Haute-Marne : retour aux 90 km/h sur les routes, malgré l'avis défavorable de la sécurité routière

Le changement de limitation de vitesse provoque une polémique en Haute-Marne. Image d'illustration. / © Pascale DE SOUZA, MaxPPP
Le changement de limitation de vitesse provoque une polémique en Haute-Marne. Image d'illustration. / © Pascale DE SOUZA, MaxPPP

Ce mercredi 8 janvier 2020, la commission de la sécurité routière a rendu son avis sur le projet du conseil départemental de Haute-Marne de repasser 15 tronçons de route de 80 à 90 km/h. Avis défavorable, sauf pour un seul tronçon. 

Par AT

"J’ai une question pour vous Monsieur Lacroix, si le retour aux 90 km/h provoque un accident mortel vous sentirez-vous responsable ?" Lance Emmanuel Lagarde, président du comité des experts auprès du Conseil national de la sécurité routière, au président du conseil départemental de Haute-Marne Nicolas Lacroix ( LR). 

Le ton est donné, la tension est palpable en ce début de soirée du mercredi 8 janvier 2020 à la préfecture de Haute-Marne. Sur sa chaise, Nicolas Lacroix ne cache pas son agacement face à cette question, dont la réponse ne se fait pas attendre : "Je ne suis pas là pour répondre à cette question, je suis déjà responsable de ce qui se passe sur les routes départementales que la vitesse soit limitée à 80 ou 90 km/h. Je suis responsable d’énormément de choses avec ma fonction. Demain, un collégien se blesse en glissant sur une marche, je peux être considéré comme responsable. Mon statut me donne des responsabilités et je les assume !" 

Entre eux, la préfète du département, Elodie Degiovanni garde le sourire, un sourire légèrement tendu à l’image de l’atmosphère régnant depuis le début de la conférence de presse. La commission chargée de rendre un avis sur le projet du retour aux 90 km/h sur 15 tronçons de routes départementales en Haute-Marne, a rendu un avis négatif pour 14 d’entre elles. Seule rescapée du projet, la D67 au sud du département considérée comme moins accidentogène de part ses infrastructures, sa fréquentation et l’historique des accidents dont elle a été le théâtre. 
 

 

"Culpabilisation des élus"

"Je suis très déçu !" a tout de suite affirmé Nicolas Lacroix à l’issue de la réunion avec la commission. Avant d’ajouter : "Nous avons énormément travaillé sur ces dossiers avec mes agents. Cette première proposition ne concernait que 15 routes départementales. Je crains les retours pour les prochaines propositions que nous ferons. Je constate un écart flagrant entre les volontés parlementaires qui nous laissent penser que nous avons réellement notre mot à dire en tant que représentant du département et la réelle implication de l’Etat et de ses représentants sur le territoire qui vont à notre encontre lorsque nous faisons par de nos projets. »

Le président du conseil départemental a à plusieurs reprises évoqué « la culpabilisation dont sont victimes selon lui les responsables de départements qui choisissent de repasser à 90km/h."  Nicolas Lacroix a, malgré cet avis défavorable de la commission de la sécurité routière, décidé de limiter la vitesse à 90km/h à nouveau sur 15 départementales avant de l’envisager sur plus de route : "Il faudra prouver que les prochains accidents qui pourraient avoir lieu seront dus à cette limitation de vitesse. Il y a tellement de facteurs lors d’accidents de la route." 

Elodie Degiovanni, la préfète du département, n’a pas souhaité commenter ce choix de Nicolas Lacroix. Elle a toutefois tenu à rappeler que le nombre d’accidents sur le département comme au niveau national avaient diminué depuis la baisse des limitations de vitesse : "En réalité sur un trajet d’une trentaine de kilomètres, 10km/h d’écart ne font gagner que 2 minutes ce qui n’est pas grand chose sur le temps de trajet." 

Ci-dessous, Nicolas Lacroix, président du conseil départemental de Haute-Marne avec la préfète du département, lors des voeux aux corps constitués le 7 janvier 2020. 
 

Mise en place ce jeudi 9 janvier

À l’issue de cette réunion, Emmanuel Lagarde, président du comité des experts auprès du Conseil national de la sécurité routière, s’est montré moins mesuré affirmant que les routes du département limitées à 90km/h seront plus dangereuses et accidentogène. 
Malgré des échanges musclés, Nicolas Lacroix et Elodie Degiovanni se sont quittés avec le sourire après une discussion loin des médias. 

Le retour aux 90km/h dans le département ne se passera donc pas sans difficulté pour le président du conseil départemental très attendu au tournant. Dès jeudi 9 janvier, les panneaux seront réinstallés sur certaines routes, les radars continueront de flasher les automobilistes roulant à plus de 80km/h quelques jours, mais n’entraîneront pas de retraits de points ou d’amendes. Il faudra simplement un peu de temps pour les remettre à niveau.

A lire aussi

Sur le même sujet

Les + Lus