Marne : des ossements vieux de 5000 ans trouvés lors d'une fouille

Ces populations ont vécu il y a près de 5000 ans et seraient principalement des agriculteurs. / © Odile Longueval / France 3 Champagne-Ardenne
Ces populations ont vécu il y a près de 5000 ans et seraient principalement des agriculteurs. / © Odile Longueval / France 3 Champagne-Ardenne

Les squelettes d'une cinquantaine de personnes datant du Néolithique ont été trouvés lors d'une fouille d'archéologie préventive à Saint-Memmie (Marne).
 

Par Odile Longueval

C'est une découverte rare et exceptionnelle que les chercheur.se.s ont faite dans la petite ville marnaise de Saint-Memmie. Les squelettes, très bien conservés, d'une cinquantaine de personnes datant d'environ 3.000 ans avant notre ère ont été trouvés lors d'une fouille d'archéologie préventive.

Leurs ossements sont presque intacts et les corps n'ont quasiment pas bougé. Ils appartiennent à des femmes et à des hommes de tous âges (nourrissons, adolescents, adultes…). La conservation des corps a été favorisée par le sol crayeux et n'aurait pas été possible dans une région au sol plus acide, par exemple.
 

Marne : une fouille archéologique exceptionnelle à St Memmie


Une équipe de quatre personnes de l'Inrap travaille chaque jour sur le site pour extraire et répertorier les os afin qu'ils soient ensuite étudiés. Ils devraient permettre aux anthropologue de mieux comprendre le mode de fonctionnement des hypogées, mais aussi les modes de vie de l'époque (alimentation, pratiques, état sanitaire…).

Cette découverte s'inscrit dans la mise au jour d'un hypogée néolithique, une sorte de tombeau creusé dans le sol. Cette pièce de 6 m2 prend la forme d'une cave ou d'une grotte creusée dans la craie. En Champagne-Ardenne, 160 hypogées ont été découverts mais seuls cinq d'entre eux ont pu être correctement étudiés. "Des squelettes on en voit beaucoup, mais aussi nombreux et au même endroit, beaucoup moins. Comme c'est une tombe typique de l'époque néolithique, soit elles ne sont pas conservées, soit elles sont très mal conservées.
 

Une chambre funéraire de plus de 5000 ans

Selon l'Inrap, cette hypogée, date de la fin du Néolithique, vers 3.500 à 3.000 ans avant notre ère. Il s'agit d'une sépulture collective dans un monument souterrain. Souvent directement creusé dans la craie, il prend la forme d’une cave ou d’une grotte et il est plus particulièrement représenté dans la Champagne crayeuse, entre Epernay et les marais de Saint Gond.
 
Vue de l’architecture du monument funéraire à Saint-Memmie avant la mise au jour des ossements. Depuis l’entrée, à gauche, un couloir de 3,8 mètres mène à une antichambre d’une largeur d’1,4 mètres sur 1 mètre de longueur. Elle donne accès, par une sorte de porte hublot à la chambre funéraire de 6m2 où sont inhumés les corps. / © Inrap
Vue de l’architecture du monument funéraire à Saint-Memmie avant la mise au jour des ossements. Depuis l’entrée, à gauche, un couloir de 3,8 mètres mène à une antichambre d’une largeur d’1,4 mètres sur 1 mètre de longueur. Elle donne accès, par une sorte de porte hublot à la chambre funéraire de 6m2 où sont inhumés les corps. / © Inrap


"Celui en fouille à Saint-Memmie, poursuivent les scientifiques, est constitué d’une entrée ouvrant sur un couloir en pente long de 3,80 mètres. Il mène à une antichambre permettant d’accéder à la chambre funéraire par un passage étroit permettant seulement le passage d’un homme recroquevillé. Cette chambre de 6 m2 est caractéristique des hypogées de la Marne appréhendés lors de fouilles. Cependant, l’entrée du monument interroge les archéologues : une partie du monument était-elle en élévation, accessible depuis le niveau du sol de l’époque, ou l’intégralité de la tombe était-elle souterraine ?". 

On a rarement l'occasion de pouvoir fouiller des tombes comme celle-là.
- Isabelle Richard, responsable scientifique de la fouille.

Relevés en cours durant la fouille de la 2ème couche d’ossements de la chambre funéraire. La vue permet d’apercevoir l’architecture du monument avec l’antichambre et le couloir d’accès. / © © Inrap
Relevés en cours durant la fouille de la 2ème couche d’ossements de la chambre funéraire. La vue permet d’apercevoir l’architecture du monument avec l’antichambre et le couloir d’accès. / © © Inrap


Les fouilles, qui ont débuté en juillet, se déroulent dans le cadre de recherches archéologiques préventives lancées avant la construction d'un supermarché sur cette zone. Elles devraient se poursuivre jusqu'à la fin du mois de novembre 2019.

A lire aussi

Sur le même sujet

Les + Lus