Bas-Rhin : un restaurant ravagé par les flammes à Huttenheim, une cagnotte pour aider les propriétaires

Un incendie a ravagé "Le Pastoral", un restaurant très fréquenté de Huttenheim (Bas-Rhin), dans la nuit de samedi à dimanche 16 mai 2021. A deux jours de la réouverture des restaurants, c’est un terrible coup pour le propriétaire. Une cagnotte de soutien a été mise en ligne.

A deux jours de la réouverture des restaurants, Le Pastoral, enseigne emblématique de Huttenheim, a été ravagé par un incendie dans la nuit du 16 mai 2021.
A deux jours de la réouverture des restaurants, Le Pastoral, enseigne emblématique de Huttenheim, a été ravagé par un incendie dans la nuit du 16 mai 2021. © Gilles Dagon

Comme tous les restaurateurs alsaciens, Gilles Dagon avait en ligne de mire la fameuse date du 19 mai pour pouvoir enfin rouvrir son enseigne Le Pastoral à Huttenheim, après presque sept mois de fermeture. Dans la nuit de samedi à dimanche 16 mai 2021, un incendie est venu jeter un voile sombre sur cette perspective.

Les pompiers du SDIS du Bas-Rhin ont été alertés à l’aurore ce dimanche 16 mai 2021 pour un  feu dans un restaurant. A leur arrivée, ils constatent que l’incendie ravage le rez-de-chaussée installé dans une maison alsacienne à colombages de 200 m². L’intervention a mobilisé deux lances à incendie et une vingtaine de personnes.

Le Pastoral, un des trois restaurants d'Huttenheim

Jean-Jacques Breitel, le maire de Huttenheim, était sur les lieux ce dimanche. Il raconte :" Quand les pompiers interviennent, un des premiers gestes est de dégager des tuiles pour laisser échapper les gaz chauds par la toiture. En plus des flammes qui ont ravagé la salle de restaurant, il y a aussi le dégât des eaux qui a endommagé les lieux. Franchement, il y en a pour des mois de travaux. Je ne vois pas comment ils pourront rouvrir cette année".

Il n’y a eu heureusement aucune victime. Un homme, qui travaillait depuis longtemps pour Gilles Dagon, vivait à l’arrière de la maison. Il a été incommodé par les fumées mais il est sorti à temps. "Il a surtout eu un choc émotionnel", précise Jean-Jacques Breitel.

Le maire est navré de ce qui arrive au restaurateur, d’autant "qu’il avait mis un point d’honneur à pouvoir continuer à travailler pendant le confinement, mobilisant son équipe, avec de la vente à emporter. Et ça marchait très fort".

"On n'est pas bien"

Au lendemain du sinistre, Gilles Dagon, chef et propriétaire des lieux croule sous les appels téléphoniques : "J'ai reçu entre 300 et 400 coups de téléphone depuis hier, on arrive plus à suivre mais ça fait chaud au coeur". Car le coeur, il faut bien l'avouer, est lourd. "On était prêt pour ouvrir demain : trois personnes en cuisine et trois autres en salle. Et là, tout s'écroule. On n'est pas bien".

Il a passé une partie de sa journée avec la gendarmerie. Difficile d'estimer le montant des dégâts car les experts ne peuvent pas rentrer tant que l'établissement est sous scellé. Que s'est-il passé? Pour l'instant, le propriétaire des lieux ne sait rien. Il attend l'avancée des enquêteurs. Le maire, Jean-Jacques Breitel, avance que "l'on soupçonnerait un incendie d'origine criminelle".

Des clients solidaires

Une cagnotte Leetchi a été ouverte pour soutenir les propriétaires. C'est une cliente, Laetitia Krstic, installée à Ebersheim, qui en a eu l'initiative. "Quand j'ai appris la nouvelle, j'étais effondrée. J'adore ce restaurant et tout particulièrement leur cordon bleu. Pour moi, c'est le meilleur du monde!". Elle ajoute : "Monsieur Dagon travaille beaucoup, ça se voit dans l'assiette".

Elle, qui passait ses commandes à emporter pendant le confinement, se réjouissait de pouvoir revenir s'y attabler : Laetitia Krstic avait d'ailleurs réservé sa table en terrasse pour ce dimanche avec sa famille. "Tout ce qu'on peut faire maintenant, c'est les soutenir du mieux qu'on peut. J'espère que cette cagnotte pourra les aider". Au lendemain du sinistre, 500 euros ont déjà été collectés. 

Il y a deux ans, "Le Pastoral" s'était retrouvé au cour de l'actualité : un nouveau-né avait été retrouvé sur le seuil du restaurant, au soir du 27 avril 2019. L'affaire de cette petite-fille, abandonnée à quelques heures de sa naissance, avait ébranlé la petite commune d'Huttenheim, et bien au-delà.

Poursuivre votre lecture sur ces sujets
faits divers pompiers solidarité société