• MÉTÉO
  • SOCIÉTÉ
  • ECONOMIE
  • POLITIQUE
  • DÉCOUVERTE
  • FAITS DIVERS

Facel Vega ? Si ce nom n'est pas connu du grand public, il déclenche en revanche, à tous les coups, l'enthousiasme des amateurs de voitures anciennes. Cette marque de voiture de luxe française est aussi mythique que confidentielle. Facel Vega n'a produit des véhicules de Grand Tourisme que pendant seulement dix ans, de 1954 à 1964. Gilbert Blanc possède l'un des derniers modèles, une Facel Vega III gris métal.

Un désir d'exclusivité

Vétérinaire à la retraite en Haute-Marne, Gilbert Blanc, n'est pas sans activité pour autant puisqu'il est fortement engagé dans le monde associatif à vocation sociale. Le reste de son temps, il le consacre en bonne partie à sa passion pour les voitures anciennes. Il y a dix ans, il craque pour une Facel Vega qu'il déniche en Haute-Loire. Il s'agit d'une Facel Vega III de 1963 en assez bon état.

L'idée d'acquérir une Facel lui trottait dans la tête depuis quelques temps. Le responsable est son beau-frère, un inconditionnel de la marque, qui lui propose à plusieurs reprises de l'accompagner sur des rallyes de régularité en Bretagne et en Normandie. Ainsi Gilbert emprunte le volant d'une Facelia, et des mythiques Facel II et HK 500. Des expériences inoubliables qui, forcément, fabriquent des rêves.


 

Faites tourner l'image 360° pour découvrir l'intérieur

La saga Facel Vega

Le fondateur de Facel Vega s'appelle Jean Daninos. Cet industriel français a d'abord travaillé chez Citroën à la fin des années 20 avant de se tourner vers l’aéronautique militaire. Après-guerre, il crée la société Facel (Forges et Ateliers de Construction d’Eure-et-Loir) où il sous-traite la fabrication de carrosseries pour de grandes marques de l’automobile telles que Panhard, Simca, Ford ou encore Bentley (avec la collaboration de Pininfarina).

Au début des années 50, il décide de créer ses propres voitures et ambitionne de fabriquer des modèles de Grand Tourisme à la française dans son usine de Dreux.

Sous la nouvelle marque Facel Vega (Vega comme l’étoile brillante proche du soleil) naissent d’élégantes berlines puissantes et luxueuses équipées de moteurs Chrysler V8 dépassant parfois les 6 litres de cylindrée. Après les premiers modèles de la série FV construits en 1958, la fameuse HK 500 connaît un certain succès auprès des grands de ce monde. Une alternative aux voitures les plus prestigieuses de l'époque avec une connotation très sportive. 
La Facel Vega HK500 est une voiture sportive. Son rapport poids/puissance fait d'elle la GT la plus rapide de son époque (237 km/h, 0 à 100 km/h en 7,5 sec). / © Amicale Facel Vega
La Facel Vega HK500 est une voiture sportive. Son rapport poids/puissance fait d'elle la GT la plus rapide de son époque (237 km/h, 0 à 100 km/h en 7,5 sec). / © Amicale Facel Vega

Mais Jean Daninos ne veut pas s’arrêter là et désire proposer un modèle de plus grande diffusion, plus accessible, au travers d'un petit coupé sportif capable de rivaliser avec les coupés italiens (Alfa), allemands (Porsche) ou anglais (Triumph).

La Facellia voit le jour en 1959 et connaît le succès dès sa sortie. Malheureusement, le petit moteur quatre cylindres français fabriqué par la fonderie Pont-à-Mousson rencontre d'importants problèmes mécaniques. Les échanges standards des moteurs sous garantie coûtent très cher, ce qui n'est pas sans effets sur la santé financière de l'entreprise. Malgré une 2ème version de la Facellia bien plus fiable, les clients ont perdu confiance. 

Pour redorer son image, la marque change de fusil d'épaule et emprunte au constructeur suédois Volvo un moteur de 1780 cm3 réputé fiable. Ainsi naît en 1963, la Facel Vega III (le modèle de Gilbert). Esthétiquement le modèle diffère peu de la Facellia.

Mais cela ne suffit pas pour remonter la pente. Les difficultés financières et le désengagement du dernier repreneur ont raison de la survie du constructeur. Un tout dernier modèle, la Facel 6 (une Facel III à 6 cylindres équipée d'un moteur Austin-Healey), est pourtant lancé mais ce dernier n'a même pas le temps de faire ses preuves et n'est produit qu’à 44 exemplaires seulement. La marque s’éteint à l’automne 1964. 
 

La Facel III en 10 photos

Merci à l'Abbaye de Trois Fontaines (52) où les photos ont été réalisées.
 

La Facel III 1963 de Gilbert

La Facel III de Gilbert est un petit coupé 4 places produit à 430 exemplaires. Son moteur d'origine Volvo développe 108 ch pour une cylindrée de 1780 cm3. La boîte de vitesse, d'origine suédoise également, est équipée d'une option overdrive qui permet de démultiplier la quatrième vitesse afin de faire baisser le régime moteur et la consommation.

