Lorraine: pas d'inquétudes des cinéphiles face au coronavirus

Publié le Mis à jour le
Écrit par Mackly Ford Cenor

Si plusieurs secteurs d’activités sont quasiment paralysés par le coronavirus, les salles de cinéma sont jusqu’ici épargnées par l’épidémie. Nous avons rencontré ce lundi 10 mars 2020, des gérants et cinéphiles lorrains afin de faire le point.

En Lorraine, plusieurs événements, matchs de foot, salons, concerts, ont été annulés ou reportés suite à la décision du gouvernement d’interdire tous les rassemblements de plus de 1.000 personnes sur tout le territoire. Entrepreneurs et organisateurs d’événements sont dans l’angoisse.

Mais les salles de cinéma semblent être épargnées malgré la progression de l’épidémie. Selon certains gérants de salles, jusqu’au dimanche 9 mars, la fréquentation n’a pas baissé. "Les gens continuent à venir. Moi, je ne constate pas pour l’instant de baisse de la fréquentation", explique Joseph Adobati, responsable de "Cinéma Marlymages", situé à Metz.

Rencontrés devant les salles de cinéma, les cinéphiles lorrains, jeunes comme adultes, ne montrent pas d'inquiétude face à la propagation du virus.
Le Covid-19 ne les empêche pas de s’offrir des moments de détente. "Une salle de cinéma est un lieu où l’on se détend. Un lieu de rencontre aussi. Le virus ne peut pas m’en priver. Et selon les infos, il n’est pas dangereux pour les jeunes, donc moi, je m’en fous", dit ce jeune homme. "Si on doit attraper le virus, on l’attrapera n’importe où: à la maison, au supermarché, dans le transport en commun.
J’ai un abonnement, je viens tous les jours
, ajoute une sexagénaire.

Les gérants s’inquiètent

Cependant, les inquiétudes grandissent chez les gérants des salles. La France est actuellement au stade 2 du niveau d’alerte épidémique. En cas d’activation du niveau 3, les salles risquent d’être fermées. Rolland Aline, gérante de Caméo Cinéma à Nancy, ne nous cache pas ses craintes: "pour l’instant ça marche mieux. Mais si le pays passe au stade 3, on sera obligé de fermer les portes, et nos employés seront au chômage".

Dans une note adressée aux adhérents de la Fédération nationale des cinémas français (FNCF), le lundi 9 mars 2020, les responsables ont fait remarquer que "les habitudes de fréquentation dans les salles apparaissent stables même si le marché est plus bas comparé à l’année dernière". Ainsi, plus "de 3,2 millions d’entrées ont été enregistrées au cours des 7 derniers jours sur l’ensemble du territoire dont plus de 1,3 million ce week-end".

Des mesures pour la trésorerie des entreprises

Ce mardi 10 mars, la FNCF a annoncé, via une note publiée sur son site internet, plusieurs mesures qui visent à répondre "aux demandes des professionnels et soutenir la trésorerie des entreprises".
Ainsi, d’après la fédération, le Centre national du cinéma (CNC) a "d’ores et déjà assuré qu’il permettrait la mobilisation anticipée des sommes présentes sur les comptes automatiques, qu’il examinerait favorablement les demandes d’étalement des échéances de TSA et qu’il assurerait en mars le paiement des subventions Art et Essai".