Coronavirus - Marne : manque de louveteaux aux Scouts unitaires de Châlons, malgré un protocole sanitaire strict

Publié le
Écrit par Vincent Ballester

Pour la rentrée 2020, il manque des louveteaux au groupe St-Georges des Scouts unitaires de France (Suf) à Châlons-en-Champagne (Marne). Pourtant, les scouts et le ministère de la Jeunesse ont signé un protocole sanitaire strict. Aucun cas de coronavirus (Covid-19) n'a été signalé en camps scouts.

Les scouts font leur rentrée, mais il leur manque quelques louveteaux. Le cas se pose pour le groupe Saint-Georges des Scouts unitaires de France (Suf), basé à Châlons-en-Champagne (Marne).  La troupe n'accueille que 17 louveteaux (garçons entre 7 et 12 ans) en cette rentrée 2020, contre 23 auparavant. Le coronavirus (Covid-19) est passé par là.

Le camp qui s'est déroulé à Juvigny (Marne), les 24 et 25 août, a accueilli quinze louveteaux. Et il s'est déroulé dans les règles de l'art... sanitaire. Jean-Étienne Moreau, le chef de groupe qu'on a récemment entendu au micro de Radio chrétienne francophone (RCF), détaille à France 3 Champagne-Ardenne l'organisation scoute à l'heure du coronavirus. "Je veux dire aux parents que chez les Suf, la situation est gérée par un protocole sanitaire très strict, en partenariat avec le ministère de la Jeunesse."
 

Robert Baden-Powell a fondé le mouvement scout en 1907.


"Ce protocole nous obligeait à changer notre manière de faire." Résultat, le camp a été obligé de s'adapter avec un certain nombre de mesures :
  • omniprésence du gel hydroalcoolique
  • limitation des louveteaux à six par tente
  • aération des tentes et sacs de couchage toute la journée
  • port du masque lors de la préparation du repas
  • utilisation de toiles cirées pour manger, lavées à chaque fois
  • imposition d'une gourde individuelle par louveteau
  • prise de température plusieurs fois par jour
  • masques réutilisables mis à bouillir chaque nuit

Heureusement, il restait les jeux et les chants. "Évidemment, on ne pouvait pas être à moins d'un mètre. Il y a du contact en camp scout, on ne peut pas faire autrement. Mais on a été inspecté par le ministère, et il n'a relevé aucun point bloquant." L'impact sur le coût du camp a été modéré (achat du gel hydroalcoolique, notamment). En revanche, il y a eu moins d'adhésions, "même si on n'a eu aucun cas pendant les camps". D'où la recherche de nouveaux louveteaux (visible sur la publication Facebook ci-dessous).   
 Les jeannettes (7 à 12 ans), au nombre de 24, ont quasiment atteint leur effectif. C'est du côté de leurs encadrantes qu'il y a un manque. Il s'agit de jeunes femmes qui reçoivent une formation, et sont âgées au minimum de 17 ans. 

Si vous désirez encadrer ces jeannettes, ou faire découvrir le scoutisme à vos enfants, il y a plusieurs manières de contacter le groupe Saint-Georges. Trois plus précisément :
Sachez qu'Akéla, Bagheera, Rama, et Rikki-Tikki-Tavi (le Livre de la jungle inspire les activités de la troupe et le nom des cheftaines) seront "toujours prêtes" à les accueillir. C'est le slogan des scouts.