Cet article date de plus de 4 ans

Jeux olympiques : Le bilan décevant des Champardennais

Dix Champardennais engagés dans ces Jeux olympiques pour... une médaille de bronze. Hormis Mahiedine Mekhissi, aucun athlète de la région n'est monté sur un podium à Rio.
Vincent Luis, Mahiedine Mekhissi, Pauline Ferrand-Prévot, Yohann Diniz.
Vincent Luis, Mahiedine Mekhissi, Pauline Ferrand-Prévot, Yohann Diniz. © AFP / France 3 Champagne Ardenne
Dix représentants pour... une seule petite médaille. Tel est le palmarès - décevant - des Champardennais engagés dans les Jeux olympiques de 2016. Hormis le Rémois Mahiedine Mekhissi, aucun athlète de la région n'est monté sur un podium à Rio.

La désillusion Pauline Ferrand-Prévot

Deux courses, deux échecs. Après une 26e place sur route le 7 août, la Rémoise de 24 ans ne s'est pas rattrapée, deux semaines plus tard, en VTT. La coureuse a "explosé en vol" et abandonné l'épreuve à mi-course. "Je n’avais vraiment plus d’énergie et mentalement, je ne pouvais pas. À l’entraînement, tu es toute seule… Là, ça roulait vite", avait-elle déclaré plus tard dans la soirée. Après Londres en 2012, la multiple championne du monde rentre à nouveau bredouille des Jeux olympiques.

La médaille olympique du courage pour Yohann Diniz

Triple champion d'Europe du 50 km marche, Yohann Diniz arrivait à Rio avec le statut de favori. Mais de graves problèmes gastriques l'ont freiné le jour J. Malgré une minute et quarante secondes d'avance à mi-course, la chaleur et la déshydratation ont achevé le Sparnacien, qui, opiniâtre, a tout de même fini l'épreuve à la septième position.

Mahiedine Mekhissi : troisième olympiade et troisième médaille

Après l'argent à Pékin et Londres, Mahiedine Mekhissi décroche le bronze à Rio, dans l'épreuve du 3 000 m steeple. Arrivé en quatrième position en 8'11''52, le Rémois porte réclamation contre le troisième, Ezekiel Kemboi, convaincu que son concurrent a mordu un virage. Les juges lui donnent raison et lui permettent de monter sur le podium. Historique.

Mahiedine Mekhissi sur son troisième podium olympique - Rio
Mahiedine Mekhissi sur son troisième podium olympique - Rio © AFP


Le parcours honorable d'Endy Miyem et Amel Bouderra

Privée de sa meneuse Céline Dumerc, blessée, l'équipe de France de basket féminin - qui avait glané la médaille d'argent à Londres - a réalisé un parcours correct en terminant à la quatrième place, après une "petite finale" perdue face à la Serbie. La Rémoise Endy Miyem a brillé, en inscrivant 18 points lors du dernier match. La Carolomacérienne Amel Bouderra, appelée en renfort au dernier moment, a bénéficié de quelques minutes de jeu, notamment en demi-finale contre les États-Unis.

Pas de médaille pour Vincent Luis !

Le triathlète de 27 ans, qui espérait remporter la première médaille olympique de sa carrière, n'a terminé qu'à la septième position de l'épreuve carioca. Après sa onzième place à Londres, le champion d'Europe a cette fois fini la course à 29 secondes de la médaille de bronze, gagnée par le Sud-Africain Henri Schoeman,. À l'issue de la compétition, Vincent luis a déclaré envisager de mettre un terme à sa carrière.

Une première mitigée pour Étienne Hubert

Le kayakiste sedanais a vécu des premiers Jeux olympiques en dents de scie. En K2 1 000 m, il n'a fini qu'à la dixième position des demi-finales. Sur la même distance, mais en K4, il s'est tout de même hissé jusqu'à la finale, mais n'a terminé l'épreuve que septième. "C'est une belle place. On a tout donné, et on s'est fait plaisir", a malgré tout déclaré l'Ardennais.

Les autres déconvenues

En athlétisme, l'Axonaise Marie Gayot et les filles du 4x400 m ont été éliminées dès les séries (3'26''18).
Elles espéraient tellement mieux, mais Élise Bussaglia et le reste des footballeuses françaises n'ont pas décroché de médaille. La Sedanaise et ses coéquipières ont même été sorties dès les quarts-de-finale, par le Canada (1-0).
Parfait, mais insuffisant. Tel est le bilan, paradoxal, de l'haltérophile Kévin Bouly dans ces Jeux de Rio. À 35 ans, le Rémois a réalisé un six sur six au levées de barres entre l'arrachée et l'épaulé-jeté. Cependant, le niveau élevé de la compétition ne lui a pas permis de faire mieux qu'une douzième place. "Je n'ai pas vraiment de regrets à avoir", a-t-il indiqué, satisfait.


Revoir notre reportage du lundi 22 août dans le 12/13 :

durée de la vidéo: 01 min 43
Le bilan décevant des Champardennais aux JO


Poursuivre votre lecture sur ces sujets
jeux olympiques sport