Plusieurs spectacles du festival "Furies" annulés à Chalons-en-Champagne

Publié le Mis à jour le

Le festival d'arts de la rue est touché par le mouvement des intermittents du spectacle.

Le festival Furies célèbre cette année ses 25 ans d’existence. Un anniversaire qui s'annonce mouvementé. Plusieurs spectacles ont d'ores et déjà été annulés en raison de la grève des intermittents du spectacle.



Les représentations prévues mardi soir au Cirque Historique de Châlons (Compagnie XY "Il n'est pas encore minuit") et au Grand Jard (Sébastien Wojdan "Marathon") sont annulées. La compagnie Kumulus qui devait intervenir dans la rue dans le cadre des "interventions surprises" du festival a elle aussi renoncé à se produire. Les artistes se disent prêts à accueillir le public et à échanger avec les spectateurs au sujet de leur mouvement.



En revanche, les deux premiers spectacles programmés mardi après-midi ont pu avoir lieu.



"Le festival est solidaire avec les artistes et techniciens du spectacle et Furies se déclare en lutte à partir d'aujourd'hui", a précisé Jean-Marie Songy, directeur artistique du festival, à l'AFP.



Le festival Furies se déroule durant cinq jours. 25 000 visiteurs sont attendus.

Un grand spectacle pyrotechnique imaginé par les artificiers du Groupe F illuminera le ciel de la ville préfecture de la Marne samedi soir, pour la clôture du festival.

Les intermittents présents sur le festival doivent se prononcer mardi en fin de journée sur la suite à donner au mouvement. Un point sur la programmation sera fait "au jour le jour".

Plus d'informations sur le site des Furies.



Le communiqué du festival, à retrouver sur le site officiel : 

10 juin – Festival en lutte



Furies,



Festival en lutte



Le Festival Furies tient à exprimer sa solidarité avec les professionnels artistes et techniciens du spectacle vivant qui dénoncent les derniers accords de l’UNEDIC.



Cet accord national interprofessionnel relatif à l’indemnisation du chômage du 22 mars 2014 signé par le MEDEF/CGPME/UPA et la CFDT/CFTC/FO, est le prolongement redouté de celui de 2003. Il n’est donc pas adapté aux pratiques d’emploi discontinu.



En solidarité avec toutes les manifestations culturelles qui se sont engagées depuis la fin du mois de mai dans un mouvement radical de contestation, Furies se déclare en lutte à partir de ce jour.



Cette décision fait suite à diverses rencontres entre les salariés permanents et intermittents de Furies et résulte de concertation avec l’ensemble des artistes et compagnies présents pour y jouer.



Le festival se met à la disposition des artistes et techniciens intermittents pour soutenir leurs actions et revendications, il assure le chantier de mise en place des représentations en préconisant certains débrayages.



L’ensemble des salariés de Furies demande solennellement à Monsieur François Rebsamen Ministre du travail de ne pas agréer cet accord du 22 mars.



Châlons en Champagne



10 juin 2014



Si vous souhaitez signer la pétition « Non à l’agrément de l’accord UNEDIC signé dans la nuit du vendredi 21 mars », rendez-vous sur ce site :



http://www.change.org/petitions/monsieur-le-ministre-du-travail-non-à-l-agrément-de-l-accord-unedic-signé-dans-la-nuit-du-vendredi-21-mars



Le communiqué des artistes et techniciens présents sur le festival :

Au festival Furies à Châlons-en-Champagne, une réunion de concertation s’est tenue lundi 9 juin. Trois compagnies sur quatre présentes ce jour là, ont décidé de faire grève mardi 10 juin. L’ensemble du collectif des techniciens et artistes présents a décidé en guise d’ouverture d’interpeller madame la ministre de la culture Aurélie Filippetti en déplacement au familistère de Guise.

Sur place, une action a été menée au cours de laquelle, nous avons demandé à la ministre d’appuyer nos revendications : ne pas agréer l’accord du 22 mars.

Ce mouvement est solidaire des autres mouvements sociaux comme le Printemps des comédiens à Montpellier et ailleurs qui considère que les intermittents ont tout essayé depuis 10 ans pour faire entendre leurs propositions sans résultats. Ils décident aujourd’hui la mort dans l’âme de recourir à la grève et aux annulations de leurs spectacles pour défendre une politique plus ambitieuse en matière de justice sociale. 



Une surprise pour la Ministre

Mardi matin, les intermittents des Furies ont fait le déplacement dans l'Aisne pour interpeller la Ministre de la Culture Aurélie Filipetti, qui visitait le Familistère de Guise. Une trentaine d'artistes lui a réservé une surprise sous la forme d'un spectacle original : des pyramides d'hommes et de femmes totalement nus. Une manière de dénoncer le dénuement dans lequel la réforme de leur statut risque de les entraîner.



 

Tous les jours, recevez l’actualité de votre région par newsletter.
France Télévisions utilise votre adresse e-mail pour vous envoyer la newsletter de votre région. Vous pouvez vous désabonner à tout moment via le lien en bas de ces newsletters. Notre politique de confidentialité