Châlons : Boris Oporomande, jeune rappeur et lauréat du concours "Sing For The Planet"

Le concours "Sing for the Planet" a choisi 10 étudiants. Boris Oporomande, rappeur châlonnais, est l'un d'entre eux. Objectif : co-créer un titre musical pour mobiliser la jeunesse sur l'importance de réduire son impact environnemental.

« C'était la première fois que j’étais dans un studio professionnel. » Boris Oporomande fait partie des chanceux sélectionnés par le concours "Sing for the Planet" en partenariat avec la Fondation GoodPlanet. Cet étudiant châlonnais candidate après avoir vu une annonce sur les réseaux sociaux. Après une audition, il est sélectionné ! « 10 étudiants étaient recherchés pour créer une musique en rapport avec l’environnement. »

Sept filles et trois garçons ont été retenus pour sensibiliser le plus de monde possible. Les filles ont interprété un texte déjà écrit. « Et nous, les garçons, vu qu’on fait du rap, on a écrit nos parties. Ça s’est très bien passé. » Avec le soutien du compositeur Jérôme Dédina, ils ont enregistré leur morceau au mythique studio Guillaume Tell à Suresnes samedi 29 mai. 

Tout comme les pros, ils ont aussi pu tourner un clip le 16 juin dernier. Les dix finalistes se sont prêtés à l'exercice dans la résidence KLEY Champs-sur-Marne et dans le parc de la Fondation GoodPlanet. Yann Arthus-Bertrand, président de la fondation qui soutient cette initiative, y fait une apparition. « On a aussi travaillé avec une production. C'était l’une de mes plus belles expériences. »

En parallèle, son propre projet musical

« Tout petit, j’écoutais de la musique. » De son père, musicien connu au Gabon, son pays d'origine, Boris garde une fascination pour ce milieu. Son enfance a été bercée par les instruments et la chanson. Cet étudiant en alternance comptabilité garde le souvenir du son des guitares, du piano et de la batterie.

Aujourd'hui, il met en place son projet musical à Châlons-en-Champagne. Un projet prévu bien avant le concours. Le jeune rappeur mettra à profit l'expérience acquise ces derniers mois. « Ça a permis de mettre en avant mon image. On a travaillé avec des producteurs qui ont été satisfaits du rendu. » Qui sait sur quoi cela débouchera par la suite ? L'ensemble de leur travail sera présenté au grand public lors d'un concert retransmis depuis Paris en septembre. Encore une autre première pour Boris ! 

 

Poursuivre votre lecture sur ces sujets
musique culture environnement