Le pari réussi de Jean-Pierre Masseret en ACAL

© FRED MARVAUX / AFP
© FRED MARVAUX / AFP

En refusant de se retirer au soir du 1er tour des régionales 2015 en Alsace-Champagne-Ardenne-Lorraine, le socialiste Jean-Pierre Masseret a perdu son investiture et une partie de ses colistiers. Comment cette Gauche déchirée va-t-elle siéger dans le nouveau conseil régional ACAL ?

Par Jean-Christophe Dupuis-Remond

Dimanche 13 décembre 2015, Jean-Pierre Masseret avait le sourire. Même arrivé troisième du second tour des régionales en Alsace-Champagne-Ardenne-Lorraine (ACAL), le président sortant du conseil régional de Lorraine a pu se réjouir de ne pouvoir finalement être accusé d'avoir fait élire la liste d'extrême-droite emmenée par Florian Philippot.

Le pari du maintien a finalement payé puisque la Gauche sera représentée pendant les six prochaines années au conseil régional ACAL, à la différence des régions PACA et Nord-Pas-de-Calais-Picardie où les listes PS s'étaient retirées au lendemain du premier tour de ces régionales 2015.

Le pari réussi de Masseret

Pour notre journaliste Arnaud Salvini, le pari de Masseret lui a permis de sortir politiquement renforcé de ce second tour des Régionales.

Arnaud Salvini : "Masseret renforcé par le 2nd tour"

19 sièges mais combien de groupe dans l'assemblée ACAL ?

Jean-Pierre Masseret obtient 19 sièges, malgré l'opposition des socialistes locaux, régionaux et nationaux. L'investiture socialiste lui avait même été retirée mais il semble peu probable, qu'au vu de résultats, il soit exclu du PS à cause de sa fronde. Et dimanche soir les élus de Gauche qui avait appelé à voter la liste de Droite emmenée par Philippe Richert pour contrer la liste FN de Florian Philippot étaient soulagés mais bien ennuyés quand il s'agissait de parler de l'avenir des différents acteurs de Gauche désormais divisés.

Klein-Gros : "Fidélité républicaine et choix compliqués au PS"

Et maintenant que va-t-il se passer ? C'est la question qui se pose aux frondeurs socialistes qui sont élus auprès de Masseret alors qu'ils avaient appelé à voter Richert. Dimanche soir, Jean-Pierre Masseret les a invité à interroger leur conscience... Mais ne ferme pas la porte.

Masseret aux 71 colistiers frondeurs : "Ils sont élus, c'est leur problème"
Dimanche 13 décembre 2015. - France 3 Lorraine

Lundi 14 décembre 2015, à l'occasion de l'émission spéciale commune à France 3 Lorraine, Alsace et Champagne-Ardenne consacrée au bilan du second tour des régionales, Pernelle Richardot, chef de file de la liste PS du Bas-Rhin et militante anti-Masseret dans l'entre-deux-tours était confrontée à sa colistière, fidèle et proche de Masseret, la député de la Moselle Paola Zanetti. Derrière les déclarations et postures de façade, la hache de guerre ne semble pas vraiment enterrée.

Richardot-Zanetti (PS) : "Travailler ensemble"
La chef de file PS67 qui a appelé à voter pour Richert au 2n tour est colisitière de la député Mosellane sur la liste Masseret. Et la suite ne semble pas simple malgré les postures de façade. - France 3 Lorraine


Alors, un groupe de Gauche ou deux, le 4 janvier 2016 pour la séance d'installation du nouveau conseil régional de la Grande Région Alsace-Champagne-Ardenne-Lorraine ?

Le point de vue de François Laval, directeur du campus Franco-Allemand de Sciences Po Paris à Nancy (Meurthe-et-Moselle) :

François Laval : "Deux groupes de Gauche"


 

A lire aussi

Sur le même sujet

suivez les élections régionales sur France Info

SUIVEZ LES ELECTIONS SENATORIALES 2017 SUR FRANCE INFO

Le froid, une thérapie pour calmer les douleurs de la fibromyalgie

Près de chez vous

Les + Lus