• MÉTÉO
  • SOCIÉTÉ
  • ECONOMIE
  • POLITIQUE
  • DÉCOUVERTE
  • FAITS DIVERS

Affaire Jérémy Warin : une libération “fort probable” lundi pour le Châlonnais retenu en Suède

© France 3 Champagne-Ardenne
© France 3 Champagne-Ardenne

Jérémy Warin est retenu en Suède depuis juin avec son fils Nathan et sa femme Hélen. Une décision lundi devrait l'autoriser à rejoindre la France et Châlons-en-Champagne.

Par M. F.

Jérémy Warin, châlonnais de 32 ans, parti rejoindre son épouse Hélen à Malmö en Suède, est retenu depuis près de 150 jours dans une maison de protection de la famille, avec son fils Nathan âgé de 20 mois.

Ils devaient être entendus par une Cour d'Appel à Malmö lundi après-midi. Finalement, cette audience est suspendue. La famille est convoquée le matin devant une commission administrative qui devrait décider de lever les mesures à leur encontre. 

Jérémy et sa famille pourraient être libres de regagner la France dès lundi, si cette décision est favorable. "Il y a une sortie fort probable lundi matin", détaille leur avocat Me Ludot.

"En l'état de mes informations, les services sociaux très puissants en Suède ont décidé de régler amiablement ou en tout cas en douceur le problème Warin. En faisant en sorte qu'on les libère avant même que la Cour d'appel n'examine leur dossier", précise-t-il.

"Ce dossier est embarassant pour les services sociaux. Il contient des preuves que la maman n'a jamais été malade, n'a jamais eu de problèmes psychiatriques. On veut éviter un scandal local. On s'attend demain [lundi] en fin de matinée à une très bonne nouvelle."

"On s'attend à une très bonne nouvelle", indique Maitre Ludot

Le père de Jérémy Warin, joint par téléphone, ajoute : "on leur a dit que commencer à trier leurs affaires, et ils ont été autorisés à dormir à Malmö avant l'audience de lundi matin".

Il doute cependant que son fils rentre dès lundi à Châlons. "Ils auront des choses à régler en Suède, fermer les comptes bancaires, résilier le bail de l'appartement. Jérémy n'a rien en Suède, mais Hélen y vit depuis 3 ou 4 ans", explique-t-il.

Décision des services sociaux

Jérémy Warin est dans ce centre de protection de la famille avec son jeune fils depuis juin, dans un village à 40 kilomètres de Malmö. Nathan y a été placé suite à une mesure de protection prise par les services sociaux à l'encontre de la mère jugée psychologiquement instable. 

Le 9 juin dernier, Hélen parle de sa déprime passagère à une travailleuse sociale qui donne l'alerte. La mère serait un danger pour son enfant. Nathan est alors placé dans un foyer, où son père le rejoint.

Mais Hélen est sortie de l’hôpital psychiatrique quelques heures après y être rentrée. Les médecins jugeant qu’elle ne relevait pas de leur service de psychiatrie. Jérémy et son fils, n'ont pas pu quitter leur "prison sociale".

Régime de semi-liberté

Ils espéraient pouvoir quitter le centre au bout de 10 ou 15 jours maximum. La situation est restée bloquée. Cela fait cinq mois que Jérémy vit dans ce foyer familial, avec son fils et depuis peu sa femme.

Ils ont interdiction de sortir plus de deux heures par jour, le personnel fait intrusion dans leur chambre. Ce régime de semi-liberté pourrait bientôt prendre fin.

Le couple a apporté toutes les preuves, certificats médicaux de la mère et de l’enfant à l’appui, pour prouver que toute la famille va bien.

"On est en train de prouver que tout ce qui nous est arrivé est une injustice ou une erreur", nous expliquait via Skype Jérémy Warin début novembre.

Notre reportage du 2 novembre
Affaire Warin : la justice suédoise doit se prononcer le lundi 7 novembre

A lire aussi

Sur le même sujet

Les avantages de l'achat groupé de fioul

Les + Lus