JO de Tokyo 2021 : qui sont les athlètes champardennais ?

Une dizaine d'athlètes de la région ont été sélectionnés pour représenter la France aux Jeux Olympiques de Tokyo qui se dérouleront du 23 juillet au 8 août. Découvrez ou redécouvrez leurs visages.
La Rémoise Endy Miyem, le Sparnacien Yohann Diniz et le Haut-Marnais Axel Clerget espèrent décrocher une médaille olympique.
La Rémoise Endy Miyem, le Sparnacien Yohann Diniz et le Haut-Marnais Axel Clerget espèrent décrocher une médaille olympique. © Guillaume SOUVANT-AFP /Jérôme HUMBRECHT-MaxPPP / Kimimasa MAYAMA-MaxPPP

Ils représenteront notre région, mais surtout la France lors de cette nouvelle olympiade à Tokyo. Parmi les 378 athlètes qui composent la délégation française, une dizaine viennent de la Marne, des Ardennes et de la Haute-Marne. Des régionaux déjà confirmés ou de jeunes espoirs qui veulent briller aux JO, la compétition la plus importante dans la carrière d'un sportif.

Cette édition 2021 débute ce vendredi 23 juillet dans des conditions sanitaires très strictes, sans public et avec des tests sanitaires quotidiens pour les sportifs, confinés au village olympique. Basket, judo, VTT, 50 km marche, 110m haies..., plusieurs régionaux peuvent espérer monter sur le podium. Tour d'horizon des forces en présence.

 

Yohann Diniz en 50 km marche

Pour ses derniers JO, Yohann Diniz donnera tout pour se réconcilier avec cette compétition qui ne lui a pas, jusqu'à présent, porté chance.
Pour ses derniers JO, Yohann Diniz donnera tout pour se réconcilier avec cette compétition qui ne lui a pas, jusqu'à présent, porté chance. © Daniel LEAL-OLIVAS / AFP

A 43 ans, le Sparnacien Yohann Diniz vit ses derniers Jeux. Sa discipline, le 50 kilomètres marche, va tirer sa révérence olympique à l'issue de cette édition japonaise. Champion du monde en 2017 et triple champion d'Europe (2006, 2010 et 2014), le Champenois va tenter de décrocher la seule médaille qui manque encore à son palmarès. L'occasion de vibrer une dernière fois avec le recordman du monde (en 3h32'33').

Contraint à l'abandon à Pékin en 2008, disqualifié pour un ravitaillement hors zone en 2012 à Londres et dépassant ses limites pour ravir une 8e place alors que son corps le lâchait à Rio en 2016, le pensionnaire du club rémois l'Efsra espère terminer sa carrière sur la plus haute marche du podium. Réponse ce jeudi 5 août, à partir de 22h30.

 

Endy Miyem en basket-ball

La Rémoise est capitaine de l'équipe de France de basket depuis 2017.
La Rémoise est capitaine de l'équipe de France de basket depuis 2017. © Darek Szuster / MaxPPP

La Rémoise Endy Miyem, qui évolue depuis deux ans avec les Flammes Carolos, tentera de mener son équipe vers une nouvelle épopée comparable à celle des Braqueuses en 2012 à Londres. Elle y était repartie avec une médaille d'argent autour du cou.

Avec ses coéquipières, la capitaine des Bleues commencera la compétition contre le Japon, mardi 27 juillet dès 10h (3h en France) à Tokyo. Elles enchaîneront par le Nigeria le 30 juillet et finiront leur phase de poules face aux invincibles Américaines le 2 août. Si les Françaises parviennent à se qualifier, le quart de finale aura lieu le 4 août.

 

Pauline Ferrand-Prévot en VTT

La Champenoise vise une médaille olympique, la seule qui manque à son immense palmarès.
La Champenoise vise une médaille olympique, la seule qui manque à son immense palmarès. © Mathieu VITRE/ MaxPPP

Après deux JO sans médaille, la Marnaise Pauline Ferrand-Prévot espère enfin décrocher le titre olympique. A 29 ans, la triple championne du monde de cross country, installée désormais dans le Var, s'estime en grande forme, mais préfère laisser le rôle de favorite à sa compatriote Loana Lecomte, le nouvel espoir tricolore. L'épreuve aura lieu le mardi 27 juillet, à 8 heures.

 

Axel Clerget en judo (-90kg)

Le Bragard se lance dans la compétition le 28 juillet.
Le Bragard se lance dans la compétition le 28 juillet. © Charly TRIBALLEAU-AFP

Pour sa première participation aux Jeux olympiques, le judoka haut-marnais ne compte pas y faire de la figuration. A 34 ans, Axel Clerget vise deux médailles, en individuel (-90kg) et par équipe. Formé à Saint-Dizier, issu d'une famille de judokas, le Bragard, désormais licencié dans le Val-de-Marne, a été médaillé de bronze aux Mondiaux 2018 et 2019. Après avoir subi un KO en janvier et une blessure aux adducteurs en mai dernier, il revient à Tokyo plus déterminé que jamais. Rendez-vous le mercredi 28 juillet.

