Cet article date de plus de 8 ans

Electrolux : 500 salariés manifestent à Senlis

La salariés ont protesté contre le projet de fermeture du site de Revin (08) qui a été confirmé lors d'un CCE.

Venus en cars depuis Revin, près de 400 salariés du fabricant d'électro-ménager accompagnés de quelques habitants ont été accueillis mercredi par une centaine d'employés du siège d'Electrolux à Senlis, où représentants syndicaux et direction se retrouvaient pour le CCE.

Ils ont symboliquement pénétré dans l'enceinte du siège de la société mais l'ont ensuite évacué sans troubler la réunion, avant d'allumer un feu de palettes et pneus.

"Nous sommes déterminés et solidaires pour nous faire entendre et défendre nos emplois jusqu'au bout. Electrolux a provoqué une cassure, il faut maintenant que la direction du groupe assume", a expliqué Lysian Fagis, porte-parole de l'intersyndicale avant la tenue du comité central d'entreprise extraordinaire (CCE).

Lundi, le groupe suédois avait annoncé son intention d'arrêter la production des lave-linge à chargement par le dessus dans l'usine de Revin d'ici 2014, tout en publiant des bénéfices en hausse de 19% pour le troisième trimestre. "Electrolux est mon 19ème employeur, je suis emblématique de la crise des délocalisations et cela suffit", a souligné Didier Allaire, 48 ans, employé à Revin depuis 14 ans.

Electrolux : 500 salariés manifestent à Senlis

Selon les syndicats, un projet pérenne de production de hottes aspirantes haut de gamme jusque là sous-traité par Electrolux à des concurents avait été proposé à la direction du groupe suédois.

"On veut qu'on nous explique pourquoi notre projet est refusé par le groupe qui fait passer ses profits avant la vie des gens", a poursuivi le manifestant. L'usine de Revin avait été touchée en 2010 par la délocalisation de la production de Faure, la marque d'entrée de gamme des lave-linge d'Electrolux, vers le site d'Olawa en Pologne. Elle conservait alors les marques Electrolux et AEG qui sont désormais destinées à migrer aussi vers la Pologne.

A 19 heures 30, trois bus et une centaine de personnes étaient encore prsentes sur le site de Senlis, alors que la réunion du CCE se poursuivait.

Notre album photo

Poursuivre votre lecture sur ces sujets
mouvement social emploi crise économique entreprises