Coronavirus : dans la Marne, ils maintiennent leur chorale à distance dans une vidéo

Depuis la rentrée dernière, ils sont près de 90 choristes à se donner rendez-vous toutes les deux semaines à Châlons et Épernay. Avec le confinement, impossible d'honorer ces rendez-vous. L'organisateur a décidé de continuer la chorale grâce à une vidéo.
Trente choristes ont participé à la chorale virtuelle initiée par Damien Briand, conseiller pédagogique de la Marne
Trente choristes ont participé à la chorale virtuelle initiée par Damien Briand, conseiller pédagogique de la Marne © Capture d'écran
Le Marin d'Alain Souchon. C'est l'air qu'ont choisi trente choristes pour s'évader un peu le temps du confinement. Ils ont enfilé une marinière et ont chanté, chacun devant leur téléphone. Les "maîtres chanteurs", car ils font partie d'une chorale exclusivement composée d'instituteurs marnais, viennent d'Epernay, Châlons ou encore Suippes. Pour ne pas perdre leur voix et remplacer le spectacle de fin d'année, ils se sont filmés pour faire durer la chorale en vidéo sous l'impulsion de Damien Briand, conseiller pédagogique de la Marne en éducation musicale.

 

Depuis le début de l'année scolaire 2020, il a créé un atelier chorale pour les instituteurs et institutrices du département. Toutes les semaines, une fois à Châlons et l'autre à Epernay, une trentaine de choristes se réunissent, soit 77 inscrits en tout. "L'objectif est double: proposer aux enseignants une activité qu'ils peuvent reproduire en classe, qui permette de chanter, et aussi de se faire plaisir", explique-t-il.
 

Une trentaine de participants

Avant le confinement, les deux groupes avaient prévu de se réunir pour deux concerts à la fin de l'année. Mais les mesures de distanciation sociale en ont décidé autrement. Alors pour éviter de se "quitter comme ça, un peu brutalement", Damien Briand a proposé à ses choristes une autre forme de spectacle. Une vidéo YouTube, pour laquelle chacun doit se filmer en train de chanter l'air du Marin. Ensuite, un monteur et un mixeur s'occupent de la partie technique. 

"J'ai dû m'y reprendre cinq à dix fois", sourit Eva Bijvoet depuis sa terrasse à Suippes. L'institutrice de l'école Jules Ferry de la ville s'est inscrite aux Maîtres chanteurs à la rentrée. Même si elle est de permanence pour les enfants des soignants, elle a trouvé le temps d'envoyer sa vidéo. "Comme il n'y avait plus le rendez-vous du mardi soir, quand Damien a proposé de tourner une vidéo j'ai trouvé ça sympa et je me suis lancée", s'enthousiasme-t-elle. 

Côté technique, ce sont deux frères, Paul et Jean Minetto, des connaissances du conseiller marnais, qui ont mis la main à la patte. Comme Eva, la plupart des enseignants n'ont pas de matériel professionnel pour s'enregistrer. "J'ai pris mon téléphone, j'ai fait tourner la bande instrumentale et je me suis filmée", raconte l'institutrice suippa. Ce n'est pas facile, le résultat n'est pas toujours satisfaisant, mais on se dit que notre vidéo fera partie d'un tout."

"Le plus compliqué, c'était de faire en sorte que tout le monde soit bien dans le tempo, explique Damien Briand. C'est pour ça que j'ai demandé à Paul et Jean de m'aider sur le montage, car c'est très technique." En tout, il aura fallu une semaine pour finaliser le montage de la trentaine de participants avant les vacances. 
 
Poursuivre votre lecture sur ces sujets
confinement : envie d'évasion santé société covid-19 musique culture