 

Pascal Martinot-Lagarde au 110m haies

Pascal Martinot-Lagarde, lors des derniers Mondiaux à Doha, en 2019, où il avait remporté la médaille de bronze.
Pascal Martinot-Lagarde, lors des derniers Mondiaux à Doha, en 2019, où il avait remporté la médaille de bronze. © Jewel SAMAD / AFP

Blessé durant l'hiver dernier, Pascal Martinot-Lagarde aimerait revenir triomphant de Tokyo pour sa deuxième participation aux JO. A Rio en 2016, le spécialiste du 110m haies avait échoué au pied du podium. Originaire de Seine-et-Marne, le médaillé de bronze des derniers Mondiaux s'entraîne depuis quatre ans au Creps de Reims. La compétition commencera pour lui le mardi 3 août, à 12h10, avec les séries. Les demi-finales auront lieu le 4 août, à partir de 4h, et la finale le 5 août, à 4h55.

 

Etienne Hubert en kayak

A 33 ans, le kayakiste sedanais ne cache pas son ambition pour ses deuxièmes JO. Après ceux de Rio où il avait terminé 7e, Etienne Hubert vise clairement le podium.  Licencié au Canoë kayak du Pays sedanais, l'Ardennais a été sacré champion du monde de course en ligne en 2010. La compétition débute pour lui les 2 et 3 août avec l'épreuve de k1 monoplace, puis continuera les 4 au 5 août avec le k2 biplace.

 

Anaïs Michel en haltérophilie (-49kg)

A 33 ans, la Haut-Marnaise Anaïs Michel va participer à ses premiers JO en moins de 49 kg. Originaire de Langres, l’haltérophile a décroché la médaille d’or aux championnats d’Europe en 2017. Elle tentera de monter sur le podium le samedi 24 juillet.

 

Anouchka Martin en natation (relais 4 x 100m nage libre)

Formée à Saint-Dizier, Anouchka Martin rêve des JO depuis toute petite.
Formée à Saint-Dizier, Anouchka Martin rêve des JO depuis toute petite. © Laurent Lairys / MaxPPP

Autre représentante de la Haute-Marne, Anouchka Martin fait partie de l'équipe de France de natation. Originaire de Saint-Dizier, la jeune femme de 28 ans, licenciée à Marseille depuis 2014, peut nourrir quelques chances de médaille avec le relais 4x100m nage libre. Les séries se dérouleront le 24 juillet et la finale le 25 juillet.

 

Charles Rihoux en natation (relais 4x100m nage libre)

Originaire de Vouziers, Charles Rihoux participera à ses premiers Jeux.
Originaire de Vouziers, Charles Rihoux participera à ses premiers Jeux. © Eric Ottino / MaxPPP

L'Ardennais Charles Rihoux sera l'un des quatre représentants français dans le relais 4x100m nage libre. Formé au club de Vouziers, puis à Charleville-Mézières, le nageur s'entraîne aujourd'hui à Nice. A 23 ans, il réalise son rêve de gosse en participant aux JO. Les épreuves se disputeront les 25 et 26 juillet.

 

Muhammad Kounta et Christopher Naliali en athlétisme (4x400m)

Muhammad Abdallah Kounta participera au relais tricolore.
Muhammad Abdallah Kounta participera au relais tricolore. © Srdjan SUKI / MaxPPP

Tous deux licenciés à l'Efsra, les Rémois d'adoption Muhammad Kounta et Christopher Naliali sont engagés dans le relais 4x400m, le premier comme titulaire, le second comme remplaçant. Si les Français se qualifient à l'issue des séries le 6 août, ils disputeront la finale le lendemain.

 

Nathanaël M'Buku en football

A 19 ans, l'attaquant du Stade Reims, Nathanaël M'Buku, fait partie de la délégation française. Pour leur entrée dans la compétition ce jeudi 22 juillet, les Bleus ont sombré face aux Mexicains 4 buts à 1. Le Rémois n'est entré qu'à la fin du jeu pour remplacer Florian Thauvin. Les Français devront se reprendre face à l'Afrique du Sud ce dimanche 25 juillet, puis contre le Japon le 28 juillet.

 

Julia Chanourdie en escalade

La grimpeuse de 25 ans aimerait devenir la première championne olympique d'escalade.
La grimpeuse de 25 ans aimerait devenir la première championne olympique d'escalade. © Fabrice COFFRINI / AFP

Native de Charleville-Mézières, Julia Chanourdie, qui vit aujourd'hui en Haute-Savoie, fait partie des grimpeurs qui partent à l'assaut du tout premier titre olympique en escalade. Mais il faudra d'abord se qualifier le dimanche 4 août pour obtenir une place pour la finale du 6 août.

 

Comment suivre les JO 2021 ?

France 2 et France 3 seront en direct chaque jour de minuit à 16 heures

Poursuivre votre lecture sur ces sujets
jeux olympiques sport