Histoires 14-18 : le camouflage des troupes françaises

Publié le Mis à jour le
Écrit par LG avec Mathieu Guillerot

Notre page 14-18 s'intéresse aux techniques de trompe l'oeil et de camouflage mises au point pendant la Grande Guerre. Armes, bâtiments, troupes, le camouflage était omniprésent.

Pour leurrer l'ennemi, l'armée française créa même avec succès une section de camouflage avec l'aide d'artistes-décorateurs.



Le camouflage est une technique de dissimulation ancestrale qui connut un essor considérable pendant la première guerre mondiale. L'armée française fut particulièrement efficace dans ce domaine, notamment à Châlons-en-Champagne (Marne) où des ateliers de fabrication furent très vite installés.



Source archives : - Fonds Valois - archives départementales de la Marne - Archives Municipales de Châlons-en-Champagne - Centre d'interprétation Marne 14-18 - Archives Municipales de Reims - Pathé Gaumont ©France 3




C'est d'abord au niveau de leurs uniformes que les Français vont vite comprendre l'importance du camouflage. Début 1915, l'Etat major abandonne le traditionnel pantalon rouge garance hérité de Napoléon premier pour instaurer une tenue « bleu horizon », beaucoup moins voyante et plus sécurisante. Mais au-delà de la simple tenue, l'armée française va généraliser le camouflage et la technique du trompe l'œil, grâce au concours d'artistes sollicités pour l'occasion.



La première section de camouflage est officiellement créée par le ministère de la guerre le 4 août 1915 avec en son sein, des peintres, des dessinateurs, des décorateurs mais aussi des charpentiers et des mécaniciens. A Châlons-en-Champagne, au cirque municipal, la 8ème armée installe un atelier de fabrication pour mettre au point le matériel nécessaire. Avions, postes d'observation, voies ferrées et même création de villages entiers pour leurrer l'aviation ennemie. L'imagination des camoufleurs est sans limite et permettra d'épargner de nombreuses vies tout au long du conflit.



En 1918, l'effectif de la section de camouflage atteint 3.000 hommes répartis sur l'ensemble du front. Elle sera dissoute en décembre 1918 et, malgré son efficacité, ne sera pas intégrée au projet de réorganisation de l'armée française mise au point en 1919.

Tous les jours, recevez l’actualité de votre région par newsletter.
France Télévisions utilise votre adresse e-mail pour vous envoyer la newsletter de votre région. Vous pouvez vous désabonner à tout moment via le lien en bas de ces newsletters. Notre politique de confidentialité