• MÉTÉO
  • SOCIÉTÉ
  • ECONOMIE
  • POLITIQUE
  • DÉCOUVERTE
  • FAITS DIVERS

De Gaulle, Macron et la Ve République

© Maxime Meyer / France 3 Champagne-Ardenne
© Maxime Meyer / France 3 Champagne-Ardenne

Ce jeudi 4 octobre, Emmanuel Macron est venu célébrer à Colombey-les-Deux-Eglises (Haute-Marne) le 60e anniversaire de la Ve République et rendre hommage à son initiateur, le général de Gaulle. Depuis 1958, ce texte qui est le fondement des institutions politiques a évolué au gré des présidences.
 

Par Raphaël Doumergue

"La force de cette Constitution c'est qu'elle permet d'avancer" a expliqué ce matin Emmanuel Macron à des journalistes. "Elle est suffisamment solide pour affronter des moments qui peuvent déséquilibrer d'autres régimes en Europe."

La réforme constitutionnelle qui a mené à la Ve République a émané de la volonté du général de Gaulle de renforcer les pouvoirs présidentiels alors que le France est en pleine guerre d'Algérie. Le projet supervisé par Michel Debré, alors garde des Sceaux, tend à assurer un régime politique stable en redonnant au pouvoir exécutif les moyens de gouverner dans la durée.

"Depuis le discours de Bayeux en 1946, de Gaulle n'a pas varié dans le temps. Il est toujours resté attaché au même principe à savoir un ré-équilibrage très fort des pouvoirs entre l'exécutif et le législatif. Et en réalité derrière le ré-équillibrage, il avait la volonté de donner beaucoup plus de prérogatives au chef de l'Etat." précise Olivier Dupéron, politologue et enseignant à l'université de droit de Reims.
 

En 1962, première évolution significative : suite à un référendum le Président de la République est désormais élu au suffrage universel. "Le général de Gaulle avait une vision à long terme, il avait la conviction que cette élection au suffrage universel direct serait l'instrument politique qui permettrait à la Ve République de s'installer et qui permettrait, surtout, aux chefs d'Etat et aux Présidents après lui de bénéficier d'une légitimité démocratique. Légitimité qui leur donnerait la force d'installer dans le temps cette nouvelle Constitution" ajoute Olivier Dupéron.

Emmanuel Macron a emboîté le pas de son prédécesseur : "Elle a la solidité qui permet de décider de donner l'autorité à celui qui a été choisi par les Françaises et les Français."


En 60 ans la Constitution de la Ve République a été révisée 24 fois. La dernière grande révision date de 2008. "La Ve République de 2018 est quand même assez éloignée du texte de la Constitution de 1958", analyse le politologue. "On a plutôt aujourd'hui engagé un mouvement vers une Ve République bis – ter – quater… On a eu plusieurs évolutions majeures : le quinquennat, la limitation à deux mandats présidentiels consécutifs, l'apparition de nouvelles institutions (le défenseur des droits, la réforme des collectivités territoriales…) Elle est vivante la Ve République."

Emmanuel Macron, lui, a préféré le terme de "souplesse".

A lire aussi

Sur le même sujet

La sortie du Fioul en question

Les + Lus