour constater les tendances photographiques et l’évolution de celles-ci. En quatre ans, j’ai vu énormément de changement dans le travail que partageaient mes collègues lors de la compétition."

Pour le moment, la photographe, ne sait pas encore si elle participera à la prochaine édition de ce concours. 

Poursuivre votre lecture sur ces sujets
photographie culture art