Marne et Ardennes : pas de trains sur huit lignes ce vendredi

Journée de galère en perspective pour certains usagers marnais et ardennais. / © Vincent Isore/IP3/MaxPPP
Journée de galère en perspective pour certains usagers marnais et ardennais. / © Vincent Isore/IP3/MaxPPP

Suite à l'accident qui a eu lieu entre un TER et un convoi exceptionnel, des conducteurs de trains exercent leur droit de retrait. Ils pointent la dangerosité du dispostif "Equipement Agent Seul". Aucun train ne circulera sur huit lignes de la Marne et des Ardennes ce vendredi 18 octobre. 

Par Marc Schmitt

La SNCF a annoncé qu'aucun train ne circulera sur huit lignes de la Marne et des Ardennes ce vendredi 17 octobre 2019. Il s'agit des lignes Reims-Epernay, Reims-Charleville-Mézières, Reims-Châlons-en-Champagne, Reims-Fismes, Reims - Champagne-Ardennes TGV, Reims-Laon, Charleville-Mézières - Sedan et Charleville-Mézières - Givet.
 

Des perturbations qui font suite à l'accident qui s'est produit mercredi 16 octobre entre un convoi exceptionnel transportant une betteravière et un TER sur un passage à niveau de Saint-Pierre-sur-Vence (Ardennes). Ce jeudi, une réunion extraordinaire a été organisée à Reims dès 14h avec les  représentants de la SNCF ainsi que divers représentants syndicaux (UNSA ferroviaire,  CGT, Sud Rail...).
 

Le dispositif "Equipement Agent Seul" dans le viseur

Les syndicats ont souhaité lancer l'alerte sur un droit de retrait des agents qui ne se sentent plus en sécurité dans l'exercice de leurs tâches. "Contrairement à ce qui a été dit par la direction, il ne s'agit pas de cas en lien avec leurs émotions personnelles mais d'une situation inhérente au fonctionnement du dispositif  "Equipement Agent Seul"",  précise  M. Charlot, représentant syndical Sud Rail.

"Equipement Agent Seul", un dispositif  mis en place dès fin 2018 où un seul agent SNCF est à bord de la rame. Hier, lors de l'accident, seul le conducteur du train était présent à bord et il n'y avait pas de contrôleur.

"On a eu beaucoup de chance. Ça aurait pû être plus grave car le conducteur n'était que légèrement blessé et a pu mettre en place tout ce qu'il fallait. Mais on a clairement évité le pire"
Stephane Cellier, secrétaire régional UNSA ferroviaire.
 

"On peut à la limite comprendre un dispositif EAS en banlieue parisienne où il y a des gares tous les 5 ou 10 km, mais en Champagne Ardenne, où la densité est différente, ce dispositif est terriblement dangereux!", lance Sébastien Neau, représentant régional CGT

Les agents SNCF de Champagne Ardenne (conducteurs et contrôleurs notamment)  souhaitent exercer leur droit de retrait dès que leur sécurité et celle des passagers sera compromise. Et ce jusqu'à ce que la "direction prenne des mesures efficaces en terme de personnel à bord des trains", prévient  Sébastien Neau, représentant régional CGT.

Un droit de retrait qui pourrait également s'étendre à d'autres régions.
 

A lire aussi

Sur le même sujet

Le dépannage de la voiture de gendarmerie

Les + Lus