Coronavirus : 35 couturières de Chantelle Lingerie fabriquent bénévolement des surblouses pour les soignants

A Epernay, des couturières du fabricant de lingerie Chantelle confectionnent depuis le début du confinement des surblouses pour le personnel soignant. Un geste de solidarité bénévole alors que l’entreprise est à l’arrêt.

Dans leur entreprise à l'arrêt, les couturières s'activent.
Dans leur entreprise à l'arrêt, les couturières s'activent. © @ Photos Les Blues du Coeur
Cette fois-ci, elles ne font pas dans la dentelle, mais dans le satin. Trente-cinq salariées de Chantelle Lingerie, situé à Epernay, se sont portées bénévoles pour confectionner des surblouses à destination des soignants de la Marne. "Les infirmières sont super contentes de nos blouses parce qu’en plus, on utilise du satin pour les liens et c’est vrai qu’elles n’ont pas l’habitude de ces matières pour leurs habits de travail", s’amuse presque Delphine Chapelot, couturière pour Chantelle depuis plus de dix ans et présidente de l’association Les Blues du Coeur.

 
Une infirmière du CHU de Reims porte une sur blouse confectionnée par les couturières des "Blues du Coeur"
Une infirmière du CHU de Reims porte une sur blouse confectionnée par les couturières des "Blues du Coeur" © Blues du Coeur


Création d'une association

"Dès le 16 mars au soir, nous avons été mises en chômage technique et c’est vrai que l’on a tout de suite réfléchi à comment se rendre utile : nous sommes couturières et tous nos proches nous demandaient ce que nous allions faire", explique Delphine Chapelot.

Et tout est allé très vite : de l’idée de se rendre utile à la confection de la première surblouse, il n’aura fallu que quelques jours pour que tout se mette en place. "D’abord, j’ai tenu à créer une association afin que les choses soient claires : il y a notre activité salariée, et notre action, que nous menons certes dans les locaux de Chantelle mais de façon totalement bénévole et c'est comme ça qu'est née Les Blues du Coeur", nous raconte la couturière.

 
Une couturière des "Blues du Coeur" découpe les toiles d'hivernage utilisées dans la confection des sur blouses
Une couturière des "Blues du Coeur" découpe les toiles d'hivernage utilisées dans la confection des sur blouses © Blues du Coeur


L’entreprise Chantelle a alors accepté de mettre à disposition ses locaux, ses machines ainsi que les petites fournitures comme des élastiques ou les liens en satin. L’énergie et la détermination des bénévoles font le reste depuis maintenant plus d’un mois.

"Au début, on a testé des choses et on nous a conseillé des matières plastiques, le plastique utilisé par les agriculteurs pour emballer les bottes de paille. Ça n’a pas du tout marché, on s’est très vite rendu compte que ça collait et que ça n’allait pas être confortable pour les personnels soignants. Alors, on s’est adaptées et maintenant, on utilise du voile d’hivernage", précise la couturière.

 
Chaque jour, 35 bénévoles de l'association "Blues du Coeur" peuvent réaliser jusqu'à 200 blouses et préparer les découpe de 500 autres
Chaque jour, 35 bénévoles de l'association "Blues du Coeur" peuvent réaliser jusqu'à 200 blouses et préparer les découpe de 500 autres © Blues du Coeur


La matière première est fournie par d’autres bénévoles : ceux du Lions Club d’Epernay. Une coopération s’est très vite mise en place entre les deux associations : le Lions Club fournirait la matière première, les couturières de Chantelle se chargeraient de découper les sur blouses et de les coudre. "En fait, c’est même mieux que ça : le Lions Club distribue nos kits prêts à coudre à 200 couturières de la Marne, c’est toute une chaîne de solidarité qui s’est mise en place, et très vite", ajoute Delphine Chapelot.

Les surblouses sont ensuite distribuées selon les besoins dans les services hospitaliers ou les Ehpad autour d’Epernay. Chaque jour, les 35 bénévoles de l’association peuvent préparer les découpes de 700 blouses. 550 sont données au Lions Club, le reste est cousu sur place à raison d’une blouse toutes les quinze minutes.

 
Une fois terminées, les sur blouse sont distribuées les établissements qui en ont le plus besoin autour d'Epernay
Une fois terminées, les sur blouse sont distribuées les établissements qui en ont le plus besoin autour d'Epernay © Blues du Coeur


"C’est hyper satisfaisant de se rendre utile dans cette période compliquée. Le personnel soignant donne beaucoup et c’est vraiment le peu qu’on puisse faire pour eux : en plus d’applaudir le soir à 20h, ce qu’on fait donne encore plus de sens. De savoir que nos blouses vont les aider à faire mieux leur métier, ça nous rend fières", conclue la couturière.
 
Poursuivre votre lecture sur ces sujets
coronavirus santé société solidarité
l’actualité de votre région, dans votre boîte mail
Recevez tous les jours les principales informations de votre région, en vous inscrivant à notre newsletter