Covid-19. Le président de la Haute-Marne demande à Emmanuel Macron de rendre la vaccination obligatoire

Publié le Mis à jour le
Écrit par Juliette Vincent-Seignet
Photo d'illustration. Nicolas Lacroix, président du Conseil départemental de la Haute-Marne.
Photo d'illustration. Nicolas Lacroix, président du Conseil départemental de la Haute-Marne. © MaxPPP/Vincent Isore

Ce mercredi 12 janvier, Nicolas Lacroix, le président LR du Conseil départemental de Haute-Marne a envoyé une lettre au président de la République. Il réclame que la vaccination soit obligatoire pour les plus de 18 ans partout en France, face à la situation sanitaire.

Pour lui, c’est la dernière des solutions. Imposer la vaccination à tous. C’est en tout cas ce que Nicolas Lacroix, le président de la Haute-Marne, a expliqué dans une lettre adressée à Emmanuel Macron ce mercredi 12 janvier. “Plus de 90% des Français sont vaccinés et ils subissent l’action des 10% des non-vaccinés. On fait porter l’échec aux 90% des Français”, explique-t-il, avant de poursuivre “Il s’agit de contraindre pour retrouver nos libertés”.

S’il a décidé d’écrire au président, c’est aussi pour alerter sur la situation dans les hôpitaux. En Haute-Marne, selon le président du conseil départemental, les lits en réanimation sont saturés (une dizaine), les services d’urgences sont embolisés. “Il y a des déprogrammations d’opérations. On remplit les services, la situation est critique”, se désole Nicolas Lacroix.

Un schéma vaccinal incomplet

Aujourd’hui, selon la société française de réanimation, 80% des patients Covid en réanimation sous ventilation mécanique ont un schéma vaccinal incomplet. “Il faut rendre la liberté à ceux qui ont fait le choix de la vaccination. Il faut écouter tout ceux qui n’ont pas envie d’être vaccinés une quatrième fois”, ajoute-t-il.

Le virus tue. J’ai perdu mon père l’année dernière à cause du Covid. Lui n’a pas eu le choix du vaccin. Il faut penser aux familles qui n’ont pas eu la possibilité de se faire vacciner. Il faut penser à ceux qui ont une santé fragile, à qui on annonce le report de leurs interventions”.

Des pays européens franchissent le pas

L'élu haut-marnais aimerait que la France suive l’exemple de ses pays voisins. Depuis le 5 janvier, en Italie, le vaccin est obligatoire pour les plus de 50 ans. 28 millions d’Italiens sont concernés par cette règle, les réfractaires risquant 100 euros d’amende. En Autriche, le gouvernement a décidé d’imposer la vaccination à tous à partir du 1er février. “Je ne veux pas que la France soit le dernier pays à franchir le pas”.

Nicolas Lacroix rappelle que l’Académie de médecine a demandé au gouvernement, ce 11 novembre, “d’oser” passer à l’obligation vaccinale, y voyant “un devoir civique”, qui “devrait entraîner l’adhésion d’une très large majorité des Français”.

Si une telle mesure pourrait être jugée inconstitutionnelle, Nicolas Lacroix se défend. “Aujourd’hui, 11 vaccins sont obligatoires en France. Ce n’est pas une nouveauté. Quand on voyage dans certains pays, des vaccins sont obligatoires. Si on vaccine tout le pays en entier, on pourrait enfin retrouver nos libertés”.

Emmanuel Macron opposé à la vaccination obligatoire pour le moment

Face aux décisions des voisins européens, Emmanuel Macron garde pour le moment le même discours. Il l’a répété à plusieurs reprises : il n'est pas favorable à la mise en place d'une obligation vaccinale. Il n'a toutefois pas exclu d'y avoir recours pour les cinq millions de Français non-vaccinés. En 2020, dans une interview pour Brut, il déclarait déjà : “Je crois beaucoup plus au travail de conviction par la transparence qu’à l’obligation”.

Mais pour Nicolas Lacroix, la situation a évolué depuis deux ans. Aujourd’hui, selon lui, “l’incitation ne fonctionne plus”. “Il reste une solution : l’obligation. On a essayé beaucoup de choses, on a confiné les Français, on a mis en place un pass sanitaire. Obliger la vaccination est le ticket de sortie de la pandémie”.

A trois mois du premier tour de l’élection présidentielle, Nicolas Lacroix assure que cette lettre n’a rien de politique. Il rappelle que cette démarche est faite en son nom. “Je parle au nom des haut-marnais. J’ai des convictions, j’ai un avis, j’ai envie de m’exprimer pour lancer le débat”.

La lettre a été transmise ce mercredi 12 janvier. Nicolas Lacroix est certain que la question de la vaccination obligatoire sera forcément débattue dans les prochains jours.

En partenariat avec France 3 France Bleu et Make.org

Participez à la consultation citoyenne sur la présidentielle 2022

Faites-vous entendre ! France 3 Régions s'associe à la consultation Ma France 2022, initiée par France Bleu sur la plateforme Make.org. Le but ? Vous permettre de peser dans le débat démocratique en mettant vos idées les plus plébiscitées au centre de la campagne présidentielle.