grand est
Choisir une région

Qualifiée parfois de "Concorde de la route", la Citroën SM a certainement été l'une des voitures françaises les plus ambitieuses de sa génération. Malheureusement, ce petit bijou avant-gardiste concocté par des ingénieurs Citroën en pleine fièvre créative n'a vécu que cinq petites années. De quoi nourrir bien des regrets.

Aujourd'hui, le mal est réparé : grâce au génie et à l'obstination de Jean-Michel Gallet, cette magnifique auto à haut potentiel, connaît enfin le développement qu'elle mérite. La SM2 est née ! 
 

A l'avance sur son temps

© Xavier Claeys / France 3 Champagne-Ardenne
© Xavier Claeys / France 3 Champagne-Ardenne

La Citroën SM a vu le jour il y a tout juste 50 ans. Une nouvelle fois, le constructeur français lâche la bride à ses ingénieurs pour créer un véhicule d'exception, à l'avance sur son temps. Dessinée par Robert Opron, sa ligne est assurément originale, sportive et racée. Affublée d'un moteur 6 cylindres Maserati, la SM reprend les principales avancées techniques initiées par la DS. Elle propose également une nouvelle direction hydraulique inédite à assistance variable avec rappel automatique au centre.

La SM a tout pour séduire. Elle surclasse, dans bien des domaines, les sportives allemandes ou italiennes en termes de tenue de route, de freinage ou encore de confort. Pour visualiser la photo 360°, faites tournez avec la souris

Malheureusement, la fragilité de son moteur et de certains éléments techniques encore mal maîtrisés couplé à la défaillance d'un réseau d'entretien Citroën mal préparé aux techniques très pointues affecte son succès. Et dans une moindre mesure, s'ajoute une consommation de voiture sportive, à l'heure du premier choc pétrolier. La production s'arrête dès 1975, avec la construction de moins de 13.000 exemplaires.

Diaporama SM2

Né dans une Citroën DS

"Je suis né dans une DS" raconte Jean-Michel. "Mes deux grands-pères, mon père et mon oncle avaient une DS. J'ai donc passé beaucoup de temps à l'arrière de cette Citroën. J'avais 8 ans quand la SM est sortie, c'était la super DS !".
Son grand-père et son père étaient fondeurs en aluminium. Jean-Michel "traîne ses guêtres" dans l'usine familiale et moule à la main au sable, à l'âge de sept ans, ses premières pièces en aluminium. Il accompagne son grand-père chez les clients.
Jean-Michel Gallet est spécialiste de la rénovation de Sm mais aussi de DS et de Maserati / © Xavier Claeys/ France 3 Champagne-Ardenne
Jean-Michel Gallet est spécialiste de la rénovation de Sm mais aussi de DS et de Maserati / © Xavier Claeys/ France 3 Champagne-Ardenne

Passionné de technique et de la marque Citroën, très jeune,  il entretient la DS familiale  21  injection. A 16 ans, il achète sa première DS, puis à 17 ans "un moteur de SM Maserati pour le mettre en pièce et l'analyser. Je suis un autodidacte, j'ai quand même  passé un CAP d'ajusteur et de fraiseur et je considérais mes profs davantage comme des collègues." 
Très vite, il sera connu pour son aptitude à réparer, à refaire les moteurs.

J'ai parfois récupérée de vielles DS en échange d'une bouteille de champagne, j'ai possédé jusqu'à 60 DS en même temps.  

En 30 ans, Jean-Michel a rénové près de 300 moteurs de Citroën SM / © Xavier Claeys / France 3 Champagne-Ardenne
En 30 ans, Jean-Michel a rénové près de 300 moteurs de Citroën SM / © Xavier Claeys / France 3 Champagne-Ardenne

Après une première expérience à la SEAB de Roland de la Poype ( fournisseur de Citroën et inventeur de la Méhari), il rejoint la fonderie familiale et contribue à la fabrication de pièces de précision. En 1989, il se met à son compte et se spécialise dans l'entretien et la rénovation de DS et de SM.
Treize ans plus tard, en 2002, il crée l'entreprise SM2a où le rejoint son frère puis, plus tard, son fils. Depuis cinq années, l'équipe se consacre exclusivement aux DS, SM et Maserati et au projet SM2.
 

Le projet SM2, 6.000 heures de recherche et développement


En 30 années, presque 300 moteurs de SM passent dans les mains expertes de Jean-Michel. Le moteur Maserati (C114) qui équipe la SM n'a plus aucun secret pour lui. Il en est de même pour tous les organes de l'auto. Jean-Michel a tout scruté, analysé les moindres défauts et a pris beaucoup de notes. Un savoir inestimable qu'il a décidé de mettre à profit en créant le projet SM2.  
 
