INSOLITE. Bas-Rhin : on a retrouvé un ancêtre du prince Philip à Sessenheim

Dans le Bas-Rhin, le village de Sessenheim est connu pour l'idylle du poète allemand Goethe avec la fille du pasteur mais moins pour l'ascendance du prince Philip, mort le 9 avril. Six générations séparent le duc d'Edimbourg de ses origines alsaciennes. 

Un ancêtre du prince Philip, mort le 9 avril, se trouve à Sessenheim, dans le Bas-Rhin.
Un ancêtre du prince Philip, mort le 9 avril, se trouve à Sessenheim, dans le Bas-Rhin. © Andy Rain / Maxppp

Sessenheim (Bas-Rhin) est décidément une terre chargée d'histoire. En 1770, un certain Johann Wolfgang Goethe y a rencontré la fille du pasteur du village, Frédérique Brion. De cette rencontre est née une idylle et surtout un poème, "La petite rose" (Heidenröslein en allemand). Si cette histoire est connue de tous les habitants, seule une poignée d'entre eux sait qu'un ancêtre du Prince Philip, mort à l'âge de 99 ans le 9 avril 2021, a été pasteur de leur village.

Au total, six générations séparent Heinrich Wilhelm Schweppenhäuser, pasteur de Sessenheim de 1757 à 1760,  et le duc d'Edimbourg, mari de la reine d'Angleterre, Elisabeth II. Avant d'arriver dans le village bas-rhinois, H.W Schweppenhäuser a été pasteur à Oberotterbach, en Allemagne. A sa mort (en 1760), Jacques Brion (père de Frédérique Brion) lui a succédé en tant que pasteur. Encore aujourd'hui, quatre pierres tombales se trouvent dans une niche accolée à l'église protestante (voir la carte ci-dessous) : celles de Jacques Brion, de H.W Schweppenhäuser et de leurs deux épouses.

"Seule la vieille génération le sait"

Pour arriver jusqu'à Philip Mountbatten, il faut remonter l'arbre généalogique (voir ci-dessous) et revenir au XVIIIème siècle. En 1751, Heinrich Wilhelm Schweppenhäuser et Charlotte Philippine ont une fille, Maria-Salomé.

Du pasteur de Sessenheim au prince Philip
Du pasteur de Sessenheim au prince Philip © Licence CC-Zero, CC-BY-SA. Montage : France Télévisions

Pour la suite, attention, accrochez-vous :

"Seule la vieille génération des habitants le savait", lance Hubert Siegfriedt, président de l'association du patrimoine historique et culturel de Sessenheim. Pour lui, l'histoire du village n'a plus aucun secret. Sur la descendance du prince Philip, il relativise : "Sessenheim est lié indirectement à la couronne britannique. C'est parce qu'il y a eu un mariage entre la reine et le prince Philip que le lien existe.

Si la pierre tombale est encore dans le village, personne ne sait où est la dépouille du pasteur. "A l'époque, l'église protestante était entourée du cimetière. Les catholiques et les protestants la partagaient. Mais en 1911, une autre église a été construite et des tombes ont été déplacées. Une petite niche a été créée avec quatre pierres tombales, mais l'endroit où a été enterré Schweppenhäuser n'a pas été identifié."

Les pierres tombales de H.W Schweppenhäuser et de son épouse, Charlotte Philippine, sur les murs de l'église protestante de Sessenheim (Bas-Rhin).
Les pierres tombales de H.W Schweppenhäuser et de son épouse, Charlotte Philippine, sur les murs de l'église protestante de Sessenheim (Bas-Rhin). © Association des amis du patrimoine culturel et historique de Sessenheim

Un courrier au prince

Pour Hubert Siegfriedt, le prince Philip n'avait pas oublié qu'une partie de sa descendance se trouvait en Alsace. A la fin de la Seconde Guerre mondiale, un membre du conseil municipal a écrit une lettre au prince Philip. Il lui demandait une aide financière pour reconstruire l'église protestante du village qui avait été bombardée. Mais le secrétaire royal lui avait répondu qu’il y avait trop de demandes similaires.

En l'honneur du prince Philip, Sessenheim a mis ses drapeaux en berne jusqu’à son enterrement. 

Poursuivre votre lecture sur ces sujets
histoire culture insolite