Jardinage : quelles fleurs faut-il planter pour nourrir et sauvegarder les abeilles ?

Depuis 15 ans, les populations d’abeilles s’effondrent dramatiquement. Alors, au moment de faire des plantations dans votre jardin, il serait peut-être utile de penser à y mettre des fleurs qui leur permettent de survivre. Mais que planter ? Réponse avec le Collectif Abeilles Lorraine.

Abeille mellifère sur plantain
Abeille mellifère sur plantain © Apicool

Ce mois de février 2021 est particulièrement clément et avec le beau temps, certains d’entre vous ont repris les travaux dans leur jardin. Et si cette année, vous plantiez des espèces qui favorisent le développement et la conservation des insectes pollinisateurs ? Car même si on en entend moins parler, la population des abeilles continue de diminuer drastiquement, mettant ainsi en péril non seulement la biodiversité (il existe plus de 1.000 espèces d’abeilles en France), mais aussi une bonne partie de notre nourriture qui ne pourrait pousser sans la pollinisation de ces petits insectes.

 

Halicte se régalant sur une ciboulette
Halicte se régalant sur une ciboulette © Apicool

 

Selon des études de l’INRA, il n’y a pas que les pesticides qui déciment les abeilles, mais ces petites bêtes qui nous veulent du bien souffrent d’un autre mal, sur lequel nous pouvons tous agir : la FAIM. A force de cultiver de façon intensive toutes les terres possibles, de faucher talus et fossés, de tondre toutes les pelouses à ras, les abeilles ne trouvent plus de quoi se nourrir. Alors si vous voulez cultiver ou mettre sur votre balcon quelques plantes riches en nectar et en pollen, voici les conseils du Collectif Abeilles de Lorraine, crée en 2020 et dont la mission et de préserver les insectes pollinisateurs.

Un carré de plantes aromatiques

Rassurez-vous, pas besoin de retourner tout votre jardin ou modifier toutes vos plantations. Pour aider les abeilles à se nourrir, vous pouvez commencer par créer un petit carré de plantes aromatiques : du thym, du romarin, de la sarriette, de la mélisse citronnée, de l’origan ou tout simplement de la lavande.

Les vivaces sont aussi de bonnes ressources de pollen et de nectar, les deux substances qui permettent aussi aux abeilles de créer de la gelée royale et de la cire. La sauge, la bourrache et le stakys rempliront parfaitement cette mission.

 

Les abeilles adorent la sauge des prés
Les abeilles adorent la sauge des prés © Apicool

 

De son côté, pour permettre au plus grand nombre d’agir, le collectif travaille avec les Jardins de Cocagne un pac VIP (Very Important Pollinisateur) où les jardiniers amateurs ou non, pourront retrouver les graines de cinq fleurs pour les jardins privés: Echinops, hysope, sauge des prés, origan et stachys. Il sera disponible en septembre via le Collectif.

Et pour ceux qui vivent en appartement, il est également possible de fabriquer des balconnières originales avec des plantes mellifères qui nourriront les abeilles environnantes comme l’ail décoratif ou les campanules. Sur ce point l’association Apicool qui s’occupe elle aussi de sauver les abeilles, donne de très bons conseils.

Aménager une "zone maigre"

Pour les plus passionnés, Karine Devot, du Collectif Abeilles Lorraine recommande de créer une "zone maigre" parfaitement adaptée aux insectes pollinisateurs. "Il s’agit d’une zone sableuse avec semis de plantes spécifiques comme le bouillon blanc, la vipérine, qui permet aux fleurs de se développer et de coloniser les lieux puisqu’elles ne subissent plus la concurrence des graminées." nous explique-t-elle. 

 

Stachys et luzerne, deux plantes succulentes pour les insectes pollinisateurs
Stachys et luzerne, deux plantes succulentes pour les insectes pollinisateurs © Apicool

 

Pour les mettre en place, il suffit de déverser un mélange de sable et de gravier sur le sol en couche de 30 à 50 cm d’épaisseur, on peut également utiliser des tas de sable pur ou un mélange de briques, de tuiles et de béton concassé. Plus un terrain est maigre plus les fleurs que vous y planterez seront diversifiées. Un garde-manger idéal pour les abeilles. Vous pouvez également y déposer un hôtel à insecte ou une souche de bois pour les abeilles sauvages. Pour plus de renseignements, cliquez ici.

Laisser pousser

Si vous êtes un peu paresseux, la chose la plus simple à faire, c’est de laisser pousser. La nature faisant bien les choses, les fleurs et plantes qui vont se développer sont celles qui correspondent à la nourriture des insectes qui évoluent dans le même système. "Le trèfle par exemple est une nourriture excellente pour les abeilles sauvages, comme la plupart des légumineuses d’ailleurs. Ne pas arracher le lierre ou les ronces, cela permet à ces abeilles de trouver tout ce dont elles ont besoin" explique Karine Devot, présidente du Collectif Abeilles et d'Apicool. Gardez donc un coin de votre jardin en mode sauvage, sans le tondre et vous verrez y butiner les abeilles.

 

Megachile sur aster
Megachile sur aster © Apicool

 

Si vous travaillez dans une commune, demandez à votre mairie de ne pas faucher les talus et les fossés, ce sont de gros frigidaires pour les insectes pollinisateurs. C’est d’ailleurs tout le travail que fait le Collectif avec les communes de Lorraine. Et l’enjeu est de taille, car si le but est de sauvegarder les 1.000 espèces d’abeilles présentes en France, il s’agit aussi de préserver la biodiversité en matière de fleurs et de paysages. Quoi de plus agréable que de se balader dans un champ de fleurs multicolore et d’en respirer les parfums ?  

Poursuivre votre lecture sur ces sujets
environnement nature jardinage loisirs sorties et loisirs