© Xavier Claeys / France 3 Champagne-Ardenne
© Xavier Claeys / France 3 Champagne-Ardenne

Avec l'appui de son frère Laurent, carrossier, et de son fils Nicolas, diplômé au Mans d'un master en conception de voiture de course, il réalise son rêve en donnant naissance à une SM revue et corrigée de A à Z. Sont concernés, le moteur dans son ensemble bien sûr, mais aussi le circuit hydraulique, le circuit électrique, les freins, la boîte de vitesse, le radiateur, le traitement anti corrosion, les pneus ou encore le système des vitres électriques…. Tout est revu, rien n'est oublié… La famille travaille avec six autres salariés dans un atelier de plus de 4000 m2, dans une ancienne usine de matelas. On y trouve 40 machines outils traditionnelles ou numériques, un atelier carrosserie, un stock de pièces détachées et de voitures prêtes à retrouver une nouvelle splendeur.
© Xavier Claeys / France 3 Champagne-Ardenne
© Xavier Claeys / France 3 Champagne-Ardenne

Jean-Michel se veut humble : "j'ai rêvé de SM2, mais tout seul on ne fait rien. Dans SM2, il y a au moins dix corps de métiers. J'ai 58 ans, mon fils en a 33 et mon frère est au milieu. Il faut conjuguer les talents, créer l'alchimie et fusionner les connaissances de toutes les générations. SM2 , c'est un travail collectif !"

Garder l'esprit de la SM

Pour la famille Gallet, il n'est pas question de travestir l'esprit originel de la SM et de vendre son âme au profit de nouvelles technologies.

Notre idée c'est de continuer ce qu'ont fait les concepteurs de la SM, de poursuivre ce qu'il voulait apporter et d'arriver là où ils voulaient aller. On veut leur rendre hommage.

Ainsi l'aspect extérieur de la voiture reste identique. La carrosserie et le châssis proviennent de modèles anciens. Rien ne distingue la voiture des années 70 à celle d'aujourd'hui à part deux détails : le diamètre des roues passé de 15 à 17 pouces afin de pouvoir chausser des pneus modernes et performants et le monogramme SM2 placé sur la custode. 
© Xavier Claeys / France 3 Champagne-Ardenne
© Xavier Claeys / France 3 Champagne-Ardenne
Certains puristes, inconditionnels de la restauration à l'identique absolu, trouveront peut-être à redire sur le projet SM2. 
Pourtant, devant le prototype né à Mussy-sur-Seine (Aube), difficile de ne pas rêver de monter à bord pour retrouver le parfum des années 70. Pour Jean-Michel "Améliorer cette voiture qui a toujours été controversée pour son manque de fiabilité, c'est forcément un bien. En cinquante ans, l'évolution des techniques et des matériaux est considérable. La SM était trop à l'avance sur son temps, elle avait besoin de techniques modernes. On a laissé passer quelques petits défauts typiques de l'époque comme les bruits d'air du pare-brise ou celui de l'échappement. Faut-il les gommer ? La clientèle choisira."
 

Fiabilité, performance et Confort.

Les travaux ont permis de perfectionner le véhicule à tous les niveaux. La voiture allégée est maintenant plus performante, plus souple, plus puissante et freine mieux. Sa tenue de route est encore plus agile grâce un nouvel équilibre des masses.
L'intérieur plus cossu respecte l'esprit de la SM. / © Xavier Claeys / France 3 Champagne -Ardenne
L'intérieur plus cossu respecte l'esprit de la SM. / © Xavier Claeys / France 3 Champagne -Ardenne

A l'intérieur, la SM2 se trouve plus cossue avec des matériaux plus nobles. L'insonorisation a été renforcée. Le tissus jersey du ciel de toit a été remplacé par un chaleureux alcantara, le bultex a remplacé les mousses anciennes, les nouveaux sièges plus enveloppants ont été réalisés par un artisan sellier du Mont Ventoux. Quelques options modernes ont été très discrètement ajoutées comme un régulateur de vitesse ou un système Hi-Fi haut de gamme bien dissimulé. 
 

Rétromobile 2020


L'équipe de SM2a est présente au salon Retromobile 2020 à Paris (Stand 1N 106). Pour l'occasion, les Aubois ont rénové également une SM très spéciale, unique modèle du carrossier Tissier. Une SM porte-voiture à dix roues qui ne passe par inaperçue. 
La stand SM2a à Retromobile. A visiter jusqu'au dimanche 9 février 2020 / © Jean-Michel Gallet
La stand SM2a à Retromobile. A visiter jusqu'au dimanche 9 février 2020 / © Jean-Michel Gallet

Pour les concepteurs de la SM2 l'enjeux est important. Le prototype SM2 a exigé presque 6.000 heures de travail en recherche et développement.
Aujourd'hui la phase de commercialisation commence. Plusieurs amateurs sont déjà intéressés. Mais ce petit bijoux n'est pas à la portée de tout le monde. Il faudra débourser environ 250.000 € pour obtenir les clés d'une SM2. Quatre autos seront fabriquées sur mesure chaque année, les premières livraisons sont prévues fin 2020. 
© Xavier Claeys / France 3 Champagne-Ardenne
© Xavier Claeys / France 3 Champagne-Ardenne