Au niveau esthétique, la Facel III diffère de son aînée, la Facellia, par une ligne légèrement modifiée où le coffre plus arrondi suit le galbe des ailes. La calandre est inspirée de la puissante Facel II V8. La Facell III a également été déclinée en version cabriolet, fabriquée à 192 exemplaires. 

Gilbert aime promener son élégant coupé sur les petites routes boisées de Haute-Marne qu'il avait l'habitude d'arpenter lorsqu'il était vétérinaire. Il apprécie la bonne tenue de route de la française et son aisance dans la circulation moderne. Le principal défaut est sans aucun doute l'absence de direction assistée, il faut jouer les gros bras lors des manoeuvres à l'arrêt, les demi-tours sont fastidieux ! 

Côté fiabilité, tout va bien, Gilbert n'hésite pas à effectuer avec son épouse de longues balades, comme dernièrement  dans le Cantal ou à Chantilly. La voiture ronronne aujourd'hui mais cela n'a pas toujours été le cas : "Les premières années, nous avons connu plusieurs pannes qui nous ont laissés sur le bord de la route" se remémore-t-il en souriant en pensant à son épouse qui  hésitait alors à l'accompagner. Une rigoureuse révision a tout fait rentrer dans l'ordre. 
La Facel III s'avère bien plus fiable que son aînée la Facellia. "Elle est surtout plus facile à entretenir avec son moteur Volvo pour lequel il est plus aisé de trouver encore des pièces d'origine" explique Gilbert.
 
A bord, l'intérieur est très élégant avec une très belle sellerie en simili cuir noir et un tableau de bord façon loupe d'orme incrusté de cadrans ronds sertis de chrome et des interrupteurs façon aviation.

Le tableau de bord n'est pas fait de bois précieux vernis comme on pourrait le percevoir mais il est en métal, peint en trompe l'oeil, c'est bluffant. Un salarié maison réalisait ce décor en appliquant patiemment de multiples couches de peinture.
-Gilbert, propriétaire d'une Facel Vega 


Un travail d'artiste qui ajoute encore au charme de la voiture. 

Vidéo : Au volant de la Facel III

L'Amicale Facel Vega

Gilbert s'est pris au jeu de son amour pour les Facel Vega. Il est devenu l'un des deux délégués régionaux de l'Amicale Facel Vega pour la Champagne-Ardenne. Cette association qui rassemble les principaux spécialistes est une référence. Ses adhérents possèdent ensemble plus de 800 Facel Vega sur un total de 2900 véhicules produits.

Soucieuse de garder l'esprit de la maison intacte, l'association rachète les droits de la marque pour en devenir propriétaire. Gilbert explique qu'ainsi l'association s'assure du futur de Facel Vega en empêchant toute tentative de récupération marketing du prestigieux blason.

Pour palier la rareté des éléments nécessaires à la restauration des Facel Vega, l'association a entrepris la fabrication de certaines pièces mécaniques désormais introuvables. Le site de l'Amicale Facel Vega  est une mine d'or pour les curieux.
 

Albert Camus et Michel Gallimard meurent dans une Facel Vega

La Facel est devenue tristement célèbre à l'occasion du terrible accident qui a provoqué la mort d'Albert Camus en 1960. A bord d'une luxueuse  FV3B, Albert Camus accompagne Michel Gallimard (le neveux de Gaston, le créateur de la maison d'édition) son épouse et sa fille. Le quatuor quittent la résidence de Lourmarin (Vaucluse) de l'écrivain pour gagner Paris. Sur le chemin, au sud de Fontainebleau, la voiture percute un platane pour une raison indéterminée. L'accident est fatal. Si les deux femmes ne sont que légèrement blessées, les deux hommes meurent. Cette disparition brutale provoque un choc en France, l'accident est médiatisé.
 


Plus joyeusement, la marque française s'illustre au cinéma et à la télévision. Sur le site de L'amicale Facel Vega, Hervé Oheix recense les films dans lesquels les véhicules apparaissent. La liste est surprenante et prouve que la marque a toujours été très présente dans l'imaginaire collectif des années 50 à nos jours. Récemment, on peut apercevoir des Facel dans des films aussi divers que Oss 17, Cloclo, Le Petit Nicolas ou le film d'animation Ratatouille

L'apparition la plus populaire du moment revient sans aucun doute à la série télévisée  Les petits meutres d'Agatha Christie. A la fin des années 50, le séduisant commissaire Laurence se déplace sur les routes du Nord à bord d'un charmant modèle Facellia de couleur bordeaux.

Ce véhicule désormais célèbre est exposé à Ouve-Wirquin dans le Pas-de-Calais à l'espace musée des Brigades de l'AA. Une partie des automobiles d'époque qui pullulent dans les épisodes de cette fiction policière sont prêtées par cette association artésienne. Cette série régale autant par l'apparition de ces voitures d'après-guerre que par ses intrigues policières un peu loufoques.
France 2 / © La Facellia est devenue indissociable du commissaire Laurence, un personnage élégant et distingué de la fin des années 50.
France 2 / © La Facellia est devenue indissociable du commissaire Laurence, un personnage élégant et distingué de la fin des années 50.