Grand Est: le Superéthanol, un carburant subventionné vraiment écologique ?

Publié le

La hausse du prix des carburants en janvier 2022 fait mal au portefeuille. Le gouvernement encourage le Superéthanol E85 moins cher à la pompe. Première région productrice de biocarburants, la Région Grand Est a été précurseur en proposant des aides à la conversion des véhicules

Preuve par les Gilets jaunes, l’essence est un produit propice aux explosions, y compris sociales. Limiter l’impact de la flambée des carburants afin de préserver le pouvoir d’achat est devenue en janvier 2022 une priorité. Avec six raffineries et la deuxième production de betteraves en France, la région Grand Est est en première ligne pour inciter les automobilistes à la conversion

biocarburant ne veut pas dire bio

Un produit est considéré comme bio, s'il est un produit agricole issu de l’agriculture biologique et répond aux exigences de la législation européenne. Ainsi, les producteurs de betteraves, matières premières pour la fabrication d'éthanol ont obtenu une dérogation pour utiliser à nouveau un pesticide réputé dangereux pour les abeilles.

Le bioéthanol est un carburant produit à base de végétaux. Sucre ou huile pour la première génération. Déchets organiques, sous-produits agricoles (pailles) et sciures pour la deuxième génération. Il existe aujourd’hui une forte convergence d’intérêts : La filière agricole, la filière automobile, les assureurs mettent en avant un bilan de production carbone ( CO2 ) neutre suivant le principe que les végétaux consomment du CO2 pendant leur croissance. Ce CO2 absorbé permettrait d’équilibrer le carbone rejeté ensuite par les moteurs. Un cercle vertueux en somme.

Cette neutralité est contestée par les chercheurs de l'Institut national de recherche pour l'agriculture, l'alimentation et l'environnement. Son comité consultatif commun d’éthique a démontré que ce bilan n’est pas neutre car les émissions de gaz à effet de serre dues au cycle de production, de transformation et de commercialisation ne sont pas prises en compte.

Enfin, toujours du point de vue éthique, le comité averti sur les risques de dévoiement de la recherche agronomique: « Le scénario d’une recherche innovante sur les biocarburants qui contribuerait en définitive à un renchérissement des prix alimentaires ». Ce qui serait gagné à la pompe serait perdu dans les rayons ?

Jean-François Secondé est vice-président du groupe les Ecologistes à la Région Grand Est. Pour les écologistes, les biocarburants même de deuxième génération ne sont pas une solution viable: « on va chercher à augmenter les quantités de biocarburants et utiliser plus de terres agricoles, utiliser plus d’intrants pour pousser les rendements. Les terres agricoles sont faites pour nourrir les humains » 

Le groupe les Ecologistes préconisent la limitation des transports individuels en privilégiant les transports collectifs et pour les marchandises, le ferroviaire et le fluvial. Selon les promoteurs du bioéthanol, 96% des véhicules essences sont éligibles à la conversion.

Il suffit d'installer un petit boitier dans un garage agréé. Coût de l'opération, environ 1000 euros hors subventions publiques. Il convient toutefois d’éviter de le faire sur une voiture neuve, la garantie constructeur serait perdue en cas de problème. Le mieux est d’acheter un véhicule neuf équipé d’origine ou d'équiper un véhicule de plus de quatre ans.